Covid19 – vaccins de masse, vaccins ciblés, vaccins sur mesure

Chronique du 16 avril 2021

Sur les ondes de RCF: Lien @

Jacques COHEN, aujourd’hui, on s’intéresse de nouveau aux vaccins et d’abord à la qualité des vaccins. Que faut-il retenir ? Que peut-on en dire de la qualité des vaccins ?

Les vaccins actuellement employés sont des vaccins faits en urgence. Ils ne bénéficient pas de la sécurité que donne le temps habituel de fabrication des vaccins qui est de 5 à 10 ans. Et donc, on a des vaccins qui ont été acceptés parce qu’il faut comparer les dangers de l’épidémie et les dangers ou les incertitudes des vaccins. Alors ce n’est pas étonnant, et c’était inévitable, mais la population ne raisonne pas en termes de statistique, et en termes de coût/bénéfice, économique et santé publique, elle raisonne sur l’impression. Et la question très importante pour les vaccins c’est la confiance, et une complication des vaccins adénovirus ruine la confiance dans ces deux vaccins. Alors, ils ont certes tué, mais à l’échelle de 1 par million, voire moins, ce résultat est malheureusement banal. Mais maintenant, le mal, si j’ose dire, est fait surtout après avoir vu les autorités au départ nier le problème. Donc comme je l’ai déjà dit et écrit, je pense que ces vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson sont morts eux aussi et qu’il faut reporter les efforts sur d’autres vaccins si on ne veut surtout pas voir apparaître un effet domino de perte de confiance dans l’ensemble des vaccins.

Lire la suite

Covid-19: l’immunité naturelle ou le variant bénin, seules fins de l’épidémie ?

Chronique du 08 avril 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2620227

On retrouve le professeur Jacques Cohen. Jacques bonjour.

Bonjour.

JC, une chronique que vous faites depuis un tracteur aujourd’hui. Rassurez-nous, vous êtes toujours professeur et vous n’êtes pas agriculteur désormais ?

Non, mais cela aurait pu m’intéresser. Malheureusement ma vie ne s’est pas orientée comme cela mais je suis content d’être dans un tracteur. Immobile d’ailleurs pour enregistrer, mais cela donne un peu une ambiance différente d’un studio.

Eh bien voilà, on est avec vous dans les coulisses de cette interview, JC. On entend différentes théories sur l’évolution probable du virus de la Covid-19, elles ne disent pas toutes les mêmes choses, elles ne collent pas toutes. Est-ce que vous avez une opinion sur les différentes théories que l’on entend, vous JC ? Et peut-être nous les présenter aussi, parce que certains de nos auditeurs en connaissent peut-être une, deux, mais pas toutes.

Oui. On va en parler un peu en disant comme souvent ce qu’elles ont de vrai, ce qu’elles ont de fausse chacune. Parce que s’il y en a plusieurs c’est parce qu’aucune n’est parfaite.

Alors tout d’abord, il y a des gens qui attendent l’immunité d’éradication, c’est-à-dire qui disent que tant que tout le monde n’a pas attrapé le virus, le virus circulera et quand tout le monde l’aura attrapé ce sera fini.

Lire la suite

Covid19: que faire du vaccin AstraZeneca devenu le boulet de la vaccination ?

JHM COHEN 4 Avril 2021

La poisse existe chez les vaccins. Le vaccin AZ a accumulé les malchances dès sa sortie: une erreur de dose pour une partie de son essai clinique de phase 3, une myelite transverse dans les débuts des essais humains, une plus faible efficacité chez les sujets âgés dans des tests in vitro que l’usage clinique ne confirmera pas. Une plus forte réactivité chez les sujets jeunes, mais s’agissant surtout de personnels de santé ayant sans doute déjà été en contact avec le virus. Enfin des accidents thrombotiques de 2 types, un type courant de thromboses veineuses et embolies pulmonaires, et un type exceptionnel de thromboses veineuses multiples, par exemple des sinus cérébraux ou des veines mésentériques, associées à une coagulation vasculaire disséminée avec consommation des plaquettes et des facteurs de la coagulation conduisant à des hémorragies. La cause des ennuis spécifiques du vaccin AZ n’est pas connue. Peut être est-ce d’avoir utilisé un Adenovirus de chimpanzé pour éviter l’immunité contre les souches d’Adenovirus humaines. 

Lire la suite

Covid 19: les futurs de l’épidémie.

JHM Cohen 26 03 2021

Sur les ondes de RCF: lien 

Pour tenter de deviner la route que le virus suivra à l’avenir, il faut déjà regarder celle qu’il a suivie. Dès qu’une fraction de contaminés disséminateurs asymptomatiques a été mise en évidence, il est devenu évident en Février 2020 que la pandémie était inévitable. Nous pensions que cette épidémie se limiterait à une vague comme celle de son grand frère le Sars-Cov 1 de Hong Kong. Quand le virus  s’est installé dans la durée dans les deux hémisphères sans y tenir compte des saisons et climats, nous avons voulu qu’il se comporte sinon comme son frère mais comme ses cousins les 4 coronavirus installés durablement dans notre espèce. Qui sont tous des virus saisonniers et d’une assez grande stabilité.  Le peu de variation du Sars-cov2 pendant ses 9 premiers mois d’existence, engageait à cette analogie. Nous aurions dû pourtant remarquer dès l’été qu’il se distinguait de ses cousins par son insensibilité climatique ou saisonnière. Avec des vagues simultanées dans les deux hémisphères par exemple.

Sa stabilité était étonnante pour un virus récent dans l’espèce humaine. Elle n’était qu’apparente dans une période de ruée vers l’Ouest sans obstacle. Une fois  arrivé à une immunité de barrière et non d’éradication, le virus a révélé un potentiel de mutation et d’adaptation  considérable. Nous avons alors espéré en une immunité d’éradication: immunité de troupeau en oubliant que ses cousins ont l’habitude d’induire une immunité peu durable et capricieuse selon les individus. 

Lire la suite

Covid19: sur le front des vaccins, notre première contre-offensive.

JHM Cohen 19 03 2021

Sur les ondes de RCF:@lien en attente

Chronique du 19 mars 2021

Covid19 le front des vaccins, notre première contre-offensive

Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour.

Une affaire qui a beaucoup fait parler tout au long de cette semaine, cela a été les vaccins. Notamment ceux du laboratoire AstraZeneca, d’abord administrés puis suspendus et puis finalement depuis ce vendredi, de nouveau réautorisés à être injectés. JC, pouvez-vous nous éclairer sur cette histoire des vaccins AstraZeneca ?

Alors, je crois qu’il faut regarder les vaccins AstraZeneca, mais pas seulement AstraZeneca. Nous avons à disposition des vaccins d’urgence qui ont été faits dans l’urgence par les méthodes les plus rapides qui ne sont pas les méthodes permettant d’avoir les vaccins qui aient le moins d’effets secondaires. À partir du moment où on sait cela, on sait qu’il faut les administrer parce que les effets secondaires sont bien moindres que la maladie.

Lire la suite