CO2 – COP27: nombrilisme et masochisme occidental

Chronique du 25 novembre 2022

Sur les ondes de RCF: Lien

Et un sujet qui change un peu des actualités que l’on regardait ces derniers temps. Aujourd’hui au programme, C02 – COP27 nombrilisme et masochisme, c’est le titre de votre chronique JC. Peut-être faire une photographie du paysage international actuel avec ce qu’il se passe du côté du CO2 et de la COP27 qui s’est achevée tout récemment.

En effet. Il faut regarder l’effet des gaz à effets de serre, justement, à l’échelle globale de la planète parce que la planète se moque de savoir quel pays est en cause, elle regarde les totaux de gaz dégagés. Alors les gaz à effet de serre, il y en a deux principaux, le CO2 tout le monde s’en rappelle et il y en a un second qui est moins bien connu, c’est le méthane. Et déjà un premier problème ahurissant, c’est que le méthane est un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le CO2.

Lire la suite

Ukraine: quand les propagandes s’enlisent….

Jacques HM Cohen 13/11/22

Les reportages russes ne montrent plus le service de santé des territoires occupés ou libérés selon le point de vue, qui doivent être envahis de vrais blessés ou morts qu’on ne saurait montrer. Reste l’action humanitaire. Mais hors de la détresse absolue des zone de combat, l’action humanitaire n’est pas non plus un long fleuve tranquille à montrer, qui coule radieux et porte les barges de l’amitié entre les peuples et de la solidarité de toutes les nationalités de la fédération de Russie.

Soyons honnêtes; l’aide humanitaire occidentale peine aussi à  atteindre les populations vulnérables,  sa définition est parfois tout autant à côté de la plaque à distribuer des crayon comme emblème ou substitut de l’alphabétisation. Mais ici, le personnage du responsable de l’action humanitaire, narrateur dans « les pingouins n’ont jamais froid », au service d’un député ukrainien qui hors image s’en moque éperdument, semble parfois l’organisateur. Ce qui montre que les peuples russes et ukrainiens, s’ils ne sont sans doute plus des peuples frères restent néanmoins des peuples miroirs.

Lire la suite

Ukraine: Les imprévus de la guerre …

Chronique du 4 novembre 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

Avec nous aujourd’hui, le professeur Jacques Cohen qui est avec nous. JC, bonsoir.

Bonsoir.

Merci d’être avec nous. Alors c’est vrai que l’on parle toujours dans l’actualité bien sûr de la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Alors votre chronique aujourd’hui d’actualité, vous l’avez intitulé « les imprévus de la guerre en Ukraine ». Qu’est-ce que vous entendez par là ?

Et bien la guerre en Ukraine, comme bien souvent les guerres, révèle des choses inattendues ce qui rappelle aussi que les guerres ne se déroulent pas comme les gens, qui l’ont commencée, pensent qu’elles vont se dérouler. Et le principal ou du moins le premier imprévu sur lequel je voudrais insister aujourd’hui est la question des drones. On voit l’Ukraine avoir commandé des drones turcs, des Bayraktar qui sont des drones d’attaque, alors qu’elle reçoit abondamment du matériel ultra moderne et beaucoup plus sophistiqué des États-Unis. Et de l’autre côté, on voit les Russes s’adresser à l’Iran pour récupérer des drones, si j’ose dire, sinon bas de gamme du moins bon marché. Les uns les autres les ont employés d’une façon inattendue.

Lire la suite

Zones à faibles émissions. Reims pire qu’ailleurs !

Jacques HM Cohen  28 210 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

La chronique d’actualité cette semaine avec le professeur Jacques COHEN. Jacques bonjour !

Bonjour !

Vous allez nous emmener pas très loin de chez nous puisque l’on va s’intéresser à la ville de Reims, mais aussi à l’actualité en France en évoquant les zones à faibles émissions. Quelle est cette histoire de verbalisation automatique dans les zones à faibles émissions, JC ?

Le gouvernement vient d’annoncer qu’il fallait absolument installer des verbalisations automatiques pour faire respecter les zones de faibles émissions. Cela a 2 buts, le premier étant de ramener de l’argent et le second est de constater qu’effectivement, ces zones impraticables ne sont pas appliquées. Elles ont été mises en place, mais personne ne verbalise et je ne crois pas qu’un seul PV ait été délivré à Marseille, par exemple.

Lire la suite

Ukraine : les mères porteuses à l’épreuve des drones

Chronique du 20 octobre 2022

 Sur les ondes de RCF: Lien

La chronique d’actualité avec le professeur Jacques Cohen. Bonjour Jacques !

Bonjour.

Et aujourd’hui, vous voulez nous parler d’un sujet que vous aviez déjà évoqué lorsque l’on a commencé à parler de la guerre en Ukraine, les mères porteuses. C’est un sujet un peu inhabituel, une photographie de ce qu’il se passe avec ces mères porteuses et l’Ukraine.

Et bien, en effet, l’Ukraine est le seul pays d’Europe ayant une véritable industrie des mères porteuses, c’est à dire, de mon point de vue, l’exploitation de la misère des femmes d’une façon parfaitement honteuse. Comme en plus elles sont blanches et souvent blondes, cela paraît, si je puis dire, beaucoup plus simple à certains que d’aller acheter au loin dans le tiers monde. Et cette industrie est autorisée d’ailleurs en Ukraine depuis quelques années, en parallèle avec la misère induite par la décrépitude économique d’un pays qui est passé de 52 M à 44 M d’habitants de 1994 à 2022 avant la guerre. Aucun autre pays d’Europe, à ma connaissance, ne permet ce genre de chose, c’est-à-dire une industrie exportatrice. Il y a un certain nombre de pays qui ont glissé peu à peu à des productions, si j’ose dire locales, présumées à consommation locale, mais où d’autres gens viennent quand même se servir. Mais officiellement, ce n’est pas le cas. Il n’y a qu’en Ukraine où il est parfaitement possible que n’importe qui vienne, paie en « cash and carry » en quelque sorte.

Lire la suite