Le Covid21 est il né en Amazonie ?

JHM Cohen 21 01 2121

Sur les ondes de RCF:@lien en attente

Au bout d’un an de circulation virale des variants notables font leur apparition. On discute de leur échappement éventuel aux vaccins basés sur le Spike. Les tests les plus courants pour juger de l’échappement sont basés sur la liaison d’anticorps sur le Spike, et le test de référence d’inhibition de l’infection d’une culture cellulaire par du vrai virus est très peu pratiqué. Comme la réponse des tests n’est pas en tout ou rien mais quantitative, sans trop savoir ou placer la barre du seuil d’efficacité in vivo, c’est dire que leurs résultats sont à prendre avec prudence. 

Mais la pierre de touche pour juger d’un variant, c’est son échappement à l’immunité naturelle, c’est à dire sa capacité à contaminer des sujets qui ont été précédemment malades. Depuis le début de l’épidémie, des ré-infections n’ont été signalées qu’anecdotivement, le plus souvent chez des sujets aux pathologies ou traitement immuno-suppresseurs. Et même chez eux les ré-infections étaient toujours moins sévères que la primo-infection. 

Si le variant anglais n’échappe pas à l’immunité acquise, le variant Sud-Africain, sous réserve, non plus,  le variant Brésilien a démontré cette redoutable capacité. Il faut donc étudier plus en détail sa brève histoire.

Lire la suite

Covid 19 Réponses à des questions fréquemment posées

Jacques HM COHEN 11 01 2021

De nombreuses personnes me demandent mon avis sur leur cas personnel, principalement ces jours-ci.

Pour décider de se faire vacciner ou pas. 

R. Si vous avez plus de 75 ans, faites vous vacciner dès que possible. Votre risque en cas d’infection est très supérieur à celui des vaccins RNA, seuls disponibles en France.

Si vous avez des antécédents allergiques ou auto-inflammatoires sérieux, il vous faudra en revanche attendre qu’un autre type de vaccin soit disponible en France. C’est le vaccin adenovirus d’Astra-Zeneca qui devrait arriver le premier, en principe en février.

Si vous avez un facteur de risque lié à du diabète, un surpoids, une insuffisance d’organe: poumon coeur foie rein… faites vous vacciner quelque soit votre âge.

Si vous avez moins de 50 ans votre vaccination n’est pas souhaitable, tant qu’on ne sait pas si cette vaccination supprime la circulation virale. Vous n’avez en effet aucun risque viral sérieux et les inconvénients des vaccins RNA représentent un risque inutile pour vous. Cela tombe bien, pour l’instant personne ne vous propose de vaccin en France ! 

Si vous avez déjà fait la maladie, vous n’avez aucune urgence à vous faire vacciner, tant qu’on ne sait pas au bout de combien de temps votre immunité anti Covid va décliner.

Si vous êtes un personnel de santé de plus de 50 ans, sans facteur de risque particulier, vous pouvez considérer soit de façon altruiste que vous ne voulez pas piquer sa dose à un plus vieux et attendre un peu, soit au contraire que votre vaccination convaincra les hésitants.

seringue

Une vaccination discutable….

On me pose aussi deux questions personnelles plus ou moins bien intentionnées:

Vous même, allez vous être rapidement vacciné ?

La réponse est hélas non car je vis en France. Mes antécédents médicaux me font placer en contre-indication des vaccins ARN. Si je pouvais bénéficier d’un autre vaccin, virus entier chinois indien brésilien ou autre, spike recombinant Johnson et Johnson ou cubain, ou même vecteur viral recombinant adenovirus Spoutnik ou Astra-Zeneca, je retrousserais ma manche immédiatement !

En fait, qu’est-ce que vous y connaissez en virus et vaccins ?

Je suis médecin et toute ma carrière, même de recherche, j’ai continué à voir des malades, dont des Covid depuis un an. Je suis Pr d’Immunologie ayant passé plusieurs dizaines d’années à l’étude des réponses immunes contre des virus comme l’EBV, l’HIV ou l’hépatite B, les parasites du paludisme…, réponses atypiques soit du fait de l’agent infectieux, soit liées à des particularités de l’individu ou à de l’auto-immunité. J’ai ainsi contribué à la lutte contre le sida. Je figure parmi les inventeurs du brevet de l’un de ses variants. Si notre recherche d’épitopes vaccinaux a été infructueuse, le groupe de travail de l’Institut Pasteur auquel j’ai participé a pu définir les meilleurs épitopes de diagnostic universel. J’ai contribué à l’étude des mécanismes de défense contre les agents infectieux par le système du Complément, notamment à l’étude du rôle des globules rouges dans le contrôle de l’inflammation induite par la réponse immune anti-infectieuse y compris récemment dans la Covid. 

Du point de vue institutionnel, j’ai été responsable du groupe Biologie de Médecins du Monde, J’ai participé comme représentant des ONG au groupe de travail de l’OMS sur les vaccins GAVI, j’ai été membre du conseil scientifique de l’agence du médicament ( aujourd’hui ANSM ), et comme expert judiciaire agréé par la Cour de cassation, j’ai traité des dossiers de sang contaminé ou de  complications vaccinales, réelles ou alléguées.

Mais aujourd’hui vous ne foutez plus rien. Vous êtes devenu commentateur !

Pas du tout ! Je poursuis une activité de recherche, et même un des projets auxquels je participe concerne les vaccins.

Vaccins anti-Covid19: la guerre de religions efface la science

JHM Cohen 5 1 2121

Deux attitudes irrationnelles concernant la vaccination anti-covid envahissent le champ public. Toute deux du domaine de la foi, refusant l’analyse des données scientifiques et les choix raisonnés qui peuvent en découler. L’une, prévisible, anti vaccins se méfie du diable, en voit les méfaits partout, et le combat avec l’énergie du désespoir qui l’habite. Vade Retro ! L’autre plus inattendue pour moi, croit au paradis sur terre et à l’aube radieuse de demain grâce à la sainte ampoule du vaccin. Peu importe lequel. Peu importe si sa potion est amère, ou si le flacon se vide rapidement. Il va se remplir tout seul comme l’ampoule inépuisable des sacres de Reims. Dieu ou Pasteur y pourvoiront. 

L’immunologiste rationaliste ne peut que rappeler des éléments de choix plus terre à terre et constater que les choix politiques français en la matière tiennent plus de la girouette que de la boussole.

Lire la suite

Vive les vaccins, y compris contre le Sars-Cov2 !

Mes réserves sur la politique vaccinale sont largement reprises et déformées par le courant complotiste  sur les réseaux sociaux.

Je ne partage absolument pas l’argumentaire et les présupposés idéologiques du Pr Perronne. Je ne suis en rien hostile aux OGM par exemple. Je défends l’utilisation de la science pour le progrès humain, contre les complotistes et toute idéologie apocalyptique millénariste mythifiant un présumé âge d’or passé à restaurer. Il suffit de lire mes sujets sur l’origine du sars-cov2 ou sur les débuts de la vaccination anti diphtérique sur mon blog pour s’en convaincre.

Je souhaiterais que la vaccination par des vaccins inconnus ( arn, adenovirus ) soit limitée aux catégories les plus à risques de décès ( > 75 ans, obésité morbide, diabète insulino-requérants ) jusqu’à avoir du recul à leur sujet et qu’on privilégie les solutions éprouvées ( protéine recombinante, virus entier inactivé ) à mesure de leur disponibilité pour étendre la vaccination. Concernant le virus entier inactivé, c’est aussi dans de nombreux exemples la solution pour une immunité plus durable. On peut regretter que les pouvoirs publics français, à l’opposé du choix chinois, n’aient prévu aucun vaccin virus entier inactivé dans leur plan de développement.

Lire la suite

Vaccins anti covid. Ceux qui courent en tête ont ils mordu les bordures des chicanes?

JHM Cohen

Chronique du 27 novembre 2020

Sur les ondes de RCFhttps://rcf.fr/embed/2522242

 

Avec nous par téléphone le vendredi, on retrouve le professeur Jacques COHEN pour sa chronique d’actualité, Jacques COHEN bonjour.

Bonjour.

JC, aujourd’hui on va s’intéresser au vaccin anti-COVID, JC déjà, d’une façon globale la situation générale, où en est-on de ces vaccins, parce que le Président de la République française c’est adressé aux Français mardi soir, et il a dit peut-être que fin décembre, début janvier on pourra se faire vacciner en France. Alors, quel est votre point de vue sur cette situation ?

Si on peut le dire avec une image course de vélo, il y a un peloton de presque 150 inscrits, et il y a des échappés qui sont en tête. Le problème de ces échappés, c’est qu’ils ne respectent pas forcément totalement les règles du jeu, ils coupent les virages (comme on dit), là où ce n’est pas permis. En course à pied ils quitteraient leur couloir pour celui du voisin. Ou en Formule 1 ils auraient coupé les bordures des chicanes. Et tout ceci aboutit à prendre quelques risques. Alors on peut très bien choisir d’admettre ces risques et de dire que la situation est grave et qu’on admet un certain nombre de problèmes éventuels, parce que le coût-bénéfice sera satisfaisant. Mais sur l’impression que le vaccin est la solution sans risque, il y a un grand danger à se précipiter sur ces premiers vaccins.

Lire la suite