Covid19: pour l’Anniversaire du premier confinement en France, le récapitulatif de mes chroniques

«  » » » Pour le moment, ne retenons de ce qui vient d’être dit que cette capacité invétérée, multiple, de différenciation.
La maladie infectieuse, phénomène biologique, porte les caractères de ces phénomènes. Elle tend, à la fois, à se perpétuer et, pour assurer cette perpétuité, à se modifier suivant les circonstances. Une maladie infectieuse change, évolue sans cesse.«  » » »

«  » »Les maladies infectieuses, comme tous les phénomènes vivants, ne sont plus aujourd’hui ce qu’elles étaient hier et ne sont pas aujourd’hui ce qu’elles seront demain. On peut même avancer qu’entre le début et la fin de nos observations et de nos expériences, il y a changement. » » »

Charles Nicolle Le destin des maladies infectieuses. 1932

 

Dans une de mes premières chroniques sur le sujet ( cf infra ), le 9  février 2020, un mois avant le premier confinement au 15 mars 2020:  » Sauf intervention du Général « coup de froid » ou autre obstacle météo, la pandémie est inévitable. »

 

 

Covid19: le virus change-t-il de cibles ?

JHM COHEN  8 mars 2021 Sur les ondes de RCF: @lien en attente Jacques Cohen, bonjour. Bonjour ! On s’intéresse aujourd’hui à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et surtout à l’évolution de ses malades. Qu’entendez-vous par-là, Jacques Cohen ? Et bien, le virus est en train de changer de cibles. Il avait jusqu’à présent une préférence considérable […]

 

Covid-19: le confinement comme pénitence !

 

Lire la suite

Covid19: le virus change-t-il de cibles ?

JHM COHEN  8 mars 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2599728

Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour !

On s’intéresse aujourd’hui à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et surtout à l’évolution de ses malades. Qu’entendez-vous par-là, Jacques Cohen ?

Et bien, le virus est en train de changer de cibles. Il avait jusqu’à présent une préférence considérable pour les personnes très âgées, les gros et les diabétiques. On voit arriver en réanimation une population d’âge moyen (autour de la cinquantaine) sans facteur de risque précédent évident.

Lire la suite

Covid-19: le confinement comme pénitence !

JHM COHEN 26 2 21

chronique sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2590139

Il est l’heure de retrouver notre chroniqueur, Jacques Cohen. Jacques, bonjour !

Bonjour !

Aujourd’hui, vous voulez continuer à nous parler de la Covid-19, mais sous une autre forme et sur le territoire français, notamment du côté de Paris, du côté de la Mairie, Anne Hidalgo propose un confinement de 3 semaines à Paris. Alors, il est vrai que l’on entend de plus en plus parler des confinements locaux, par exemple à Nice ou à Dunkerque. Et là, Paris fait une proposition. Est-ce raisonnable, Jacques Cohen ?

Je ne sais pas si c’est raisonnable, mais je sais que ce n’est pas une proposition scientifique. c’est un mode de raisonnement. On souffre du couvre-feu et l’épidémie n’en finit pourtant pas. Et bien, il faut souffrir plus, mais si possible pas longtemps, pour s’en sortir. Donc, on ne promène plus les reliques lors des épidémies, mais on propose de faire une espèce de procession expiatoire « in door ». Si cela ne suffit pas au bout de 3 semaines, qu’est-ce que l’on fera ? On va passer à la flagellation ? Non, ce n’est pas très raisonnable.

Lire la suite

Vaccins anti covid19: le casse-tête de la variabilité des variants !

JHM Cohen 17/02/2021

Sur les ondes de RCF le 19 02 2021:https://rcf.fr/embed/2584897 Transcription en annexe 

Devant l’apparition de variants, le premier réflexe est de se dire qu’on va les ajouter dans le vaccin. Après tout, le vaccin anti polio utilise systématiquement 3 souches. Malheureusement, il y a bien plus de 3 variants ce qui conduit au second réflexe de penser accumuler les variations sur une seule molécule du spike. Si l’on considère que des variants émergent tous les jours, on peut être tenté de les prédire, soit in-silico, soit en laissant ou faisant muter le virus in vitro pour aider son imagination et combattre les variants de demain et non pas seulement ceux d’aujourd’hui voire d’hier. Nous allons voir qu’en fait, ces trois approches vont rencontrer de grosses difficultés, que le succès de chacune n’est pas garanti. Et qu’il faudra au minimum les associer. Sans oublier que tous les anticorps élicités par le virus ne concernent pas le spike, mais que les autres ont une chance de ne pas varier avec le spike et de permettre une couverture  plus large.

Lire la suite

Covid19: L’échec du vaccin AstraZeneca en Afrique du Sud, ou le rêve brisé

JHMCOHEN 8 2 21

L’essai du vaccin à vecteur adenoviral rAd26 d’astraZeneca en 2 injections sur un peu moins de 800 personnes contre placebo à effectif égal, a montré 19 vaccinés et 20 sujets contrôles infectés au delà du délai d’efficacité du vaccin. Cet échec conduit à renoncer au lancement à grande échelle en Afrique du sud de ce vaccin inefficace contre le variant local.

Les tests in vitro des autres vaccins anti spike RNA ( Moderna Pfizer ), adeno ( J&J ) ou spike recombinant ( Novavax ) suggéraient une moins bonne protection de ces vaccins contre le variant sud-africain que conte la souche standard. Le premier vaccin testé dans la vraie vie sur le terrain, celui d’AstraZeneca s’est avéré totalement inefficace. L’espoir est mince que le vaccin J&J, un peu moins mauvais in vitro, et qui va être testé, puisse conserver une efficacité utile. 

Lire la suite