Vaccins anti covid19: le casse-tête de la variabilité des variants !

JHM Cohen 17/02/2021

Sur les ondes de RCF le 19 02 2021:https://rcf.fr/embed/2584897 Transcription en annexe 

Devant l’apparition de variants, le premier réflexe est de se dire qu’on va les ajouter dans le vaccin. Après tout, le vaccin anti polio utilise systématiquement 3 souches. Malheureusement, il y a bien plus de 3 variants ce qui conduit au second réflexe de penser accumuler les variations sur une seule molécule du spike. Si l’on considère que des variants émergent tous les jours, on peut être tenté de les prédire, soit in-silico, soit en laissant ou faisant muter le virus in vitro pour aider son imagination et combattre les variants de demain et non pas seulement ceux d’aujourd’hui voire d’hier. Nous allons voir qu’en fait, ces trois approches vont rencontrer de grosses difficultés, que le succès de chacune n’est pas garanti. Et qu’il faudra au minimum les associer. Sans oublier que tous les anticorps élicités par le virus ne concernent pas le spike, mais que les autres ont une chance de ne pas varier avec le spike et de permettre une couverture  plus large.

Lire la suite

Vaccination Covid19: la longue marche des difficultés à surmonter

Chronique du 11 février 2021

Sur les ondes de RCF:https://rcf.fr/embed/2579587

Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour.

On évoque avec vous aujourd’hui, la Covid-19 avec notamment, en grand thème, « l’échec du vaccin AstraZeneca en Afrique du Sud ou le rêve brisé », c’est en tout cas le titre que vous avez voulu donner à cette chronique que vous allez matérialiser et développer de façon orale, c’est ce que vous avez écrit dans votre blog, que l’on invite nos auditeurs à consulter: jhmcohen.com. Pourquoi ce choix JC ?

Parce que l’on pouvait espérer, avec le début brillant des vaccinations, qu’on allait enfin en finir avec cette sale bête, avec ce virus. Malheureusement c’est un peu plus compliqué ! Alors, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas vacciner maintenant avec ce que l’on a sous la main, il faut absolument vacciner les personnes à risques avec les deux catégories de vaccins existants, mais il faut se préparer. Il faut se préparer pour la mi-temps suivante, si vous voulez, parce que certains des variants soit qui existent déjà, soit qui vont émerger, échapperont à ce vaccin et il faut donc concevoir des vaccins qui ensuite pourront contrôler ces mutants connus, voir même les mutants encore inconnus, parce qu’on peut faire des prédictions de structure à partir de l’étude du virus.

Lire la suite

Covid19: L’échec du vaccin AstraZeneca en Afrique du Sud, ou le rêve brisé

JHMCOHEN 8 2 21

L’essai du vaccin à vecteur adenoviral rAd26 d’astraZeneca en 2 injections sur un peu moins de 800 personnes contre placebo à effectif égal, a montré 19 vaccinés et 20 sujets contrôles infectés au delà du délai d’efficacité du vaccin. Cet échec conduit à renoncer au lancement à grande échelle en Afrique du sud de ce vaccin inefficace contre le variant local.

Les tests in vitro des autres vaccins anti spike RNA ( Moderna Pfizer ), adeno ( J&J ) ou spike recombinant ( Novavax ) suggéraient une moins bonne protection de ces vaccins contre le variant sud-africain que conte la souche standard. Le premier vaccin testé dans la vraie vie sur le terrain, celui d’AstraZeneca s’est avéré totalement inefficace. L’espoir est mince que le vaccin J&J, un peu moins mauvais in vitro, et qui va être testé, puisse conserver une efficacité utile. 

Lire la suite

Covid19: le futur de l’épidémie et l’épidémie du futur

JHM COHEN  7 2 21

La prédiction épidémique se différentie de la météorologie en ce sens que le long terme est raisonnablement prévisible tandis que le court terme tient de la divination surdéterminée par des préjugés de caste, de lieux communs, culturels, idéologiques ou politiques. Qui a osé dire qu’un pic post Nouvel An 2020 n’était pas obligatoire ? 

Deux points de vue différents  conduisent assez souvent à des conclusions très divergentes, celui des épidémiologistes modélisateurs et celui des immunologistes et virologistes infectiologues.

Lire la suite

Covid19. L’hypothèse d’une guerre de tranchée sans pic éclair.

Chronique du 15 janvier 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2559789

Jacques COHEN bonjour.

Bonjour.

Avec vous aujourd’hui, on va aborder cette thématique des variants du Covid19 et l’évolution de l’épidémie, les conséquences également sur les vaccins. JC, d’abord le variant britannique, ça y est, il est bien là sur nos terres françaises, j’ai envie de dire.

Alors, il est là depuis un certain temps d’ailleurs, et c’est son avenir la grosse incertitude.

Le gouvernement a suivi une seule option qui est de penser qu’il va gagner, et que non seulement il va remplacer la souche habituelle, mais il va se comporter forcément comme à Londres avec un pic qui devrait survenir en début février. Ce n’est pas exclu, mais ce n’est pas la seule hypothèse, parce que schématiquement les mauvaises herbes pour pousser, il faut aussi qu’il y ait de l’eau, elles poussent quand tout pousse, elles poussent un peu plus vite et elles envahissent. Mais si rien ne pousse parce que c’est la sécheresse, les mauvaises herbes ne se répandent pas largement. Pour que ce scénario se produise, il faudrait, je crois, que le variant britannique échappe à l’immunité acquise par la première vague, parce que si ce n’est pas le cas, il peut changer un peu les choses, mais pas dans des proportions gigantesques. À Londres, il s’est répandu parce qu’il n’y a pas eu un gros pic dans cette ville en première vague.

Lire la suite