Sur les ondes: le dilemme stratégique des islamistes: Djihad mondial ou djihad dans un seul pays?

Emission enregistrée mercredi 16 décembre sur RCF Reims : https://rcf.fr/actualite/djihadisme-mondial-ou-djihadisme-dans-un-seul-pays

AV:Chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques, le thème de l’émission aujourd’hui djihadisme mondial ou djihadisme dans un seul pays, alors on a besoin de vos explications

D’abord la réminiscence est nette entre la révolution mondiale et la révolution dans un seul pays. Et c’est Staline qui avait gagné pour le socialisme dans un seul pays, en attendant mieux. Et là, la question se pose pour les djihadistes, avec les 3 variétés de djihadistes qui sont les Frères musulmans, je les cite en tête parce qu’il ne faut pas les oublier et qu’à mon avis ils sont les plus dangereux, al Qaïda, et Daesh.

On a une gradation dans la pondération des moyens. Mais l’objectif est le même. La pondération, c’est que pour faire une guerre révolutionnaire du faible au fort et la gagner, il faut plusieurs éléments. Il faut des sanctuaires, c’est-à-dire des pays où on peut aller, où on ne risque rien. Parce que la configuration politique ou géopolitique mondiale empêche les pays attaqués d’y intervenir. Donc des sanctuaires, avec accessoirement de l’argent. Il faut des populations contrôlées, contrôlées par la gentillesse, par la protection sociale et le réseau de quadrillage, ou contrôlées par la force avec les rackets etc. Ensuite on crée des zones libérées dans lesquelles le droit du pays concerné ne s’applique plus et on commence à y construire un embryon d’Etat. Pour faire cela, les tactiques sont très différentes. Là, l’offensive de Daesh ou plutôt des quelques types que Daesh a renvoyé à la maison comme incapables de servir correctement à la guerre en Syrie, en les priant de faire des attentats, obtiennent un effet démesuré, et que al Qaïda et surtout les frères musulmans doivent considérer comme contre-productif.

Contre-productif parce que s’agissant de l’affaire Charlie Hebdo, il y avait 10-15 % de la communauté musulmane qui considéraient qu’ils ne l’avaient pas volé, puisque les types de Charlie n’avaient pas été corrects de leur point de vue avec le prophète. Là, mitrailler des terrasses tranquilles du vendredi soir, ou attaquer un théâtre, ou attaquer un stade, les partisans de Daech sont 0,2%. C’est presque rien. Donc il y a un isolement, ils vont se retrouver rapidement dans la situation de la bande à Bonnot, lâchés par tout le monde, en faisant des forts Chabrol à chaque fois qu’on les rattrape.

Le principal danger pour eux est de mettre en danger le sanctuaire. C’est-à-dire que l’effet des attentats en Europe va conduire à des attaques offensives des puissances occidentales en Syrie. Le raisonnement de Daesh est qu’en Irak la situation est suffisamment inextricable pour qu’il soit le seul candidat à être l’Etat sunnite face à l’Etat chiite. Que donc il y a un sanctuaire solide. En revanche la tactique de Daesh là met en danger la partie syrienne du sanctuaire. Il y a al Qaïda, déguisée par les Américains en islamistes modérés, ce qui est une ânerie monumentale. Ils ont les mêmes objectifs que Daesh et que les Frères musulmans, on y reviendra. Mais ceux-là sont plus censés et considèrent qu’ils peuvent jouer des contradictions de l’adversaire et obtenir jusqu’à des missiles anti-char des Américains parce qu’ils combattent Bachar El Assad.

La tactique de Daesh va conduire probablement à ce qu’il se fasse dégommer de l’est syrien. Reste à voir ce qui va se passer. Ce qui est probable à mon avis, c’est qu’al Qaïda va prendre la place, puisqu’on aura une partition en deux de la Syrie, entre l’Etat religieux obscurantiste et partisan du djihad que contrôlera al Qaïda sous la forme du Front al Nosra et, de l’autre côté, le régime de Bachar avec l’agrégation et la défense de ce qui reste comme laïcité en Syrie, et de minorités.

Les Frères musulmans et al Qaïda, le Front al Nosra, patientent finalement en regardant Daesh qui va payer ses erreurs de jeunesse, en les payant maintenant finalement ? C’est du pain bénit, pardonnez moi l’expression

Je n’ai pas une très grande compétence en la matière ! Mais effectivement cela leur tombe du ciel, parce que pour l’instant Daesh avait repoussé al Nosra les armes à la main. Ils ont conquis des territoires sur eux, Bachar comptant les points. Et là al Nosra peut comme revanche voir les occidentaux et les Russes détruire Daesh sous ses yeux en se disant : eh bien ils ne l’ont pas volé. Et surtout qu’ils vont leur dégager le terrain. Après on va se retrouver avec un Etat islamique qui a les mêmes ambitions mais des tactiques qui seront, non pas plus modérées, mais plus subtiles.

C’est un peu la question de la tactique de consolider, non pas le socialisme, mais le djihadisme dans un seul pays, d’avoir un sanctuaire qui ensuite doit se développer en tache d’huile. L’huile bave déjà sur la Turquie bien évidemment. Avec une tactique dans les pays occidentaux de déstructuration et de conquête de population , déstructuration de l’unité de la nation de façon à avoir des populations à leur portée. Une tactique prédatrice avec une tactique visant principalement l’Europe qui est à leur portée, et plus les Etats-Unis comme le faisait al Qaïda première version. Sa tactique alors était : nous frappons au coeur. Et de montrer que le coeur du système n’est pas aussi solide qu’on le croit, doit permettre aux masses de se révolter partout. Cela a parfois marché en permettant des zones libérées, au Yémen, dans l’Afrique subsahélique, en Irak, en Syrie et en Afghanistan mais au-delà, cela ne marche pas.

Au-delà, la tactique que vont développer al Qaïda et al Nosra, c’est de désagréger progressivement l’Europe en essayant de moduler une politique d’implantation et une politique de coups d’épingle. Avec le grand danger, à chaque piqûre de moustique, de réveiller la bête et de se prendre un grand coup de tapette, ce qui est en train d’arriver à Daesh.

Et les frères musulmans, vous avez un petit mot ?

Les frères musulmans sont les penseurs. Ils considèrent que la lutte armée est prématurée et tant qu’on ne contrôle pas assez de population et qu’on n’a pas créé de fait assez de zones libérées, comme l’étaient par exemple les dépôts de bus du 93 où, pour avoir la paix et que les bus ne soient pas brûlés, la RATP avait embauché un certain nombre d’islamistes militants. Pour les frères musulmans, l’implantation de masse est l’essentiel. Et après la lutte armée n’est qu’un pichenette pour le jour de la prise du pouvoir.

L’ennui, c’est que là où ils ont essayé avec succès, c’est-à-dire en Tunisie et en Egypte, ils n’ont pas pu résister au retour de bâton. En Egypte de l’armée et en Tunisie, c’est le seul exemple dans les pays arabes, le retour de la population, qui démocratiquement ne veut pas entendre parler d’eux, et a viré Ennahdha.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s