Mayotte, il est déjà trop tard

Chronique du 25 octobre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2220519

Pour la chronique d’actu c’est JC que l’on retrouve. Il est avec nous par téléphone, bonjour Jacques.

Bonjour.

Si vous êtes docteur et aujourd’hui vous êtes un peu dans un état grippal, c’est vrai que la campagne de vaccination a commencé cette semaine. On rappelle à tous nos auditeurs qu’il est important de se faire vacciner contre la grippe.

Exact oui. Je me suis fait vacciner il y a 3 jours, mais ce n’est pas cela qui me rend malade ni d’ailleurs une vraie grippe, mais il y a beaucoup d’autres histoires virales qui peuvent donner la voix que vous entendez.

On aura peut-être l’occasion d’y revenir dans l’une de vos prochaines chroniques. Parce que Jacques ce n’est absolument pas de cela que vous voulez nous parler, mais plutôt de revenir sur le déplacement du Président de la République française Emmanuel Macron à Mayotte, c’était en début de semaine. JC que se passe-t-il à Mayotte puisque c’était un peu l’occasion de parler un peu de ce territoire.

Et bien, il est assez étonnant de voir le président de la République aller à Mayotte pour proposer des solutions simples à un problème qui est insoluble. La situation de Mayotte est très particulière, c’est l’une des Comores. Lors du référendum d’autodétermination – 3 iles sur 4 pour faire court ont choisi de devenir indépendante et la 4ème, Mayotte, a choisi de rester française, jusque-là on s’est dit pourquoi pas -, mais il y a un déséquilibre de richesse considérable, parce que les autres Comores n’ont guère de ressources ou ne savent pas bien les exploiter et Mayotte non plus, mais Mayotte a la France. Donc, il y a beaucoup d’argent qui est déversé. On est dans une situation j’allais dire, à l’inverse de situations coloniales classiques. Autrefois les colonies c’était des exploités, il y avait des colons qui se servaient pour cela. Maintenant il y a toujours des colons qui se servent, si je puis dire, mais qui se servent sur la rente de situation de l’arrosage de la République.

Lire la suite