Paris Mai.. Dangers à la Pitié

Chronique du 3 mai 2019

Sur les ondes de RCF: :

 

JC, alors c’est vrai qu’on a tous observé l’actualité ces derniers jours et bien évidemment le 1er mai avec la mobilisation traditionnellement autrefois, il y avait une large mobilisation syndicale, il semble qu’il y ait eu cette année encore une mobilisation en particulier de la CGT et d’autres syndicats, mais qu’il y a eu quand même d’autres acteurs de cette mobilisation.

D’une part, bien sur des gilets jaunes, puisque c’est la révolte rampante, j’allais dire permanente actuelle et d’autre part comme depuis plusieurs années, ce qu’on appelait autrefois les autonomes et maintenant le bloc noir, le black bloc, qui essaye de parasiter et de faire le maximum de dégâts le long et en avant du cortège.

Lire la suite

Pour commémorer Mai 68, une petite histoire du maintien de l’ordre en France

Sur RCF une  brève interview sur le même thème: https://rcf.fr/embed/1818362

JHMC 4 Mai 2018

Les incidents du 1er Mai 2018 et les critiques du café du commerce ou de BFM concernant la tactique policière montrent une profonde méconnaissance du sujet chez les politiques comme dans l’opinion.

A défaut pour l’essentiel de la population française contemporaine, d’avoir fréquenté l’autre côté de la barricade autrefois, ces quelques remarques pourront aider à la compréhension de la logique policière contre des manifestations de rue en France.

Lire la suite

Raffineries : la CGT en retard d’une guerre

CHRONIQUE DU 22 MAI 2016
Disponible en podcast sur RCF: https://rcf.fr/actualite/raffinerie-la-cgt-une-guerre-de-retard

JHMC : Bonjour. Aujourd’hui, je vais vous parler de la grève des raffineries, de l’occupation des dépôts, de cette étonnante situation de pénurie, relative, et d’inquiétude diffuse et généralisée, parce que l’on est dans une situation étrange.
On est devant l’usage d’un moyen de grève insurrectionnelle quand il n’y a aucune insurrection, quand il y a un mouvement de masse qui est quand même relativement faible. Avec une CGT qui rejoue une guerre passée. Elle va se retrouver, malheureusement pour elle, très probablement dans la situation de l’armée française de 40, maîtrisant parfaitement les armes de la Première Guerre mondiale mais dans un monde qui est complètement différent. Lire la suite

Sur les ondes : les malheurs du syndicalisme français

Emission diffusée sur RCF Reims le mercredi 21 janvier

Pour l’écouter : http://rcf.fr/actualite/les-malheurs-du-syndicalisme

AV. On va parler syndicalisme en France. Nous avons appris la démission de Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, on ne va pas s’épancher sur cela. On va essayer de mener avec vous une réflexion plus globale mais est-ce que ce qui se passe à la CGT, presque d’ordre politique, ne traduit pas un mal être du syndicalisme en France ?

Déjà ce petit événement témoigne qu’il y a toujours des gens pour essayer de prendre la place des autres, de leur scier les pattes. Même s’ils ne peuvent plus les envoyer en Sibérie, c’est généralement par ses amis qu’il arrive des ennuis en politique, et le syndicalisme est une forme de politique en France hélas. Alors le syndicalisme français est effectivement en diminution d’effectifs, en diminution d’influence, avec un certain nombre de structures et de bases idéologiques qui sont assez déphasées par rapport à la société. Mais il faut surtout souligner que la seule chose avec laquelle ils sont en phase, c’est le syndicalisme patronal. Nous bénéficions, si je puis dire, malheureusement, de l’archaïsme symétrique d’un syndicaliste patronal d’opposition politique et d’un syndicalisme ouvrier qui lui aussi fait de la politique, ce qui leur permet une espèce de combat de catch perpétuel, tout en n’oubliant pas de se partager les miettes de tous les systèmes de cogestion qui existent.

Lire la suite