Covid-19: un plan de manœuvres complexe…

JHM COHEN 6/3/2020

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

 

Le ministre et le directeur de la santé déroulent des plans irréprochables et minutieux avec l’optimisme avec lequel l’Etat Major Français aurait pu présenter le plan 17 avant Août 14.
Quelques couacs spectaculaires comme les différences de traitement entre les marché de plein air et les supermarchés, ou les confinements hypersélectifs distinguant en établissements de santé les externes et les internes, font douter les français de la gestion de crise prévue.

médaille des épidémies

Médaille des épidémies

Qu’observe t on en fait? Les directives d’en haut sont complexes, sans doute trop, et supposent une souplesse de modification au jour le jour. Tandis que leurs multiples exécutants de nombreuses structures administratives qui se marchent sur les pieds, interprètent de façon variable leur partition. Avec une trop grande rigidité d’application de mesures en retard de quelques jours, voire d’une guerre.
Un bug plus important est représenté par la stratégie de dépistage. Rappelons qu’il n’existe pas de test minute « en cabinet » ( point of care en anglais ). Et nous n’avons pas plus que d’autres orienté la recherche en ce sens à temps. Il n’existe pas non plus de détection sérologique permettant d’étudier des chaines de contamination ou d’établir la prévalence de l’infection sans laquelle l’appréciation de la mortalité de l’épidémie est impossible.
La procédure officielle de détection est le transfert en triple emballage aux normes IATA des tubes potentiellement infectieux vers des labos de référence disposant d’installations sécurisées. Ceux-ci sont censés répondre en quelques heures. Comme la procédure de pcr dite en temps réel prend 5h, qu’il faut lui ajouter les transports et le faible débit possible dans ces centres, on peut prédire, si l’on s’obstine ainsi, l’explosion de patients suspects bouchonnant les urgences hospitalières en attente de levée de doute.
Peut on faire différemment ? Très facilement ! Si l’on inactive les prélèvements viraux sans endommager les acides nucléiques et qu’on nettoie par immersion les tubes les contenants, ces détections pourraient ne plus rejoindre les centres de référence pour être effectués de façon banale dans les nombreux laboratoires capables de réaliser ce genre de pcr sans installation de sécurité particulière.
De toute façon, en période de pic épidémique, le tri, faute de tests minute, ne pourra être que clinique et extra-hospitalier. L’optimisme du conseil de l’ordre et des syndicats médicaux est là aussi stupéfiant quand on a vu la médecine générale incapable d’assurer les épidémies de grippe et de virus respiratoire syncitial cette année sans qu’une grande partie des malades ne doivent recourir aux services d »urgence. Des structures temporaires ad hoc décentralisées seraient souhaitables. Mais nous n’avons plus que peu de temps pour les mettre en place…

Le plan de guerre contre le Covid -19 des autorités françaises, sera bientôt confronté à la réalité. Celle du virus et celle de nos structures de santé. Souhaitons lui plus de succès qu’à ceux de notre Grand Etat-Major en 1870, 1914, et 1939….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s