Sur les ondes : les mitochondries ne sont pas un troisième parent

Emission sur RCF Reims du mercredi 4 février : http://rcf.fr/actualite/les-mitochondries-ne-sont-pas-un-3eme-parent

 

AV: Une nouvelle dans l’actualité qui a un peu égayé notre envie de savoir, c’est le Royaume Uni qui pourrait autoriser la fécondation in vitro à trois parents, alors quand on entend cela Jacques Cohen, on se dit comment est-ce possible ?

Il faut ramener les choses à leurs justes proportions. C’est un progrès, il faut le dire tout de suite, mais il ne s’agit pas d’avoir trois parents. On a chacun la moitié du génome de son père et la moitié de sa mère et un on a aussi un petit quelque chose qui sont les mitochondries, c’est-à-dire l’usine énergétique de la cellule. Et on a d’ailleurs toujours les mitochondries de sa maman, jamais celles de papa, car les mitochondries sont dans l’ovule. Il y a des maladies qui sont limitées aux mitochondries et qui vont donner des troubles musculaires, neurologiques, des surdités etc. Et bien ce qui est proposé, c’est remplacer dans l’ovule les mitochondries de la mère par les mitochondries d’une autre personne. Il s’agit d’enlever les mitochondries qui peuvent être responsables d’une maladie génétique. Donc on n’est pas devant quelqu’un qui aurait trois haplotypes, qui aurait trois mains ou je ne sais combien de pieds: on a simplement un changement qui est d’avoir des mitochondries qui ne viennent pas de la mère. Alors les mitochondries, elles comportent également de l’ADN mais il y a très peu de diversité. Ce qui permet d’ailleurs de suivre des traces génétiques par l’ADN mitochondrial dans l’évolution. Et il y a donc là-dessus rien d’extraordinaire, il n’y a pas un troisième sujet.

Lire la suite