Vaccins RNA : le Korsakoff du système immunitaire

Jacques HM Cohen 7 7 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN @ en attente

Avec nous par téléphone, on retrouve le professeur Jacques COHEN pour sa chronique d’actualité, la dernière de la saison. Professeur, bonjour !

Bonjour !

Rien de bien original pour cette dernière chronique de la saison, on va parler de la Covid-19 alors que l’on commence à évoquer une septième vague. JC, quelle photographie de la Covid-19 peut-on faire en France en ce début juillet ?

On peut déjà en parler avec des choses originales, mais pas seulement de la septième vague qui est en train de monter, qui s’est emballée au 1er juillet, qui va culminer probablement autour du 15 juillet ou du 21, qui comporte moins de formes graves que la maladie initiale. Mais comme elle va concerner énormément de monde, finalement, elle va donner un certain nombre de cas hospitalisés et donc une mortalité indiscutable. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle se moque des vaccins et des immunisations, c’est-à-dire aussi des infections antérieures. Comme elle est très contagieuse et que l’on n’a pris strictement aucune mesure en disant « on s’en fout » ou à peu près, tout le monde va l’avoir. On va avoir une épidémie expérimentale pure dans une population non protégée et ne se protégeant pas.

Lire la suite

Des nouvelles du front des épidémies

Jacques HM Cohen 24 6 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

La chronique d’actualité aujourd’hui avec le professeur Jacques COHEN. On va aller sur le front, non pas celui de la guerre en Ukraine, mais le front des épidémies, avec vous, professeur dans l’actualité. Bonjour Jacques !

Bonjour !

Sur le front des épidémies, vous voulez nous parler de deux choses aujourd’hui : du Monkeypox et du Covid. Nous allons peut-être commencer par le Monkeypox, un virus dont on a déjà beaucoup parlé ces dernières semaines ensemble.

Ce virus se répand, il ne semble pas que l’on soit dans la situation de foyers isolés qui s’éteignent spontanément. il se répand inéluctablement selon son histoire naturelle j’allais dire, puisqu’aucune mesure sérieuse n’est prise contre lui. Il en est actuellement à une situation de maladie sexuellement transmissible, il est encore très limité dans le milieu de propagation initiale en occident, c’est-à-dire des homosexuels fréquentant des établissements conduisant à des relations avec partenaires multiples. Il va commencer à en sortir. Son danger se situe surtout sur les immunodéprimés, les enfants en très bas âge et les femmes enceintes. Les enfants en très bas âge peuvent faire des formes beaucoup plus graves semble-t-il, et les femmes enceintes ont de fortes chances d’avorter.

Lire la suite

Vaccins ARN anti Covid19: de la marche sur l’eau à ramer comme tout le monde.

Chronique du 22 avril 2022

Sur les ondes de RCF: Lien en attente

Alors, cette semaine vous allez nous parler, si je puis dire, des vaccins contre la Covid-19, mais nouvelle génération.

Oui. Il y a bien sûr des vaccins en préparation concernant les variants du virus, puisque le virus évolue, il faut que les vaccins évoluent.

Donc cela veut dire que les vaccins actuels ne sont pas si efficaces que cela sur les variants actuels ?

Effectivement, ils sont moins efficaces sur les variants actuels qu’ils ne l’étaient sur la souche de départ, c’est un peu classique. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’il n’ait plus d’efficacité du tout. En plus, on a dans cette maladie quelque chose qui est aussi important et différent de ce qu’on voit d’habitude : il faut nettement distinguer la protection contre les formes graves et la protection tout court. La protection tout court, si je puis dire, il n’y en a plus beaucoup au bout de 4 ou 5 générations de variants. Et ce qui est étonnant et heureux, c’est que la protection contre les formes graves persiste, non plus aussi parfaite, mais persiste quand même assez largement, donc cela garde un intérêt. La part d’efficacité vaccinale spécifique liée à l’antigène et celle de la stimulation immune adjuvante non spécifique reste d’ailleurs encore incertaine. Ce qui limite un peu les choses c’est que cette protection contre les formes graves semble aussi avoir une durée de plus en plus limitée de rappel en rappel, ce qui est un des aspects que l’on va voir.

Lire la suite

Covid-19: devenu bénin sauf pour ceux qui en meurent

Chronique du 8 avril 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

Vous voulez aujourd’hui nous parler de santé dans votre chronique d’actualité et de la Covid-19, évidemment, avec ce titre que l’on va donner d’entrée « bénin, sauf pour ceux qui en meurent », parce que c’est vrai, la Covid-19 continue de tuer, JC.

Absolument. La maladie a évolué, et c’est ce que disait Charles NICOLE il y a fort longtemps, les épidémies évoluent sous nos yeux pendant que nous les regardons, elles changent. Elle a changé en ce sens que le virus est beaucoup plus contagieux, autrement dit tout le monde va l’attraper. Il est beaucoup plus bénin, c’est tout à fait exact, la plupart des gens n’auront rien ou un rhume, mais il a une sélectivité très particulière ce Sars-CoV-2 qui fait que sur les sujets fragiles, sur ces cibles, il tue encore. Donc il est assez regrettable qu’on ait levé toute mesure de distanciation sociale ou de protection parce que le virus va déferler sur ces sujets fragiles et on voit une remontée, non seulement des cas, mais des hospitalisations et même une remontée des admissions en réanimation, ce qui veut dire qu’il va y avoir encore de la casse.

Lire la suite

Covid-19: Le pic oublié

Chronique du 01 avril 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

Chronique d’actu aujourd’hui vous voulez de nouveau parler de l’épidémie de Covid-19 parce que c’est vrai que ces derniers temps – même nous d’ailleurs à l’intérieur de la chronique d’actualité – on a beaucoup parlé de la guerre entre Russie et Ukraine et on a l’impression que la Covid est un peu tombée aux oubliettes. Mais finalement, si on fait une photographie de paysage, la Covid-19 est toujours là, JC ?

Le Covid-19 est toujours là parce qu’il y a même un pic, un pic oublié de contamination extrêmement important. Qui aboutit à des malades, certes moins nombreux proportionnellement comme cas graves qu’au tout début, mais de façon très significative parce qu’il y a beaucoup plus de contaminés. Le virus est de plus en plus contagieux. Et on a une situation qui est un peu embêtante en ce sens qu’on abandonne toute mesure de distanciation sociale. On dit aux gens que s’ils le veulent vraiment ils peuvent toujours se protéger voire même faire un rappel. Mais en fait en gros, on considère que cela suffit comme ça et que ceux qui vont claquer c’est la faute à pas de chance. C’est une très mauvaise chose parce qu’on aurait dû orienter effectivement la prévention d’une part et le traitement d’autre part en ciblant les catégories à risques.

Lire la suite