Le collège d’athlètes de Reims : une secte annonciatrice?

JHMC

L’hébertisme dans sa formule initiale, est une idéologie du mythe de la vie naturelle et de sa sélection des forts, de la race à régénérer, de l’endurance par la souffrance. Sa militarisation sociale est frappante. Si bien qu’on peut y voir une secte annonciatrice des pires délires nazis, à faire passer les « Hitler Jugend » pour l’école Alsacienne!!

collection SAVR

collection SAVR

entrainement2

entrainement

Les obsessions d’Hébert lui-même, manifestement sado-masochistes, matinées d’obsession de la nudité, y compris des garçonnets comme des fillettes, et le danger médical de l’endurance par le froid à une époque ou une pneumonie tue volontiers, conduisent le Maire le Dr JB Langlet a une franche hostilité.

L’inauguration du collège d’athlètes en 1913. L‘hostilité du Maire JB Langlet

Après avoir vainement tenté d’empêcher que le collège d’athlète ne soit au programme de la visite présidentielle de 1913, JB Langlet refusera d’y assister: Jamais je ne mènerai le président voir des hommes quasi nus qui marchent à quatre pattes. « C’est un retour offensant aux âges primitifs ». Mais le président Poincaré a besoin du patronat comme soutien au mutualisme pour éviter de faire prendre en charge la protection sociale par les comptes de la Nation, et il passera volontiers sa lubie gymnastique en contre partie au Marquis Melchior de Polignac,.. 

Melchior_de_Polignac_à_Jean_Bouin_1913  

En dehors des sportifs pseudo-amateurs, comme J Bouin, le gros des troupes est fourni par les orphelinats ( catholiques ) de Reims. On peut sur les clichés remarquer la hiérarchie qui va des athlètes quasi-nus en plein mois d’octobre, à l’encadrement qui a au moins droit aux sandales…

1-10-13,_Reims,_collège_d'athlètes,_Bouin_lieutenant_Hébert hebert bouin N6927326_JPEG_1_1DM    hebert P1180794

hebert P1180795

L’idéologie du retour à la nature, du  bon sauvage, de la  mauvaise civilisation dont les vaccins..

Hébert reprend à son compte les idées défendues par le Dr Carton et se livre à une attaque en règle de la vaccination comme de la médecine allopathique : « Les découvertes microbiennes merveilleuses certes en leur principe, mais souvent faussées en leur application, eurent également pour résultat d’éloigner l’être humain de la vie normale. A quoi bon cultiver son corps si un microbe peut en quelques heures en avoir raison ? Les médecins ont trop négligé d’insister sur ce fait que l’organisme robuste détruit naturellement le microbe nuisible tandis que l’organisme affaibli se laisse vaincre. Il ne s’agit pas de s’injecter au préalable dans le sang des sérums parfois débilitants, il s’agit d’abord d’être fort » (Hébert, 1913, 91).

Le mythe hellénistique  

Le mythe hellénistique défendu par Hébert, comme par P de Coubertin, permet, revu par M de Polignac, une fête en juin 14 assez désopilante: des dames de la bonne société locale couvertes jusqu’au pieds, mêlées aux athlètes peu vêtus, et la cohorte des bourgeois déguisés…

hebert fete10 hebert fete12    hebert fete06

Une idéologie des forts et des faibles. « Marche ou crève!! »

Moins drôles deux mois plus tard, le début de la guerre de 14 et la doctrine de l’offensive à outrance permettent au Lieutenant Hébert de donner sa mesure:

« Lors de l’attaque de Beerst le 19 octobre 1914, la 8ème compagnie du Lt de vaisseau Hébert est envoyée à la rescousse des 5ème et 6ème compagnies en difficulté, leurs chefs hors de combat : « Le lieutenant de vaisseau Hébert, alors âgé de près de quarante ans, est célèbre dans toute la Brigade et même dans toute la Marine. C’est lui qui s’est fait le pionnier de l’éducation physique militaire. Toute l’armée a repris ses mots d’ordre, dont le plus célèbre claque comme un défi : « Soyons forts ! Les faibles sont des inutiles ou des lâches ! ». C’est dire à quel rythme d’enfer il mène sa 8ème compagnie. Tous les gradés sont formés à son image. Accrocheurs, méprisants du danger et d’un courage qui tourne au fanatisme. Où personne ne peut passer, la compagnie Hébert passera… «  », extrait de La Bataille de l’Yser de Jean Mabire.

La dérive sectaire stoppée par la guerre

Lorsqu’on reconstruira le Parc Pommery après guerre, le bâtiment du collège d’athlète ne sera pas rebâti: la population a assez eu de souffrances pour que sa recherche gratuite ne fasse plus recette.

Un modèle pour Vichy

En 1940, Vichy déclare la Méthode Hébert Méthode nationale et en fait un élément du relèvement physique et moral du pays. Prudemment, Hébert reste en retrait de la mise en œuvre. Les trente ans du collège d’athlètes seront fêtés par Vichy.

Hébert et la Femme

hebert georges femme2

Certains ont voulu en faire un libérateur de la Femme par l’abandon du corset. En fait, Hébert explique fort bien que l’entrainement sportif intensif réduit ou fait disparaître les règles, ce qui diminue les périodes où les femmes ne sont pas bonnes à grand chose… Les photos, et leurs commentaires pseudo-scientifiques faussement détachés, ne peuvent empêcher de penser que le lieutenant de marine bave quelque peu devant ses élèves nues et au garde à vous…

De la même façon, les petites filles sportives, coiffées à la Jeanne d’arc de l’époque, torse nu jusqu’à 13 ans, marchant au pas de gymnastique dans la boue glaciale d’octobre, font penser à certains Mangas japonais pour vieillards libidineux…

collection SAVR
Collection SAVR

Collection SAVR

Méthode d’entrainement physique : l’Hébertisme comme culturisme

Jean Bouin

Jean Bouin

Il est amusant de noter que malgré ses exigences draconienne la méthode Hébert, grossièrement de musculation culturiste, est Inadaptée à la performance sportive spécialisée. On voit J Bouin soulevant de la fonte à bout de bras, ce qui ne doit pas améliorer ses temps en demi fond…

Diététique

Comme le signale en 1914 un de ses disciples, J. de Pierrefeu, « le rêve d’Hébert, c’est de se nourrir de noisettes, de bananes, de miels, de fruits cueillis sur l’arbre » (Pierrefeu, 1914, 10).

Laissons la parole pour finir à Sylvain Villaret E-mail : sylvain. villaret@ wanadoo. fr… Jean-Michel Delaplace.  http://www.cairn.info/revue-staps-2004-1-page-29.htm  article « La Méthode Naturelle de Georges Hébert ou « l’école naturiste » en éducation physique (1900-1939)

«  » » Lors des stages d’entraînement, la plupart d’entre eux préfèrent séjourner sous la tente et prendre leur repas en plein air plutôt que de quitter l’enceinte du C.A. pour retrouver les hôtels de la ville de Reims. Un des athlètes, de Pierrefeu, révèle la coexistence au sein du Collège de « trois agglomérations » de campeurs, représentant en quelque sorte trois degrés de naturisme. Les habitants de la première optent pour un retour à la nature modéré, sans renoncer au confort moderne et au plaisir d’une alimentation sans restriction. Les tentes sont meublées et les repas, préparés à Reims, livrés à l’heure voulue. La seconde agglomération rassemble ceux qui « pratiquent le végétarisme et professent l’homéopathie (au sens probable de médecine naturiste) » (Pierrefeu, 1914, 12). La dernière section est constituée par les plus ardents disciples d’Hébert dont le coureur Jean Bouin. Elle est installée en bordure du parc de Pommery. Il n’est plus question ici de confort. Poussant la logique à son terme, ses membres tentent même de vivre du produit de la chasse. C’était compter sans la vigilance du gardien du parc qui met un terme à cette expérience audacieuse avant même qu’elle ne se révèle fructueuse.

Plagiat théorique

Defrance a démontré notamment l’usage du vocabulaire naturiste fait par Hébert afin de dissimuler deux de ses sources d’inspiration : Suédiste est devenu “Naturiste” », c’est à cause de son incompétence, de sa mauvaise compréhension de l’éducation le sport et l’éducation physique américaine (Defrance, 1997). Delaplace souligne à ce sujet le plagiat de la gymnastique utilitaire de Pierre de Coubertin opéré par le lieutenant de vaisseau. Les épreuves de la fiche-type élaborée par Hébert pour évaluer la valeur de tout individu sont directement inspirées de celles du « diplôme du débrouillard », créé en 1905 par le rénovateur des Jeux Olympiques.

Lieutenant de Vaisseaux Hébert

Lieutenant de Vaisseaux Hébert

A partir de 1910, Hébert s’approprie systématiquement les idées et les pratiques naturistes en vogue afin de poursuivre l’élaboration concrète de sa méthode et de lui conférer une unité doctrinale

« l’école Naturiste, d’Hébert, et l’Ecole Physiologique, Ling » (Ibid., 26). Et si Hébert « après avoir été un fervent physique et des «classifications ultra-fantaisistes » (Idem) qui en résultent. Dès lors, une méthode élaborée empiriquement et reposant sur des conceptions fausses ne peut qu’aboutir à la mise en danger de ceux qui la pratiquent. Le pas est rapidement franchi par Tissié qui traite Hébert de criminel à propos des épreuves de la fiche-type : « Imposer une succession de tels exercices, dans un tel ordre, sans arrêt, nu, au plein air et en tout temps, est un défi porté à la raison pédagogique et à la science médico-physiologique. C’est tuer des cœurs et congestionner des reins et des poumons » (Ibid., 37-38).

Les idées de Tissié sont partagées par nombre de médecins et de pédagogues. Ainsi, les caractéristiques naturistes de la Méthode Naturelle constituent avant-guerre un frein à sa diffusion au sein de l’école. Le dévêtissement que l’éducation physique hébertiste implique, s’il est accepté dans la formation du soldat, suscite encore certaines réserves concernant les écoliers. » » »

Hebert-disco

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion sur “Le collège d’athlètes de Reims : une secte annonciatrice?

  1. Mr Thierry Maillard ayant commenté cet article ailleurs, je reprends ici son texte car ce n’est qu’en le lisant que chacun pourra comprendre à qui il a affaire!::
    « Un qui devrait inquiéter aussi l’électeur rémois, c’est l’ineffable Jacques Cohen, dit aussi Jacques HM Cohen, kesako que ces mystérieuses initiales « HM » à l’américaine? Peu importe au vrai, non ce qui est inquiétant chez lui, c’est la chasse aux « Nazis » permanente, il va les trouver, tenez-vous bien… : dans une ancienne association sportive créée au début du siècle dernier (le XXème…), au début des années 1900, le fameux Collège des Athlètes rémois, fondé par le Prince Melchior de Polignac et pratiquant la méthode de « L’Hébertisme », fort célèbre tout au long du siècle, et que ce bon docteur Jacques « HM » Cohen assimile tout bonnement à une « secte », tout à la fois fasciste ( voire nazie, références dans ces textes aux adolescents de la jeunesse hitlerienne. 20 ou 30 ans avant…), et…pédophile ! Ben voyons, le tout se passant dans les années 1903 / 1913 !!! Soit dix à vingt ans avant les régimes fasciste et national-socialiste. Lui qui se targue d’ un (certain) intérêt pour l’ Histoire, qu’il sache qu’en cette honorable matière, on qualifie ce genre de délires en « décalage » avec la chronologie, d’ anachronisme, au bas-mot, voire d’ uchronie… Il cherchera le bon Dr Jacquot!. Pour preuve, les textes à prétentions historiques sur le blog de Jacques Cohen
    LE SITE
    https://jhmcohen.com/2014/01/01/le-college-dathlete-de-reims-une-secte-annonciatrice/
    « Sur le même site, on lira avec intérêt ses « analyses » sur le « Mythe de Jeanne d’ Arc à travers l’Histoire », ou encore (ce n’est pas le pire) sa vision de la Campagne de France de 1814 de Napoléon et la bataille de Reims, titre d’ un livre récent en vente dans toutes les bonnes librairies…

    Non, là ou il est désarmant le bon Jacques, c’est quant il reproche au Lieutenant de Vaisseau Hébert le zèle de sa propre méthode dans la guerre de 14 et la conduite de sa compagnie de Fusiliers-Marins de la Brigade du même nom. Il cite meme le livre sur les exploits des matags sur l’Yser, signé d’ un certain…Jean Mabire…ecrivain-historien de l’extrême-droite racialiste d apres-guerre, qui fit son succès en relatant aussi l’histoire de toutes les plus celebres divisions de la Waffen SS aux éditions Fayard, puis Grancher, ce que semble ignorer l’anti-fasciste primaire Jacques HM Cohen…Il lui reproche ( à Hébert…) quasiment d’ être mort héroïquement au nom d’ une methode sportive « suspecte », de quoi ? De Fascisme avant l’heure ! Elle est bien bonne celle-ci! Et ça commence bien les commémorations du Centenaire de 1914, de la 1ère Guerre Mondiale, entre un Cohen qui fait le Jacques et une Catherine surpayée,…. »

    ————————————-

    LA REPONSE DE JACQUES HM COHEN:
    Le titre de mon « post » réduit à lui seul à néant les accusations d’erreur de date de Thierry Maillard: « Le collège d’athlètes de Reims : une secte annonciatrice? »
    Hébert n’est pas « mort héroiquement » au combat mais plus de 40 ans plus tard!!
    Que la description du comportement de Georges Hébert soit le fait d’un type qui finit comme collabo pro-nazi ayant fait l’apologie des SS n’ôte rien à cette description, j’allais dire au contraire!
    J’ai commenté dans un autre sujet la campagne de France de 1814. Son titre comporte le sujet du « post ». Je n’ai pas mis la bataille de Reims dans mon titre, le sujet étant plus général. Thierry Maillard est donc infondé à me reprocher de me l’être appropriée.
    Quant aux initiales HM, comme mon nom est courant, je rajoute les deux autres initiales de mes prénoms. Thierry Maillard ne les trouvera pas dans le fichier Tulard. Je suis fort heureusement né trop tard pour cela!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s