Ukraine : les mères porteuses à l’épreuve des drones

Chronique du 20 octobre 2022

 Sur les ondes de RCF: Lien

La chronique d’actualité avec le professeur Jacques Cohen. Bonjour Jacques !

Bonjour.

Et aujourd’hui, vous voulez nous parler d’un sujet que vous aviez déjà évoqué lorsque l’on a commencé à parler de la guerre en Ukraine, les mères porteuses. C’est un sujet un peu inhabituel, une photographie de ce qu’il se passe avec ces mères porteuses et l’Ukraine.

Et bien, en effet, l’Ukraine est le seul pays d’Europe ayant une véritable industrie des mères porteuses, c’est à dire, de mon point de vue, l’exploitation de la misère des femmes d’une façon parfaitement honteuse. Comme en plus elles sont blanches et souvent blondes, cela paraît, si je puis dire, beaucoup plus simple à certains que d’aller acheter au loin dans le tiers monde. Et cette industrie est autorisée d’ailleurs en Ukraine depuis quelques années, en parallèle avec la misère induite par la décrépitude économique d’un pays qui est passé de 52 M à 44 M d’habitants de 1994 à 2022 avant la guerre. Aucun autre pays d’Europe, à ma connaissance, ne permet ce genre de chose, c’est-à-dire une industrie exportatrice. Il y a un certain nombre de pays qui ont glissé peu à peu à des productions, si j’ose dire locales, présumées à consommation locale, mais où d’autres gens viennent quand même se servir. Mais officiellement, ce n’est pas le cas. Il n’y a qu’en Ukraine où il est parfaitement possible que n’importe qui vienne, paie en « cash and carry » en quelque sorte.

Lire la suite

Covid-19, 8e vague : qui vacciner ?

Jacques HM Cohen 22 09 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

Avec nous par téléphone pour la chronique d’actualité, on retrouve le Professeur Jacques Cohen. Bonjour Professeur !

Bonjour Alexis !

Aujourd’hui dans l’actualité vous voulez nous parler de la Covid-19, 8e vague : qui vacciner ? C’est le titre de votre chronique. D’abord peut-être faire une photographie de ce qu’il se passe actuellement avec la Covid-19, un virus qui est toujours dans l’air si j’ose dire.

Dans l’air et chez les patients, hélas ! On a le démarrage d’une vague et nous avons encore une assez grosse incertitude pour savoir si cette vague va être d’une montée extrêmement rapide et donc relativement brève, ou si au contraire elle va monter lentement. Dans les vagues précédentes, on a eu les 2 styles et on ne peut pas encore l’affirmer sur le début de la montée actuelle. Les autres éléments que l’on ne peut pas affirmer c’est le niveau de gravité et le variant qui va l’emporter pendant cette vague.

Lire la suite

Monkeypox, ralentissement de l’épidémie malgré un vaccin inadapté

Jacques HM Cohen  1 9 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

Jacques Cohen : 

Il fait sa rentrée lui aussi cette semaine, le professeur Jacques Cohen, pour sa chronique d’actualité. Professeur, bonjour !

Bonjour !

On s’était quittés avant l’été en parlant du Monkeypox et ce sera le premier objet de votre chronique d’actualité pour cette saison 2022-2023. Le Monkeypox, quelles sont les nouvelles de l’été, JC ?

 Le virus a passé l’été lui aussi et il y a une bonne nouvelle, c’est que l’épidémie se ralentit. Alors, il y a plusieurs explications possibles. Il y a un état d’esprit là-dessus qui est peut-être de penser que finalement, c’était beaucoup d’inquiétudes, mais cela va disparaître : c’est assez peu probable. En fait, c’est une affaire lente. Le virus a 3 semaines d’incubation, la contagiosité, pour ce virus, est portée par les surfaces contaminées par le virus sécrété, que ce soient à partir des tissus ou par contact direct bien sûr.

Lire la suite

Vaccins RNA : le Korsakoff du système immunitaire

Jacques HM Cohen 7 7 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN @ en attente

Avec nous par téléphone, on retrouve le professeur Jacques COHEN pour sa chronique d’actualité, la dernière de la saison. Professeur, bonjour !

Bonjour !

Rien de bien original pour cette dernière chronique de la saison, on va parler de la Covid-19 alors que l’on commence à évoquer une septième vague. JC, quelle photographie de la Covid-19 peut-on faire en France en ce début juillet ?

On peut déjà en parler avec des choses originales, mais pas seulement de la septième vague qui est en train de monter, qui s’est emballée au 1er juillet, qui va culminer probablement autour du 15 juillet ou du 21, qui comporte moins de formes graves que la maladie initiale. Mais comme elle va concerner énormément de monde, finalement, elle va donner un certain nombre de cas hospitalisés et donc une mortalité indiscutable. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle se moque des vaccins et des immunisations, c’est-à-dire aussi des infections antérieures. Comme elle est très contagieuse et que l’on n’a pris strictement aucune mesure en disant « on s’en fout » ou à peu près, tout le monde va l’avoir. On va avoir une épidémie expérimentale pure dans une population non protégée et ne se protégeant pas.

Lire la suite

Monkeypox : vaccins et stratégies vaccinales

Jacques HM Cohen  1 7 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN en attente

Avec nous, par téléphone, on retrouve le professeur Jacques COHEN pour la chronique d’actualité. Jacques COHEN, bonjour !

Bonjour !

JC, l’actualité, c’est le Monkeypox, un virus que l’on essaye de décortiquer semaine après semaine avec aujourd’hui au programme les vaccins et la stratégie vaccinale. Que voulez-vous nous dire, Professeur ?

Je voudrais commencer par parler des différents vaccins parce que ce sont eux qui sous-tendent la stratégie vaccinale vis-à-vis d’un virus dont le rythme de développement est lent. Le cycle est d’à peu près un mois contre moins d’une semaine pour un Covid par exemple, l’incubation est de trois semaines comme les oreillons, mais ce n’est pas parce qu’il va lentement qu’il ne va pas sûrement. En particulier, il est très résistant, il est contagieux par les surfaces et il semble que la montée soit maintenant inexorable puisqu’on n’a pas coiffé l’épidémie à son début. Quels sont les outils dont on dispose ? En fait, il n’y a pour l’instant guère que les vaccins et il faut reprendre la question de la vaccination antivariolique qui a été faite avec un virus proche, un virus de la famille des pox, celui de la vache qui devrait protéger également, plus ou moins parfaitement – on n’est pas sûrs que ce soit parfaitement – contre le virus dit du singe dont on sait qu’en fait, c’est un rongeur ou un écureuil de forêt Africaine qui est son réservoir naturel. Les grands singes sont malheureusement très malades avec ce virus, c’est pour cela que c’est sur eux que l’on s’en est rendu compte.

Lire la suite