Les offrandes périodiques au Minotaure du BTP. Une constante de la politique rémoise et du CHU. .

hic labor ille domus et inextricabilis error. — VirgileÉnéide, chant VI, vers 27

Un petit rappel mythologique : Qui est le Minotaure ? Le fruit de l’union de la belle Pasiphae « qui brille de tous ses feux » avec un taureau. Celui-ci fut abusé par un habitacle de bois couvert d’une peau de vache que Dédale l’architecte avait construit pour la Reine à sa demande. Pourquoi cette zoophilie ? Le taureau blanc a été envoyé par Poséidon à son mari Minos pour être sacrifié… à lui-même. Ce que Minos ne fait pas. Il va payer cher ce détournement de subvention divine.. La reine Pasiphae pense que ce taureau est un avatar du Dieu lui-même et veut s’unir à lui. Elle se souvient qu’en fait son mari Minos est le fils d’Europe que Zeus a séduite et enlevée en prenant l’aspect d’un taureau. Et elle veut elle aussi enfanter un demi-dieu.

Dédale n’est pas crétois, mais un architecte athénien, exilé en Crète car son élève l’ayant dépouillé professionnellement, il l’a tout simplement tué. D’ajouter que cela s’est passé il y a très longtemps devrait en rassurer quelques uns.

Le fils de Pasiphae malheureusement, de gamin handicapé à tête de taureau, devient en grandissant une brute colérique et sanguinaire que Minos est obligé d’enfermer dans le labyrinthe qu’il a fait construire pour lui par Dédale.

Athènes et d’autres cités grecques sont sous la domination politique de la Crète. Elles paient tribut à Minos, qui leur réclame périodiquement quelques jeunes gens à sacrifier au Minotaure qui en mange la chair. Coutume repoussante ? Nous mangeons bien nous du taureau…. Mais la domination de Minos sur les collectivités locales grecques lui permet d’exiger que ce soit elles qui paient ce tribut.

minotaure daidalos

Le taureau et un amour sont en bas à gauche. Parmi les personnages, seule Ariane n’a pas de cartel la nommant

Sur cette mosaïque de Zeugma, Pasiphae est à gauche, à ses côtés Ariane. A droite Dédale et son fils Icare. A l’arrière plan, l’imposant labyrinthe du Minotaure. Dans un style qui rappelle l’American Memorial Hospital. Pas si étonnant pour un hôpital de pédiatrie si on se souvient que les Étrusques représentaient le minotaure enfant comme un handicapé sur les genoux de sa mère Pasiphae….

Ici c’est le bâtiment travaux publics ( BTP ) qui réclame régulièrement son offrande. Sous forme de nouvelles constructions. Est-ce moins sanguinaire qu’à Knossos ? A peine car le CHU doit à chaque fois sacrifier du personnel pour dégager de quoi pouvoir satisfaire le Minotaure local.

Si la contribution du CHU est considérable, elle n’est pas exclusive, l’Université et d’autres collectivités versent régulièrement leur tribut : l’Université a peine sortie d’une diète de « retour à l’équilibre » prévoit un nouveau siège et des investissements pour 80M€. Le conseil régional a financé un Institut Régional de Formation et un nouveau Self pour 15M€ avant qu’on ne réalise que ces structures existantes n’avaient pas besoin d’être démolies, le « projet architectural » ayant été abandonné. Ces bâtiments vides étant un peu voyants, le CHU en bon camarade a rasé le Self pour le recouvrir d’un nouveau bâtiment des laboratoires et l’IRF pour en faire un parking. A noter que le nouvel IRF ne disposant pas du grand amphi du précédent, il faut désormais pour les grands messes louer au centre de Congrès ou à Néoma.

La Ville de Reims figure en bonne place parmi les fidèles du culte du Minotaure. On peut d’ailleurs noter qu’à l’instar des Dieux de l’Olympe, le Minotaure exige des sacrifices holocaustes, les offrants devant se désintéresser des carcasses leur sacrifice accompli : une piscine olympique a ainsi pu être construite sur l’alibi des compétitions internationales utiles à la renommée de la ville qu’elle allait attirer. La construction finie, on s’est aperçu qu’il manquait 10 centimètres au bassin. Durant 50 ans et 7 ou 8 municipalités, aucune compétition n’a pu s’y dérouler. Aucune réparation ne fut décidée, jusqu’à ce que des ferrures rouillées retenant le toit en bois lamellé/collé ne conduisent à démolir l’ensemble piscine patinoire au lieu de réparer, préparant ainsi un nouveau sacrifice….

Sans remonter au déluge, on peut reprendre l’historique de ces offrandes. Un nouvel hôpital devait être construit pour 420M€. Des milliers d’heures de travail l’avait défini jusqu’à la moindre prise électrique. Il est passé à la trappe du jour au lendemain, la direction administrative et médicale du CHU ayant déployé la même conviction pour affirmer son impérieuse nécessité puis justifier son report sine die.

En consolation le Minotaure du BTP bénéficia d’un parking en silo au plus loin des lieux de travail, d’un nouveau centre dentaire gelant l’emplacement du projet abandonné, d’un bâtiment mère/enfant.. Puis d’un bâtiment de laboratoires. Le bâtiment mère enfant souffrant de quelques malfaçons de tuyauterie, incident industriel de moins d’un M€ dans un bâtiment de plus de 40M€, il fut décidé que le Minotaure étant satisfait, les pédiatres, les mères et les enfants pourraient bien attendre la fin d’un contentieux en justice pour en bénéficier. La solution alternative de réparer puis de tenter de récupérer son dû auprès des fournisseurs, prix des réparations comprises, trop simple et trop banale fut écartée comme celui parmi les pédiatres qui avait osé la réclamer publiquement. Aurait elle irrité le Minotaure ? On s’y résigna au bout de 5 à 6 ans. Avec des dégâts secondaires d’un bâtiment inoccupé, quelques investissements d’attente dans l’ancien bâtiment, et finalement une réorientation vers d’autres choix que quelques années auparavant, la facture a crû d’une bonne dizaine de M€.

L’ancien Self a été rasé pour construire un nouveau bâtiment des laboratoires. Son architecture ne prend pas en compte l’évolution climatique : sans climatisation naturelle, et une climatisation artificielle de la moitié de ses locaux. Devant la réduction du recrutement extérieur aux seuls examens captifs, et l’atrophie de plusieurs biologies spécialisées qui faisaient la réputation et l’attractivité du CHU ( PMA par exemple ), sa taille réduite par rapports aux labos précédents suffira bien. Restera un jour à remarquer que comme plateau automatisé comparable il revient plus cher que ses équivalents privés, pour que l’idée vienne à certains de leur donner les clés d’un investissement public de 42M€..

Une dépense significative mais sans pour autant avoir été capable d’une prescription connectée avec conseils, antécédents, et règles du jeu ni de faire disparaître prescription papier, double saisie et double étiquetage successifs sur les mêmes tubes, source évidente d’erreurs. Le Minotaure se nourrit de béton, ou de suppressions de postes, mais pas d’informatique moderne améliorant la productivité et la sécurité.

Un grand projet architectural ayant refait surface, ce bâtiment des laboratoires devient inutile et nuisible. Inutile car il eut été bien plus simple d’intégrer les laboratoires dans le nouvel hôpital. Nuisible car il occupe l’emplacement le plus évident pour la seconde tranche de ce nouvel hôpital. Qui sera donc construite sur une partie de l’HMB qu’il faudra démolir pour cela.

Le nouvel hôpital ne reprend ni le site ni l’organisation du projet précédent. Il vise une structure essentiellement de plateaux interventionnels ambulatoires. Il ne détruit plus les urgences comme le projet précédent. Mais abandonne les blocs opératoires tout à fait modernes de l’hôpital R Debré sans qu’on ne puisse rien leur reprocher d’autre que l’usage qui en est fait ( pénurie de personnels et organisation ) aboutissant à une productivité nettement inférieure à celle de la concurrence.

Un hôpital le long du tram n’effaçant que l’internat et utilisant ces blocs opératoires aurait été parfaitement possible. Comme de construire en site vierge, ce qui est plus rapide et moins cher que de tuiler pendant 10 ou 15 ans des tranches immobilières sur le site actuel. Générant une gène d’usage évidente.

Le modèle est cette fois le nouveau Karolinska à Stockolm. Ses défaillances de coûts en croissance continue et de fonctionnement avec des pannes globales, ne me semblent pas dus, ou pas seulement dus, à un financement de type PPP, mais à son gigantisme centralisateur et son ambition de productivité inaccessible qui font s’écrouler sur lui-même ce Léviathan hospitalier: « Government investigation into reports of massive cost overruns and operational problems at Stockholm’s New Karolinska Hospital. » https://www.thelocal.se/20180207/finance-minister-calls-for-new-karolinska-hospital-inquiry

Les choix d’activités hyper spécialisées prévus à Reims, méconnaissent les besoins d’une population vieillissante de polypathologies et d’insertion sociale, évidents pour quiconque passe une journée aux urgences. La réduction du nombre de lits risque sous la pression des urgences de les voir submergés « d’hospitalisations inadaptées » et paralyser ces belles mécaniques. Il ne restera qu’à construire un nouvel hôpital de médecine polyvalente en détruisant l’hôpital R Debré. Ce qui ravira à nouveau le Minotaure….

Au passage, la plupart des points forts du CHU, ne doivent bénéficier que de la seconde tranche de ce programme, voire même au-delà pour le service de Néphrologie. Si l’on pense qu’ils peuvent attendre 7 à 10 ans, c’est qu’on peut s’interroger sur l’utilité même de leur déménagement.

La facture prévue est de l’ordre de 3 fois celle du nouvel établissement privé de Bezannes. Qui a suffi à le couler financièrement. Une grande opportunité s’ouvrait donc au CHU de le concurrencer par des investissements dans les machines de pointe, coûteuses et d’obsolescence rapide, où le groupe Courlancy ne pourrait pas suivre pour au moins quelques années. S’engager dans la même course immobilière que son concurrent représente de la part du CHU une perte de chance…

Répondre que les budgets sont distincts et l’immobilier plus facile à financer, revient à reconnaître la spécificité et la sanctuarisation des offrandes au Minotaure…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s