Sur les ondes… le FN rate le saut du Doubs

Emission du mercredi 11 février sur RCF Reims : http://rcf.fr/actualite/le-fn-rate-le-saut-du-doubs

AV: J’ai envie de commencer cette émission : un hiver doux m’enfin pas pour tout le monde puisqu’on va prendre la direction de la 4e circonscription du Doubs où s’est passée une élection partielle, donc c’était le siège de Pierre Moscovici je crois, M. Cohen vous me dites si je me trompe, donc remportée par le candidat socialiste, le candidat du parti socialiste face à une candidate du Front National, alors Jacques Cohen quel est votre avis, votre analyse ?

Eh bien ce n’est pas du tout quelque chose de justesse etc et par raccroc. Je pense au contraire que le Front National a montré ses limites. La 4e du Doubs, c’est un peu la Ferté-sous-Jouarre, ils n’iront pas plus loin car le FN disposait d’une situation exceptionnelle sur tous les plans pour remporter un siège. Il ne l’a pas fait.

Il y a trois points d’écart entre le gagnant du PS et le FN, au second tour. Pourtant si on reprend tous les éléments, le FN était dans les meilleures conditions possibles. Le FN souvent a des candidats inconnus, parachutés.. là c’est une candidate régulière dans le coin et connue donc elle n’a pas l’effet affiche parachutée. Le candidat côté PS n’est pas dans des conditions idéales puisque c’est un candidat remplaçant à répétition. A chaque fois que Pierre Moscovici faisait autre chose, il revenait etc. De plus Pierre Moscovici est parti comme commissaire européen, ça n’enchante pas tout l’électorat du PS donc de ce point de vue là contexte défavorable. Au point de vue contexte de la circonscription elle-même, c’est une circonscription rurale et ouvrière, le FN avait fait 35% aux Européennes donc là encore des condition considérablement favorables pour le FN puisqu’au premier tour il faisait encore 32% et le PS partait de 28. Enfin du côté de l’UMP, l’UMP disparaissait du 2e tour et ses leaders nationaux s’étaient livrés à une cacophonie de positions variables . Le seul Juppé, ayant dit clairement qu’il fallait faire barrage au FN, tous les autres étant dans toutes les nuances du ni-ni et des différentes façons de se tortiller.

Donc à partir de là, le FN avait un contexte extrêmement favorable puisqu’il était admis sans ostracisme de la droite traditionnelle dans un duel. Et ce duel, il l’a perdu. Perdu parce qu’il y a un plafond de verre qui est que la plupart des Français considèrent que le FN n’est pas un parti de gouvernement, que les thèmes ressassés par cette candidate vieille militante du FN étaient bien l’expression d’un parti qui n’avait aucun changement dans sa nature profonde. A partir de là le FN a montré que, menant une bataille bipolarisée dans les meilleures conditions et bien on le voit la perdre. Et je pense qu’il perdra les suivantes de la même façon, que l’élan est brisé.

Un terrain favorable pour le Front National mais ça n’est pas passé donc pour le parti présidé par Marine Le Pen. Une élection quand même, est-ce que vous le pensez aussi, pilotée nationalement quand même ?

Pilotée je ne sais pas. Mais en tout cas une élection ayant eu un retentissement national dont les enjeux ont été bien perçus puisque la participation a augmenté de dix points entre le premier et le deuxième tour. Donc ce n’est pas une élection abandonnée ou une élection par surprise, c’est une bataille avec toutes ses forces de part et d’autre. Dans ce cas là, le rapport de force renvoie le FN à la niche.

Et une élection partielle remportée par le parti au pouvoir, c’est pas souvent quand même ?

D’une part!! Et d’autre part si on rentre dans la cuisine du parti socialiste, le courant de Pierre Moscovici, dont je fais partie, n’est pas un courant extraordinairement majoritaire, surtout en milieu ouvrier. Malgré cela et bien le parti socialiste a gagné cette élection. Ce qui mettait fin il est vrai à une douzaine de défaites consécutives. C’est un petit peu comme au football ça finit par arriver, mais ça fait toujours plaisir quand ça arrive.

Souvent on a tendance à dire qui sont les grands gagnants, les grand perdants mais là on a envie de dire, le grand perdant c’est l’UMP quand même dans cette affaire ?

J’en suis pas totalement persuadé parce que pour moi le grand perdant est le FN. Il a montré son incapacité à se substituer à l’UMP. Alors l’UMP est en crise, ils ne peuvent pas s’entendre entre eux, etc… Ils donnent des consignes incohérentes. Donc c’est vrai que l’UMP est le perdant j’allais dire du premier tour. Mais le FN est le perdant du second. Et le perdant pour après parce qu’il avait une occasion exceptionnelle de s’affirmer comme alternative et qu’il n’y est pas arrivé.

Et il reste toujours un peu dans l’ombre, j’allais dire, du fameux UMPS qu’emploie Marine Le Pen ?

C’est une position que les Français n’admettent pas. Ou plus exactement n’admettent pas dans sa bouche quand il faut faire barrage au Front National.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s