Mayotte, il est déjà trop tard

Chronique du 25 octobre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2220519

Pour la chronique d’actu c’est JC que l’on retrouve. Il est avec nous par téléphone, bonjour Jacques.

Bonjour.

Si vous êtes docteur et aujourd’hui vous êtes un peu dans un état grippal, c’est vrai que la campagne de vaccination a commencé cette semaine. On rappelle à tous nos auditeurs qu’il est important de se faire vacciner contre la grippe.

Exact oui. Je me suis fait vacciner il y a 3 jours, mais ce n’est pas cela qui me rend malade ni d’ailleurs une vraie grippe, mais il y a beaucoup d’autres histoires virales qui peuvent donner la voix que vous entendez.

On aura peut-être l’occasion d’y revenir dans l’une de vos prochaines chroniques. Parce que Jacques ce n’est absolument pas de cela que vous voulez nous parler, mais plutôt de revenir sur le déplacement du Président de la République française Emmanuel Macron à Mayotte, c’était en début de semaine. JC que se passe-t-il à Mayotte puisque c’était un peu l’occasion de parler un peu de ce territoire.

Et bien, il est assez étonnant de voir le président de la République aller à Mayotte pour proposer des solutions simples à un problème qui est insoluble. La situation de Mayotte est très particulière, c’est l’une des Comores. Lors du référendum d’autodétermination – 3 iles sur 4 pour faire court ont choisi de devenir indépendante et la 4ème, Mayotte, a choisi de rester française, jusque-là on s’est dit pourquoi pas -, mais il y a un déséquilibre de richesse considérable, parce que les autres Comores n’ont guère de ressources ou ne savent pas bien les exploiter et Mayotte non plus, mais Mayotte a la France. Donc, il y a beaucoup d’argent qui est déversé. On est dans une situation j’allais dire, à l’inverse de situations coloniales classiques. Autrefois les colonies c’était des exploités, il y avait des colons qui se servaient pour cela. Maintenant il y a toujours des colons qui se servent, si je puis dire, mais qui se servent sur la rente de situation de l’arrosage de la République.

Lire la suite

Voile islamique: Ne pas se voiler la face

Chronique du 18 octobre 2019

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

JC qui est avec nous par téléphone. Bonjour JC.

Bonjour.

Vous voulez nous parler de cette femme voilée au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté qui est venue en tant qu’accompagnatrice scolaire avec des enfants. JC, premièrement que pensez-vous de cette nouvelle affaire du voile au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté ?

Je pense que ce n’est pas seulement au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté qu’il faut penser. Il ne faut pas se voiler la face en prenant le voile de l’Islam comme une mode vestimentaire, ce ne sont pas des chaussettes jaunes à pois rouges, c’est un bout de tissu comme l’est un drapeau. C’est celui d’un certain Islam qui combat justement l’égalité comme la liberté et les droits des femmes. C’est donc une idéologie qui est à combattre, car c’est une idéologie qui se déclare notre adversaire, l’adversaire de la République. En Syrie, même les islamistes soi-disant modérés avaient rétabli la polygamie dans les zones qu’ils contrôlaient. Et je crois d’ailleurs que les Iraniennes ou les Magrébines, en Tunisie par exemple, qui luttent contre le voile et la tyrannie dont il est l’étendard, doivent être consternées par l’immense naïveté française.

voiles-musulmans-289x300

Voiles…..

Lire la suite

Syrie: Trump en disciple inattendu et bouffon d’Obama

Chronique du 11 octobre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2209627

Bonjour JC.

Bonjour.

Vous êtes avec nous par téléphone aujourd’hui, puisque vous étiez sur la route, alors j’avais envie de dire la route des rois, vous nous avez dit en préparant cette chronique c’est aussi la route des universités Orléans, Versailles. En tout cas vous êtes un vrai globetrotteur.

Une petite fraction du globe aujourd’hui.

Pour aujourd’hui, mais on sait que parfois vous allez bien plus loin. Toujours est-il JC, aujourd’hui vous voulez nous parler de cette offensive turque vers le territoire Kurdes en  Syrie. JC qu’est-ce qu’il se passe ? Un petit décryptage.

Alors, il y a probablement pour commencer un accord entre les Turcs et les Américains pour que les Turcs obtiennent que les milices kurdes ne soient plus au contact sur la frontière, c’est-à-dire un retrait de 5 kilomètres. La négociation c’était entre 5 et 30 kilomètres, parce que l’autre enjeu pour les Turcs c’est de relocaliser des Syriens chez eux. Ils ont 3 millions et demi de syriens. Ils nous menacent d’ailleurs de les laisser filer vers l’Europe et ils voudraient pouvoir les installer en territoire Syrien et non pas les garder à la maison, cela commence à poser de sérieux problèmes.

carte-syrie-offensive-turque-141019_0_1399_625

Lire la suite

Lubrizol : tout s’est très mal passé !

Chronique du 4 octobre 2019

sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2195612

Bonjour Jacques.

Bonjour.

Aujourd’hui on va évoquer l’incendie de l’usine Lubrizol, c’était le jeudi 26 septembre, il y a 8 jours déjà, à Rouen. Rappel des faits JC.

Et bien, il y a une usine qui fait de la transformation pour la production finale d’additifs multiples, donc des produits chimiques potentiellement dangereux qui a brûlé. Et dans de très larges proportions, puisqu’il y a plus de six-mille tonnes de produits qui sont partis en fumée. Plus ceux qui sont restés, qui se sont répandus, qui se sont mélangés, etc.

Lire la suite

Un château de cartes en Ukraine

Chronique du 27 septembre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2186100

JC bonjour.

Bonjour.

Pour tout dire à nos auditeurs, vous êtes à Lyon vous avez une vue formidable sur les Alpes, changement de décor par rapport à nous qui sommes en Champagne Ardenne.

Changement de décor, mais « tout est affaire de décor, c’est toujours soi que l’on retrouve ».

Et nous on va complètement changer de décor, JC, puisque l’on va prendre l’avion et on va se rendre du côté de l’Ukraine, peut-être même aussi du côté des États-Unis. On va beaucoup voyager avec vous puisqu’on peut le dire, dans la campagne aux USA, le business ukrainien du fils BIDEN qui s’est un peu invité dans la campagne avec ces écoutes téléphoniques qui ont été révélées entre Donald TRUMP et le président ukrainien.

Alors ce n’est pas une écoute téléphonique. C’est une retranscription et la fuite vient des services de renseignement US qui ont un peu l’équivalent de notre article 40 du Code pénal, disant qu’un fonctionnaire doit prévenir le procureur quand il apprend quelque chose qui est franchement anormal. Et là le fonctionnaire des services de renseignement US a appris que le président TRUMP demande au président Ukrainien ZELENSKY « est-ce que vous pourriez me faire une faveur ? » ce qui n’est pas tout à fait une formule courante, et qu’il s’agit de changer de procureur pour que le fils de BIDEN puisse être poursuivi pour avoir fait des affaires il y a quelques années en Ukraine.

Lire la suite

Interview sur FR3 Champagne Ardenne: la crise des urgences

VERBATIM  Juin 2019

On va plus loin avec vous, JC bonsoir.

Bonsoir.

Vous êtes médecin au CHU de Reims, ancien adjoint d’Adeline Hazan

Les urgences de Reims seront donc en grève demain, voyez-vous des similitudes locales avec la situation nationale ? Au commencement, les urgences ont vu arriver un tsunami de la destruction du maillage territorial hospitalier et de la dégradation de la médecine générale. Pour y faire face, a été mis en place à différents endroits, plus dans certains que dans d’autre, un système de travail à la chaîne. C’est très bien pour s’occuper de découper des poulets, les poulets sont morts avant. Pour des malades, cela ne marche pas.

Lire la suite

Brexit : Bo Jo le sortant se fait sortir

Chronique du 6 septembre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2175397

 

JC bonjour.

Bonjour.

Le Brexit ça a eu du mal à s’enclencher, on a eu Teresa May qui a dû partir. Boris Johnson est arrivé, il a promis la lune, mais la lune il faut aller la décrocher JC.

Et la décrocher et non pas au-dessus de son territoire, mais chez les voisins, de l’autre côté du canal, donc la décrocher en Europe. Et cela parait à peu près impossible.

Mission impossible pour Boris Johnson ?

Sa technique du bord du gouffre a déjà échoué puisqu’une bonne partie, y compris des gens de son camp, a considéré que c’était parfaitement déraisonnable de tout fonder sur la nécessité d’obtenir des concessions supplémentaires de l’Union européenne, en particulier concernant le fameux filet de sécurité en Irlande. En effet, c’est un système qui se tient comme un château de cartes. En Irlande la paix en Ulster, en Irlande du Nord, en territoire britannique ne tient que parce qu’il y a maintenant des liens étroits avec l’Irlande, j’allais dire du Sud, la république d’Irlande. Et que si on commence à toucher à quoi que ce soit on retouche aux divisions à l’intérieur de l’Ulster entre catholiques et protestants. On verrait ressurgir des extrémistes et on retomberait dans une situation qui a pourri la vie des Anglais pendant des dizaines d’années. Donc ça, du point de vue de l’homme de la rue en Angleterre que l’Irlande soit pacifiée par l’Europe, il ne faut pas y toucher.

Lire la suite