Covid19: météo virale, progrès et limites vaccinales

Chronique du 07 mai 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2640576

Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour.

Avec vous on évoque la Covid-19, on continue de voir l’évolution de cette pandémie. Et notamment vous voulez nous parler de la météo, mais non pas celle qu’il y a dans le ciel, mais de la météo virale, JC.

Absolument, car la grande ressemblance c’est qu’on ne voit pas très loin la météo virale. Un peu comme la météo tout court. Ce qu’on voit par la fenêtre on en est sûr, pour le lendemain on a quelques idées, mais l’horizon n’est pas très loin. Alors, on constate que l’épidémie régresse en France, de façon variable, il faut être prudent. Puisque par exemple à Nice cela dégringole à toute vitesse, mais dans le Vaucluse cela ne bouge pas du tout, et en Île-de-France cela descend lentement. L’important c’est de voir si on va enfoncer le plateau.

Lire la suite

Covid19: le virus face au déconfinement : opportunité ou indifférence ?

Chronique du 30 avril 2021

Sur les ondes de RCF: Lien@

 

JC, le virus face au déconfinement, opportunité ou indifférence ? Et tout de suite, j’ai envie de dire, si finalement on voit qu’il ne se passe rien alors que les Français vont progressivement être relâchés ? On parle d’une réouverture en 4 étapes, on aura tendance à dire que les mesures qui ont été prises pendant tous ces longs mois n’auront finalement peut-être servi à rien ?

C’est une éventualité non négligeable. En effet, nous avons des mesures de confinement mou et variable avec des demis, des quarts, des trente-deuxièmes de mesures, et maintenant, le pari qui est fait c’est que l’infection va dégringoler, j’allais dire, un peu quoiqu’on fasse. Ce n’est pas faux, ce n’est pas impossible, ce n’est pas certain.

Lire la suite

Covid-19, vive la détection permanente !

JHM Cohen 24 04 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2630068

Aujourd’hui, vous allez nous parler de la détection permanente.

Ce sera ma conclusion, la détection permanente est la seule solution dans cette épidémie complexe. Tout d’abord, il faut regarder les mesures gouvernementales et nous avons vraiment l’impression que le pari est que le virus va en parlant vulgairement « se tailler tout seul » , qu’il en ait assez et qu’il veuille partir en vacances. Nous avions déjà des mesures que l’on pourrait dire tarabiscotées, nous allons les atténuer en quart de 32e de mesures, cela n’a de logique que si l’on considère que le virus fait ce qu’il veut, et que là il voudrait s’en aller.

Lire la suite

Covid19 – vaccins de masse, vaccins ciblés, vaccins sur mesure

Chronique du 16 avril 2021

Sur les ondes de RCF: Lien @

Jacques COHEN, aujourd’hui, on s’intéresse de nouveau aux vaccins et d’abord à la qualité des vaccins. Que faut-il retenir ? Que peut-on en dire de la qualité des vaccins ?

Les vaccins actuellement employés sont des vaccins faits en urgence. Ils ne bénéficient pas de la sécurité que donne le temps habituel de fabrication des vaccins qui est de 5 à 10 ans. Et donc, on a des vaccins qui ont été acceptés parce qu’il faut comparer les dangers de l’épidémie et les dangers ou les incertitudes des vaccins. Alors ce n’est pas étonnant, et c’était inévitable, mais la population ne raisonne pas en termes de statistique, et en termes de coût/bénéfice, économique et santé publique, elle raisonne sur l’impression. Et la question très importante pour les vaccins c’est la confiance, et une complication des vaccins adénovirus ruine la confiance dans ces deux vaccins. Alors, ils ont certes tué, mais à l’échelle de 1 par million, voire moins, ce résultat est malheureusement banal. Mais maintenant, le mal, si j’ose dire, est fait surtout après avoir vu les autorités au départ nier le problème. Donc comme je l’ai déjà dit et écrit, je pense que ces vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson sont morts eux aussi et qu’il faut reporter les efforts sur d’autres vaccins si on ne veut surtout pas voir apparaître un effet domino de perte de confiance dans l’ensemble des vaccins.

Lire la suite

Remplacement des secondes injections AstraZeneca: Faut il tenter le diable avec de l’ARN?

Jacques HM Cohen 11 Avril 2021

Le vaccin Astrazeneca a perdu la confiance des français pour une très rare mais spectaculaire complication de thromboses multiples avec consommation plaquettaire et coagulation intravasculaire disséminée. Il ne s’agit pas d’une logique médicale, car 1 cas sur 600 000 personnes et 50% de mortalité  ne compromettent pas le rapport très favorable des coûts/ bénéfices de ce vaccin vis-à-vis de la sévérité du covid19. Mais la vaccination est affaire de confiance et il faut donc abandonner ce vaccin pour préserver la confiance dans les autres variétés de vaccins contre le sars-cov2. Qui ont pourtant eux aussi des effets secondaires, mais leur clinique banale ne les rend pas immédiatement perceptibles, surtout dans une population âgée. La communication infantilisante niant toute complication est en fait contre productive et fragilise cette confiance.

Lire la suite