Sur les ondes : les malheurs du syndicalisme français

Emission diffusée sur RCF Reims le mercredi 21 janvier

Pour l’écouter : http://rcf.fr/actualite/les-malheurs-du-syndicalisme

AV. On va parler syndicalisme en France. Nous avons appris la démission de Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, on ne va pas s’épancher sur cela. On va essayer de mener avec vous une réflexion plus globale mais est-ce que ce qui se passe à la CGT, presque d’ordre politique, ne traduit pas un mal être du syndicalisme en France ?

Déjà ce petit événement témoigne qu’il y a toujours des gens pour essayer de prendre la place des autres, de leur scier les pattes. Même s’ils ne peuvent plus les envoyer en Sibérie, c’est généralement par ses amis qu’il arrive des ennuis en politique, et le syndicalisme est une forme de politique en France hélas. Alors le syndicalisme français est effectivement en diminution d’effectifs, en diminution d’influence, avec un certain nombre de structures et de bases idéologiques qui sont assez déphasées par rapport à la société. Mais il faut surtout souligner que la seule chose avec laquelle ils sont en phase, c’est le syndicalisme patronal. Nous bénéficions, si je puis dire, malheureusement, de l’archaïsme symétrique d’un syndicaliste patronal d’opposition politique et d’un syndicalisme ouvrier qui lui aussi fait de la politique, ce qui leur permet une espèce de combat de catch perpétuel, tout en n’oubliant pas de se partager les miettes de tous les systèmes de cogestion qui existent.

Lire la suite