Analyse du plan « urgences » d’Agnès Buzyn et de ses conséquences rémoises

JHM Cohen 11 9 19

et Chronique sur RCF le 13 Septembre: https://rcf.fr/embed/2175398

 

Le plan « urgences » d’Agnès Buzyn procède de bonnes intentions et d’un diagnostic souvent juste. Mais malheureusement nombre des thérapeutiques proposées se rangent pour la plupart dans la catégorie « service médical rendu insuffisant », ou contre-productives avec « effets indésirables sérieux » pour d’autres . Et même parfois « Thérapeutiques compassionnelles » en renonçant à tenter de guérir.

Il y a aussi des maladies honteuses dont on n’ose parler.

urgences Bourgoin jallieu

Urgences de Bourgoin-Jallieu

Certaines mesures en revanche peuvent conduire à des progrès réels. Comme souvent ce sont les moins commentées, nous commencerons pas elles :

Lire la suite

Interview sur FR3 Champagne Ardenne: la crise des urgences

VERBATIM  Juin 2019

On va plus loin avec vous, JC bonsoir.

Bonsoir.

Vous êtes médecin au CHU de Reims, ancien adjoint d’Adeline Hazan

Les urgences de Reims seront donc en grève demain, voyez-vous des similitudes locales avec la situation nationale ? Au commencement, les urgences ont vu arriver un tsunami de la destruction du maillage territorial hospitalier et de la dégradation de la médecine générale. Pour y faire face, a été mis en place à différents endroits, plus dans certains que dans d’autre, un système de travail à la chaîne. C’est très bien pour s’occuper de découper des poulets, les poulets sont morts avant. Pour des malades, cela ne marche pas.

Lire la suite

POINT DE VUE SUR LES URGENCES ET LEUR ORGANISATION

JHMC 30 1 2019 V rev 19 06 2019

Ce point de vue est basé sur plusieurs visites rendues à des patients s’étant présentés aux urgences, pour lesquels familles ou médecins avaient demandé mon avis et sur 3 demi-gardes de renfort comme médecin de garde.

Afin d’assurer ces gardes, j’ai visité le service d’accueil d’urgence, rencontré son personnel stable, tenté de comprendre son fonctionnement et surtout je me suis astreint à apprendre le fonctionnement des logiciels qui y sont utilisés.

A) ce que j’ai vu :

Lire la suite

Paris Mai.. Dangers à la Pitié

Chronique du 3 mai 2019

Sur les ondes de RCF: :

 

JC, alors c’est vrai qu’on a tous observé l’actualité ces derniers jours et bien évidemment le 1er mai avec la mobilisation traditionnellement autrefois, il y avait une large mobilisation syndicale, il semble qu’il y ait eu cette année encore une mobilisation en particulier de la CGT et d’autres syndicats, mais qu’il y a eu quand même d’autres acteurs de cette mobilisation.

D’une part, bien sur des gilets jaunes, puisque c’est la révolte rampante, j’allais dire permanente actuelle et d’autre part comme depuis plusieurs années, ce qu’on appelait autrefois les autonomes et maintenant le bloc noir, le black bloc, qui essaye de parasiter et de faire le maximum de dégâts le long et en avant du cortège.

Lire la suite

L’apoplexie des urgences hospitalières

Chronique du vendredi 23 mars 2018

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1785479

 

Jacques Cohen, rebonsoir !

Rebonsoir !

Alors, c’est vrai qu’avec vous on va parler d’un problème à l’hôpital, vous êtes professeur au CHU de Reims, rappelons-le. Est-ce qu’il y a quand même un problème dans les urgences, Monsieur le Professeur ? Parce que, tout de même, l’on voit qu’il y a une crise de l’offre des soins, une crise de l’organisation des soins, une crise de l’attitude médicale. Parfois, il y a eu quelques évènements, des faits divers. On a retrouvé, malheureusement, des personnes qui sont allées aux urgences et qui n’en sont pas vraiment sorties en bon état.

Et bien, tout d’abord, je dois rappeler que, comme je suis médecin hospitalier au CHU de Reims, je parlerai de tout sauf de Reims. Mais je voyage, je connais ce qui se passe ailleurs, qui a d’ailleurs des ressemblances avec ce qui se passe ici. On ne peut pas parler d’incidents, mais au contraire il y a une situation calamiteuse qui est le symbole de la désorganisation de l’offre de soin. Des milliers de personnes, par jour, passent plus de 4 à 8 heures sur un brancard dans le couloir aux urgences partout en France. Lire la suite