Sur les ondes… solutions et conseils pour les jours de canicule

Emission enregistrée en direct de mon séjour en Dordogne mercredi 1er juillet sur RCF Reims, l’antenne complice de mes vacances ! : https://rcf.fr/actualite/canicule

AV Jacques Cohen est avec nous, bonjour Jacques. Nous allons évoquer un sujet un petit peu d’actualité mais sous un angle différent. C’est évidement la canicule, cette période de chaleur. Alors on peut se poser la question, est-ce que nous sommes vraiment équipés, est-ce que notre habitat est équipé pour supporter ces vagues de chaleur ou bien est-ce que nous avons du retard tout simplement ?

Je crois qu’on est beaucoup moins équipés qu’autrefois. C’est un peu un paradoxe. Nous disposons des climatiseurs. C’est très bien, on peut mettre des climatiseurs partout, ça consomme énormément mais c’est une solution. En dehors de cela il y a des solutions beaucoup plus simples et beaucoup plus écologiques qui étaient courantes dans l’habitat, y compris chez nous, mais qui ont un peu régressé.

D’abord il y a les murs épais. Il y a les fenêtres pas trop grandes, les jalousies qui évitent l’entrée directe du soleil. Il y a les caves qui permettent une régulation thermique. Particulièrement à l’échelle d’une ville, le fait d’avoir un réseau de caves communicantes est un énorme amortisseur thermique que ce soit pour le chaud ou pour le froid. Et puis il y a les circulations d’air qui dans les maisons dites écologiques sont faites par ventilation mécanique et donc au volume minimal, en plus avec des circulations qui sont laminaires. Alors que les systèmes historiques des pays chauds avec des tours et avec des petites ouvertures sous les toits permettent que l’air chaud s’évacue et de faire monter légèrement l’air froid ce qu’on ressent assez vite. Tout cela, ce sont des tas de solutions qu’il va falloir réintroduire.

De même que les matériaux employés pour les isolations sont, pour beaucoup d’entre eux, des matériaux unidirectionnels c’est-à-dire qu’ils transforment en cocotte-minute les habitations écologiques.

Donc il va falloir, si nous sommes dans une période de réchauffement, quelle qu’en soit la cause, s’adapter et pouvoir évacuer la chaleur, pouvoir conserver le frais paradoxalement, de telle sorte qu’il puisse tamponner la chaleur dans les pics de chaleur de la journée. Il y a plein de choses à découvrir ou à redécouvrir parce qu’on peut encore certainement faire des progrès, à partir de l’habitat traditionnel des pays chauds.

Cela veut dire que globalement, on a sur les constructions du 21e siècle oublié les bonnes vieilles méthodes d’antan ?

Très largement oui. Et pas seulement d’antan parce que si l’on regarde l’architecture coloniale française qui date d’avant les climatiseurs, de très nombreuses astuces ont été développées y compris en construction en béton. De façon à pouvoir amortir les pics de chaleur et ne pas seulement se retrouver avec : construction en béton égale cocote-minute.

Et il faut s’inspirer, vous l’avez dit, des pays chauds, l’Espagne, peut-être la Grèce aussi. Pour une fois qu’on peut s’inspirer des Grecs en ce moment ?

Souvent. D’abord pour la philosophie n’est ce pas ?! Puis il y a tout autour du bassin méditerranéen, y compris chez nous ou bien au Maghreb, un type de construction aux fenêtres rares et aux murs épais qui est à utiliser également. De nos jours, on peut s’affranchir des limites des maisons totalement passives parce qu’on a les moyens de mettre un peu d’énergie pour améliorer ces systèmes. Et donc avoir des fenêtres. De même que nous avons maintenant de gros progrès dans les vitrages qui permettent d’avoir des vitrages qui ne soient plus des vitrages cocotte-minute. On emploie ces techniques pour les voitures, vous savez que les verres pour les voitures les plus évoluées ne bloquent plus la chaleur à l’intérieur. Donc tout cela on peut très largement l’utiliser. Je pense que si nous avons encore un an ou deux avec des pics de chaleur significatifs, cela va donner un boum à la recherche et développement dans ce domaine.

Oui parce que c’est vrai qu’aujourd’hui ce n’est pas forcément la question principale, en tout cas le problème principal à résoudre ?

La seule solution évoquée par les architectes c’est : on met une clim, une ventilation et on extrait puis on rejette la chaleur dehors au prix d’une consommation d’énergie. C’est une solution mais outre que l’extraction thermique est rarement sur la quantité qu’il faudrait en cas de grande chaleur, généralement ces systèmes sont quand même faits avec un compromis de leur prix et de leur puissance. Il faudra probablement, justement en économie d’énergie, faire d’abord en sorte que nos clims soient plus efficaces parce que nos bâtiments le sont moins. Et devront progresser.

Alors il y a clim ou ventilateur, Jacques Cohen. Les ventilateurs, il faut s’en méfier ?

Les ventilateurs permettent par convection d’ôter des calories à un sujet mais en même temps qu’ils enlèvent des calories ils enlèvent de l’eau. Donc, non seulement il faut bien sûr boire abondamment en période de canicule. Mais s’il y a des ventilateurs il faut boire encore plus. Et il ne faut pas boire que de l’eau, il faut boire du sel!

Alors sans faire de publicité, il y a une boisson gazeuse un peu marron qui est assez bien équilibrée pour cela mais il y en a beaucoup d’autres qui permettent de ne pas se contenter d’avoir de l’eau libre mais d’avoir également différents sels minéraux et du sel tout court puisqu’on en perd par la transpiration, l’évaporation de convection s’il y a des ventilateurs.

Il nous reste une minute Jacques Cohen, d’autres petits conseils ?

Bien évidement il ne faut pas être trop couvert, bien évidement il faut éviter l’exposition directe au soleil, pas plus que quelques minutes. Il faut éviter aussi, alors là c’est beaucoup plus évident, les efforts violents au soleil. J’ai été frappé en déplacement en vacances, de voir des gens faire du vélo en pleine canicule sur des routes qui ne sont pas plates, éventuellement même sans chapeau. Et même avec chapeau il faut être raisonnable et savoir que dans tous les pays chaud on tiendrait pour un dangereux malade mental quiconque s’agiterait en plein soleil. Et cela il faut forcément le prohiber.

Et attendre effectivement les heures un peu plus fraîches, on va dire aux alentours de 20 heures, 21 heures ?

Et puis aussi profiter de l’aube c’est-à-dire se lever beaucoup plus tôt parce que, sauf dans les quelques jours de grande canicule où la température ne redescend pas en-dessous de 26 dans la nuit, la plupart du temps l’heure, voire les deux heures suivant l’aube, sont des heures agréables dans les périodes de canicule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s