Sur les ondes : les mitochondries ne sont pas un troisième parent

Emission sur RCF Reims du mercredi 4 février : http://rcf.fr/actualite/les-mitochondries-ne-sont-pas-un-3eme-parent

 

AV: Une nouvelle dans l’actualité qui a un peu égayé notre envie de savoir, c’est le Royaume Uni qui pourrait autoriser la fécondation in vitro à trois parents, alors quand on entend cela Jacques Cohen, on se dit comment est-ce possible ?

Il faut ramener les choses à leurs justes proportions. C’est un progrès, il faut le dire tout de suite, mais il ne s’agit pas d’avoir trois parents. On a chacun la moitié du génome de son père et la moitié de sa mère et un on a aussi un petit quelque chose qui sont les mitochondries, c’est-à-dire l’usine énergétique de la cellule. Et on a d’ailleurs toujours les mitochondries de sa maman, jamais celles de papa, car les mitochondries sont dans l’ovule. Il y a des maladies qui sont limitées aux mitochondries et qui vont donner des troubles musculaires, neurologiques, des surdités etc. Et bien ce qui est proposé, c’est remplacer dans l’ovule les mitochondries de la mère par les mitochondries d’une autre personne. Il s’agit d’enlever les mitochondries qui peuvent être responsables d’une maladie génétique. Donc on n’est pas devant quelqu’un qui aurait trois haplotypes, qui aurait trois mains ou je ne sais combien de pieds: on a simplement un changement qui est d’avoir des mitochondries qui ne viennent pas de la mère. Alors les mitochondries, elles comportent également de l’ADN mais il y a très peu de diversité. Ce qui permet d’ailleurs de suivre des traces génétiques par l’ADN mitochondrial dans l’évolution. Et il y a donc là-dessus rien d’extraordinaire, il n’y a pas un troisième sujet.

Il y a une petite modification techniquement compliquée et en plus un grand progrès parce que les maladies mitochondriales peuvent ainsi être éliminées en préparant des ovules réparés. Donc c’est toujours la mère cet ovule mais il va être réparé au point de vue mitochondries et donc l’enfant pourra être en pleine santé. C’est un gros progrès. Je suis même étonné qu’il faille une législation et des tas de choses pour pouvoir faire cette manipulation totalement simple, sans aucun problème éthique. Il n’y a aucun caractère moral à avoir les mitochondries d’une personne au lieu de celles de la mère, si celles-ci ne fonctionnent pas comme il faut.

C’est quelque chose de fréquent les maladies mitochondriales ?

Oui c’est pas exceptionnel. Je pense que c’est de l’ordre de 1 sur 5 ou 6000 donc ce n’est pas exceptionnel et donc c’est assez important d’avoir mis au point une technique qui permette de s’affranchir de ce problème qui jusque là rendait ces femmes stériles ou du moins ne  leur permettait que de transmettre la maladie puisque,  je le répète encore, on a toujours les mitochondries de sa mère. Jamais celles de son père. Dans les spermatozoïdes, il n’y a pas de mitochondries qui soient transmissibles.

La technique, est-ce que c’est une preuve scientifique, est ce que c’est quelque chose de simple. A quelle échelle on se trouve ?

C’est comme toujours à la fois simple et à la fois il faut y arriver. C’est-à-dire que sur le papier c’est simple. Mais en pratique pour que ça marche comme il faut, ça demande un certain nombre de mises au point minutieuses. Il faut par exemple ne pas laisser du tout de mitochondries malades. Et il ne faut pas qu’en enlevant les mitochondries, on enlève autre chose. Donc ce n’est pas si simple à faire. Sur le papier, l’idée est relativement simple, la réalisation a demandé un travail minutieux  et beaucoup d’expérimentations mais je pense que maintenant on sait à peu près le faire.

Est-ce qu’on va voir arriver cela en France ?

Très certainement. Je ne vois pas pourquoi ce progrès serait réservé à la Grande-Bretagne. Alors il va y avoir comme d’habitude des discussions sur qu’est ce que ça veut dire trois parents? Mais c’est une formulation qui est complètement fausse. Il n’y a pas trois parents. Il y a deux parents qui amènent un génome complet et il y a un tout petit peu d’ADN responsable de l’usine énergétique qui est celui des mitochondries qui celui-là viendra d’une tierce personne. Et d’ailleurs, à la limite, on pourrait même imaginer dans le futur prendre les mitochondries du père dans d’autres cellules. Je pense que pour l’instant on prend des mitochondries d’un autre ovule parce que c’est plus facile mais on pourrait imaginer faire autrement, c’est-à-dire récupérer quelque part les mitochondries du père, mais cela ce n’est pas encore au point.

Oui, parce qu’il y a, il n’est pas question d’avoir trois parents, ce n’est pas possible mais quand je prends l’article du Monde : la GB pourrait être le premier pays à autoriser la conception de bébés à partir de l’ADN de trois parents ?

C’est une très mauvaise formulation qui va conduire à des interrogation métaphysiques alors que, comme j’ai tenté de vous l’expliquer, la chose est vraiment extrêmement simple. Il s’agit de remplacer un auxiliaire, si vous voulez la source d’électricité, la batterie pour démarrer quoi. Cela n’a rien à voir avec le fait d’avoir le génome, l’hémigénome du père et de la mère pour faire un enfant. Et on n’aura pas trois génomes chez les enfants qui vont bénéficier de cette technique.

Ils auraient de sacrés problèmes!

Trois génomes effectivement, ça se passe assez mal….

Et une autre question, avant de nous quitter Jacques Cohen, sur finalement, vous l’avez dit, c’est un peu bizarre de légiférer sur ça ?

Dès qu’on touche à procréer en dehors des méthodes naturelles, il y a toujours des tas de fantasmes et cette métaphysique des trois parents en est un exemple. C’est quelque chose de beaucoup plus simple, de beaucoup plus naturel qui est de remplacer les mitochondries. La plupart du temps les gens ne savent pas qu’on n’a que les mitochondries de sa mère et jamais d’autres. Et bien c’est cet aspect là qu’on modifie. Ce n’est pas un troisième parent qui amènerait un haplotype entier, cela n’a rien à voir. Donc on se retrouve avec des interrogations et des nécessités de législation parce qu’on se pose des questions qui ne devraient pas poser d’inquiétudes métaphysiques.

Une réflexion sur “Sur les ondes : les mitochondries ne sont pas un troisième parent

  1. On peut aussi rappeler que les mitochondries ne sont que des bactéries ayant permis l’exceptionnel succès évolutif de la cellule constitutive des plantes et des animaux en s’y maintenant en symbiose depuis plus d’un milliard d’années!
    Remplacer des bactéries pathogènes par des bactéries saines chez l’homme n’a rien à voir avec la manipulation génétique du patrimoine nucléaire humain hérité des deux parents.
    Merci à Jacques Cohen de remettre l’évènement à sa juste place.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s