Gilets jaunes : une révolte populaire contre la religion dominante

CHRONIQUE DU LUNDI 19 novembre 2018

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

Merci d’être avec nous. Alors, les gilets jaunes, on en entend beaucoup parler. Est-ce que c’est beaucoup de bruit pour rien ? Quel est votre sentiment sur ce que nous vivons, parce que dans tous les médias on en parle beaucoup, alors, peut-être un peu trop ou peut-être pas assez, quel est votre avis ?

Et bien, je crois que c’est pour la première fois depuis longtemps, la révolte du peuple contre la religion dominante qui n’est ni l’Église catholique apostolique et romaine ni la religion musulmane, qui est l’Église Écologiste des Derniers Jours. C’est-à-dire une secte apocalyptique qui pense que nous allons vers des choses affreuses, pour laquelle a témoigné, ce matin, Benjamin Griveaux, chez un de vos confrères.

Lire la suite

Gilets Jaunes contre talons rouges

CHRONIQUE du vendredi 16 novembre 2018

sur les Ondes RCF: https://rcf.fr/embed/1947025

JC, bonjour.

Bonjour !

L’actualité, bien évidemment, ce soir et ce week-end, notamment demain, ça va être les gilets jaunes qui vont tenter de paralyser la France et ce soir, vous allez nous présenter deux axes finalement : le pouvoir d’achat et la situation des français, et puis d’un autre côté les gilets jaunes. Est-ce qu’il y a vraiment un débouché politique ? Quels sont les axes que l’on peut en tirer ? D’abord, le pouvoir d’achat qui a dégringolé pour les français.

En effet, les indices utilisés par l’INSEE, on savait tous qu’ils sont légèrement tripotés, mais peu de gens se sont rendu compte qu’ils le sont maintenant énormément.

En effet, l’indice d’inflation par exemple, est corrigé de la modernité de certains de ses items. par exemple un ordinateur, si le modèle suivant,lorsqu’on le remplace  au bout de 5 ans, a un potentiel de faire 10 fois plus vite ou  peut mettre plus de choses dans sa mémoire, il n’est pas compté pour le fait qu’il coûte maintenant 120 sur une base de 100, il y a 5 ans . Il est compté sur le fait que ses performances étant 10 fois plus élevées, il ne vaut plus que 12 et ainsi de suite. D’autre part dans l’indice, le logement ne compte que 6 % et je ne sais pas s’il y a beaucoup de gens qui peuvent lever la main si on leur demande si leur logement leur coûte moins de 6 % ou 6 % au maximum de leur pouvoir d’achat.

Lire la suite

Le retour du Monument à l’Armée Noire

CHRONIQUE du Lundi 5 novembre 2018

sur RCF:https://rcf.fr/embed/1936493

On va évoquer les commémorations puisque vous savez que le Président de la République était à Strasbourg hier soir, sera demain aux Éparges et à Verdun dans la Meuse, avant, à 18 h de regagner Reims et ensuite d’aller à Charleville-Mézières mercredi, où il présidera un conseil des ministres à la Préfecture des Ardennes. On va y revenir tout au cours de cette émission. JC est avec nous. JC, bonsoir.

Bonsoir.

Alors, c’est vrai que demain le Président de la République arrive au parc de Champagne. Il sera accompagné d’Ibrahim Boubacar Keïta, IBK, on le surnomme ainsi, le Président de la République du Mali. Il y aura des allocutions, des dépôts de gerbes, alors, à quelle occasion ? Eh bien c’est devant un monument qui est ce que l’on appelle le monument à l’Armée Noire. Est-ce que vous pouvez nous expliquer JC ? Ce monument, il existait à Reims en quelle année ? En quelle année il a commencé à exister ?

Et bien, le monument a été inauguré en 1923, à peu près en même temps qu’un deuxième exemplaire à Bamako, et il a disparu en septembre 1940, enlevé par les nazis.

Disparu, c’est-à-dire que du jour au lendemain, les allemands ont pris ce monument.

Exactement, ils sont venus démonter le monument, ils ont dispersé le socle, le gabion, et ils ont emporté le groupe de bronze pour l’installer à Berlin, dans un musée en quelque sorte des horreurs qu’avait subi l’Allemagne. Puis, ils l’ont perdu. On a des photos du monument pendant son enlèvement et sur une plateforme en gare de Reims prises par Marcel Cocset, un résistant précoce – et ensuite, ce monument qui aurait dû partir à Berlin pour aller dans un entrepôt envoyé par Himmler lui-même, à Speer a été perdu. Ensuite, on a mis 1 an à s’apercevoir qu’on ne savait pas très bien ce qu’il était devenu et qu’il avait sans doute été fondu par erreur. Cela montre que l’armée allemande, malgré une réputation un peu surfaite d’omnipotence et d’efficacité, pouvait très bien perdre un monument de 7 mètres de haut.

Lire la suite

Commémoration du centenaire de 1918 : la campagne de France du président Macron

CHRONIQUE du vendredi 9 novembre 2018

sur RCF: @lien en attente

Comme tous les vendredis, il est fidèle au poste. Parfois il est sur la route, parfois il est en direct avec nous en studio et ce soir, il est avec nous en studio. Bonsoir JC !

Bonsoir.

Avec vous, on va revenir sur l’itinérance mémorielle du Président de la République, Emmanuel Macron. Un parcours qui a commencé dimanche dernier à Strasbourg et qui s’achève aujourd’hui, en tout cas pour ce qui est du pèlerinage j’ai envie de dire en dehors de Paris, du côté de Lens. Ce parcours, que vous inspire-t-il, JC ?

macron reims armée noire 6

Eh bien, c’est un immense parcours, un pèlerinage en quelque sorte didactique, avec un très grand nombre de stations pour pouvoir couvrir tous les aspects de la commémoration de 1918, de l’Armistice de la fin de la Première Guerre mondiale. Mais avec des dissonances parce que c’est un itinéraire très intellectuel au départ, d’historiens en quelque sorte qui devait donner des éléments pour rythmer un récit dans des relais audiovisuels et de presse, à l’écart de la population. Puis, il a été jugé nécessaire par le Président d’aller quand même au contact de la population et d’avoir un EPADH par-ci, une usine par-là, etc., parmi les épisodes. De plus, il fait cela en rencontrant j’allais dire « les vrais gens ». On ne peut pas lui ôter qu’il accepte de rencontrer je dirais « n’importe qui ».macron reims armée noire 2

Lire la suite

Mélenchon : Certains élus sont-ils moins égaux que d’autres ?

CHRONIQUE du vendredi 19 octobre 2018

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1925755

Bonjour Jacques !

Bonjour !

Aujourd’hui, vous avez décidé de parler, si on peut l’appeler comme ça, de l’affaire Jean-Luc Mélenchon.

Tout à fait. C’est quand même un phénomène assez inhabituel qui mérite que l’on s’y arrête.

Eh bien, on va s’y arrêter avec vous. Première question, JC, Jean-Luc Mélenchon, ses outrances et une once de bon droit, pourrait-on dire peut-être ?

Oui, tout dépend combien pèse l’once et combien la gâche son attitude. Car en effet, malgré les apparences, le personnage a un comportement que j’allais dire tout à fait défavorable, défavorable à lui-même. Les formules sont épouvantables et pourtant, il n’a pas tort sur toute la ligne.

En effet, il y a une immunité parlementaire qui est faite pour protéger les représentants du peuple d’ingérence éventuelle des autres pouvoirs, qu’ils soient judiciaires ou politiques, ou qu’ils soient la conjonction des deux, et cette immunité s’applique à lui. Un parlementaire ne peut pas être mis en examen sans l’accord du Bureau de l’Assemblée Nationale, il ne peut pas être mis en garde à vue par exemple et pour ce qui est des perquisitions, c’est assez compliqué parce qu’il y a un statut particulier des perquisitions concernant une association de financements des campagnes électorales et des partis politiques participant à une élection. En effet, je crois que Mélenchon ne le savait pas, ces perquisitions en enquête préliminaire ne sont pas du Droit commun. Dans une perquisition sur commission rogatoire d’un juge d’instruction, les flics sonnent à la porte, si je puis me permettre l’expression, ils rentrent au petit matin que cela vous plaise ou pas. Là, il faut qu’ils demandent au responsable de la campagne de Jean-Luc Mélenchon l’autorisation et il me semble d’ailleurs que cela a été fait une demi-heure avant la perquisition au local des Insoumis.

Lire la suite

De F  Mitterrand à E Macron et retour

JHM Cohen 14 9 2018
De nombreux français ont voté pour E Macron afin que des réformes de structure soient enfin entreprises à marche rapide. Si certains croyaient à la fable de réformes avec l’assentiment général, sans peine pour quiconque et sans contrainte, nombreux étaient ceux qui pensaient qu’elles seraient plus rugueuses mais seraient néanmoins mises en oeuvre. Notamment la plus importante et la plus urgente, la réduction de la dépense publique. Malheureusement, malgré des annonces spectaculaires, la politique suivie n’a pas eu d’effets structuraux significatifs. Tandis que le déséquilibre des gagnants et perdants a fait perdre à EM dans l’opinion l’aile gauche indispensable à tout bonapartisme s’il veut durer.

Lire la suite

La taxe d’habitation ne disparaîtra pas sous terre, liquéfiée par un tremblement de terre

CHRONIQUE du vendredi 12 octobre

Sur RCF:https://rcf.fr/embed/1920423

Bonjour JC.

Chers amis, bonjour !

La liquéfaction des habitants et des sols, cela va être le thème de votre chronique ce soir JC, et tout d’abord, on va parler économie avec la taxe d’habitation amenée à disparaître progressivement d’ici 2021. L’État tient sa promesse, les municipalités ne jouent pas forcément le jeu, c’est ce que l’on constate. Est-ce  vrai ou faux, JC ?

Et bien, c’est vrai et faux parce qu’il faut prendre les choses d’un petit peu plus haut. Ce que l’on voit, c’est que la fiscalité française est faite de morceaux disparates et contradictoires, et que l’annonce qu’on allait pouvoir changer une seule chose pour un grand résultat se retrouve rapidement ficelée dans une situation dont la réalité est beaucoup plus complexe.

Lire la suite