Benalla saison 3 ou « la vie des autres » version française

Chronique du vendredi 8 Février

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2019822

JC bonjour.

Bonjour.

Alexandre BENALLA pourquoi ce sujet ce soir ? Eh bien tout simplement parce qu’il y a eu de nouvelles révélations faites par Mediapart, c’était le 31 janvier et puis ces dernières heures l’actualité s’est bousculée à la suite de ces révélations, qui ont eu des répercussions et des effets boules de neige. D’abord, on a eu la connaissance de nouveaux épisodes dans l’affaire BENALLA avec des enregistrements, est-ce qu’on peut rappeler les faits ?

Eh bien, la saison 3 ouvre par la divulgation d’enregistrements. Des enregistrements dont on ne sait d’ailleurs pas très bien si ce sont des écoutes téléphoniques ou plus probablement la sonorisation d’une pièce ou bien évidemment Benalla et l’un de ses comparses se préparent à arranger le coup et à contourner les contrôles judiciaires qu’il a enfreints et un certain nombre de choses qu’il ne voudrait pas voir révélées…

Avant…

Dont la plus importante est qu’il est directement impliqué dans un contrat de protection entre un oligarque Russe et une maison de sécurité dans laquelle, si l’on peut dire, il fait des ménages et il est même un peu le patron.

Lire la suite

Hypermarchés : soutien aux éleveurs de Nutella et planteurs de Ricard !

Chronique du 1 février 2019

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/2014335

 

JC est avec nous, JC bonjour !

Bonjour.

Et aujourd’hui vous vous attaquez au relèvement des seuils de revente à perte, les SRP qui sont devenus actifs aujourd’hui. C’est vrai que quand on va faire nos courses, aujourd’hui, peut-être que certains consommateurs se sont rendus compte que leurs paniers moyens ont augmenté et pour cause, vous allez nous expliquer tout cela.

Eh bien tout cela, comme souvent, part d’une très bonne intention. C’est que ce seuil est destiné à éviter les ventes à perte et donc à éviter que la grande distribution fasse trop pression sur ses fournisseurs. Malheureusement, la négociation ne s’est pas passée, sur ce dernier point, des marges aux producteurs, aux agriculteurs.Malheureusement la négociation a été faite, j’allais dire, selon un dirigisme honteux. C’est-à-dire que les gens de Bercy et du ministère de l’Agriculture sont des dirigistes probablement jusqu’à la moelle et jusqu’à la tombe, mais l’affichage actuel est de mettre des mécanismes de régulation neutre et de ne pas dire franchement à la grande distribution « vous écrabouillez les producteurs de lait ou d’autres catégories et donc vous allez leur rendre du fric de façon autoritaire. Donc on met en place un système très compliqué qui, par le jeu des seuils, aboutit pour certains produits effectivement à rendre un petit peu aux agriculteurs. Mais malheureusement cela va concerner des tas d’autres produits parce que la grande distribution par principe fonctionne sur de très faibles marges et donc relever les marges des produits qui sont à raz du seuil, en relevant le seuil, cela va malheureusement impacter des tas de choses. Et il y en a un qui a joué le jeu inverse de l’entente de la grande distribution, c’est Leclerc, Michel Edouard LECLERC qui s’amuse à expliquer qu’effectivement cela va donner une bouffée d’oxygène extraordinaire aux planteurs de pastis ou aux éleveurs de Nutella.

Lire la suite

Le traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle un signal vers les USA et la Russie

Chronique du jeudi 24 janvier 2019

Sur RCF: @lien en attente

Une fois n’est pas coutume, d’habitude il est avec nous le vendredi soir, mais demain soir émission spéciale avec mon seigneur François Touvet, évêque du diocèse de Châlons, c’est pourquoi JC nous rejoint ce jeudi soir. JC bonsoir.

Bonsoir.

J’ai même envie de dire, parce que cette chronique est diffusée à d’autres moments dans la journée, JC bonjour.

Bonjour.

Vous allez nous parler du traité d’Aix-la-Chapelle qui a été signé par Angela Merkel et Emmanuel Macron, le président de la République française et Angela Merkel la chancelière allemande, bien évidemment. Mais avant cela, on va le replacer dans son contexte historique, parce que ce n’est pas le premier traité d’Aix-la-Chapelle qui a été signé.

Oui, Aix-la-Chapelle c’est, finalement, j’allais dire la capitale des traités. D’abord le traité de Verdun, et sa place de capitale de Charlemagne. Mais ensuite, il y aura un traité pour la succession d’Espagne, il y aura un traité pour la succession d’Autriche, il y aura un traité de retouche du traité de Vienne après la chute de l’empire. Donc, c’est en quelque sorte la capitale des traités et c’est le lieu où le prix Charlemagne est décerné tous les ans.

Lire la suite

Brexit dur ou retarder l’horloge… indéfiniment !

Chronique du 18 janvier 2019

sur RCF: https://rcf.fr/embed/2002732

JC est avec nous, JC est un citoyen français et un citoyen rémois, mais il va nous dire ce que veulent les Anglais, JC bonjour !

Bonjour. Je serais bien en peine de dire ce que veulent les Anglais, car je crains qu’ils ne le sachent pas, ou du moins qu’il n’y ait pas d’expression politique d’une volonté précise et majoritaire en Grande-Bretagne. Le Royaume-Uni a voté, de façon inattendue, pour un retrait de l’Union Européenne et plusieurs épisodes s’en sont suivis, aboutissant à un projet assez laborieux d’accord, qui a été rejeté par le parlement britannique.

Lire la suite

Gilets Jaunes : Chronique d’un mort annoncé

CHRONIQUE du vendredi 11 janvier 2019

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1996763

JC, on l’a dit en introduction de cette émission, vous vouliez nous parler des Gilets Jaunes, l’acte 9, en lançant le sujet sur le grand débat national qui va commencer ce mardi, et ce grand débat national a l’air mal engagé avec le départ de Chantal JOUANNO qui a jeté l’éponge dans la semaine.

Oui, je crois que l’on peut parler de l’acte 10 avant de parler de l’acte 9 et de ce débat qui part déjà sous de très mauvais auspices puisque la personne qui devait l’organiser, l’encadrer et le personnaliser a jeté l’éponge. Pour une spécialiste des sports de combat – cela montre qu’elle considérait que ce n’était pas un combat terrible – donc les thèmes sont assez peu définis, l’opinion publique a surtout l’impression que le gouvernement a l’attitude « on va vous expliquer », ce que justement ils ne veulent plus entendre. Donc je ne parie pas grand-chose sur l’issue de cette procédure.

Lire la suite

Syrie : L’Orient est trop compliqué pour D Trump

CHRONIQUE du Jeudi 20 décembre 2018

La démission du Gal Mattis, survenue après l’enregistrement de cette chronique, authentifie la décision de D Trump de retirer ses troupes de Syrie. Le texte suivant est donc actualisé.

Sur les ondes de RCF :https://rcf.fr/embed/1979099

On va parler de la Syrie et de Trump puisque Donald Trump a annoncé que les armées américaines allaient se retirer de Syrie, c’est une surprise.

C’est une surprise et la première chose qu’il faut faire devant une surprise c’est de savoir si c’est vrai ou pas. Compte tenu du personnage, cela pouvait être une lubie nocturne censurée par son État-Major dès le lendemain. Mais la démission du Gal Mattis, son secrétaire d’État à la Défense, « authentifie » en quelque sorte la décision de D Trump.

Lire la suite

Les gilets jaunes refleuriront-ils au printemps ?

CHRONIQUE du jeudi 13 décembre 2018

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

Vous allez nous parler des gilets jaunes, la suite. Emmanuel Macron est venu s’exprimer devant les Français, c’était lundi soir. Un discours dans lequel il a fait de nombreuses annonces, notamment la hausse du SMIC ou en tout cas de la prime d’activité. Il a fait d’autres annonces, l’annulation de la CSG pour les retraités qui gagnaient moins de 2000 € par mois. Quelles sont les conséquences de ces annonces du Président Emmanuel Macron ?

Et bien, Emmanuel Macron a essayé de faire comme en 1968, c’est-à-dire « on lâche de l’argent de différentes façons et cela devrait calmer les gilets jaunes ». Le problème est que cet argent qui est distribué, il faudra bien le prendre quelque part. Alors, en 68, on avait un peu le temps. On a pu mettre 2 ans, grâce à l’inflation, à récupérer un peu de ce qui avait été lâché, et puis une partie restait acquise parce que la croissance a permis de la consolider et au contraire, de s’en servir. Là, on est dans une situation totalement différente. Si on reste en l’état, avec des dépenses accrues d’une bonne dizaine de milliards et un déficit budgétaire qui va passer à 3,5, on aura une situation que l’on va payer à très court terme, à peu près à 6 mois. Donc, il est inéluctable que le gouvernement et Bercy s’efforcent de récupérer de l’argent beaucoup plus vite, et probablement dès les hausses de janvier.

Lire la suite