K Adenauer C De Gaulle 1962 à Reims: un surprenant message de paix!

JHMC

Le message que l’Histoire a retenu de cette rencontre de K. Adenauer et C de Gaulle à Reims, est un message de paix, né de l’exemple de la réconciliation d’ennemis héréditaires après une longue période de trois guerres par siècle entre eux. Exemple spectaculaire toujours vivant, conforté par plus d’un demi siècle de paix, que l’un et l’autre peuple propose au monde.

Telle n’était pas l’intention initiale des deux protagonistes , qui voulaient certes affirmer leur réconciliation, mais comme alliance militaire dans le cadre de la guerre froide qui pouvait encore tout à fait se réchauffer. La paix franco-allemande, mais pour faire la guerre à d’autres en quelque sorte. En clair à l’union soviétique et au pacte de Varsovie.

C de Gaulle en uniforme. Drapeaux français et allemands.

C de Gaulle en uniforme. Drapeaux français et allemands.

L’arrière pensée française: une alliance militaro-industrielle et politique.

On se souvient de la rencontre de Reims, le 8 juillet 1962, de la messe à la Cathédrale, autrefois si abîmée par l’artillerie du Kaiser. Du déjeuner à l’hôtel de ville, lui aussi réduit en cendres durant la première guerre mondiale, où tous les notables de la région furent forcés de déjeuner avec un Chancelier d’Allemagne. Certains s’étaient un peu entraînés 20 ans auparavant, mais ceux là mêmes avaient le plus oublié qu’on pouvait déjeuner normalement avec des Allemands. Immense message de paix et de réconciliation que cette rencontre de Reims….

A la sortie de la Cathédrale de reims

En civil, à la sortie de la Cathédrale de Reims,

Mais on a oublié la matinée, avant la messe. Pour la première fois depuis un millénaire, les troupes françaises et allemandes défilaient ensemble au camp de Mourmelon. Là même où elles s’étaient tant affrontées. Tandis que les chars à la croix de fer défilaient sur la musique de la marche consulaire de Bonaparte, les drapeaux des deux pays n’étaient plus séparés par les drapeaux de l’otan que le général de Gaulle avait fait retirer.

Escorte de motocyclistes militaires..et Général en uniforme.

Escorte de motocyclistes militaires..

http://www.ofaj.org/reims-8-juillet-1962-une-journee-particuliere-version-courte-11-min

Le Défilé de Mourmelon à partir de 5min 30…

Car là était son ambition: proposer au peuple allemand bien plus qu’au chancelier une alliance militaire et politique des deux pays, garantissant leur autonomie vis à vis des USA.

Et dans ce cadre, démasquer et amplifier une coopération militaire, débutée à vrai dire dès la défaite nazie. De nombreux scientifiques allemands, du motoriste de réacteurs à celui des fusées, et autres avionneurs, aux concepteurs de chars, avaient choisi de se réfugier auprès des Français, préférant un ennemi héréditaire que finalement on connait bien, à des bureaux d’études-prisons US ou russes. Avec le temps, la plupart avaient regagné l’Allemagne et y développaient plus ou moins discrètement une industrie de guerre, notamment aéronautique, en gardant des contacts en France. Mais chacun avait conscience que seuls les programmes communs d’ampleur entre l’Allemagne et la France auraient une masse critique efficace, basée non seulement sur la puissance industrielle mais aussi sur le travail déjà fait en commun. Il en sortira finalement, un peu d’industrie de guerre, mais surtout deux grandes entreprises civiles Airbus et Ariane Espace!

Pas étonnant finalement que dans la tribune de Mourmelon, les officiers généraux constituant l’état major de la Bundeswher, une bonne douzaine, avaient tous été soldats de la Wehrmacht, ce que les communistes français faisaient remarquer après leur passage à la cathédrale. Car l’alliance proposée est bien dirigée contre l’union soviétique.

L’arrière pensée allemande: une alliance industrielle mais une armée dans l’OTAN.

K Adenauer est d’accord sur le programme industriel voire même sur une armée commune à terme. Mais il est beaucoup plus réticent pour l’indépendance politique et stratégique vis à vis de l’OTAN. C’est F J Strauss, le bavarois, qui avait été tenté du temps de la quatrième République par une alliance beaucoup plus étroite avec la France, et une indépendance garantie par la force nucléaire en préparation en France, qui serait devenue commune. C’est C de Gaulle, qui n’avait pas voulu risquer sa bombe dans la corbeille de mariage et qui avait fait capoter la chose à son arrivée au pouvoir.

Quelle opportunité, fait tenter à C de Gaulle une opération politique et militaire franco-allemande, avec une tournée sidérante en Allemagne, où il remporte un triomphe populaire en chef charismatique dans un pays privé de ce genre de tribun depuis 20 ans? Le fait nouveau qui a beaucoup inquiété K Adenauer vient des USA.

L’opération commune avec C de Gaulle a pour K Adenauer un but principal, faire reculer les américains, qui caressent ce qui lui parait une très mauvaise idée. Gagner la guerre froide par une compétition économique et non par les armes est une option qui effleure déjà certains milieux dirigeants US bien avant Reagan. Dans cette optique, l’Allemagne pourrait être réunifiée et démilitarisée.

Mais pour Konrad comme pour Charles, d’une part, une défense en France en cas de déferlement soviétique surprise à travers l’Allemagne, n’aura jamais le temps de stabiliser le front et d’attendre les américains, et d’autre part la bataille idéologique pourrait bien être gagnée à l’ouest par les soviétiques, avant que la compétition économique ne les ruine, ramollisse, et éteigne…

C de Gaulle, voit la menace comme une occasion inespérée de convaincre les Allemands qu’alliés aux Français, ils pourront jouer une politique de grande puissance négociant avec les USA, quittant la situation de vassal obéissant. Mais K Adenauer ne croit pas que pour l’Allemagne, l’heure de l’émancipation ait déjà sonné. En revanche, un petit tour de piste avec les Français, peut convaincre les Américains de ce qu’il fera s’ils ne lui laissent pas le choix en s’engageant dans la voie dont il ne veut à aucun prix.

Cette tactique sera efficace, et le Bundestag enterrera la ratification du traité de l’Élysée par un préambule contradictoire et refusé par Paris.

Si à Mourmelon C de Gaulle est en uniforme, il sera ensuite à Reims en civil. K Adenauer salue la foule dans un geste représentant pour lui le maximum de l’exubérance!

K Adenauer salue la foule dans un geste représentant pour lui le maximum de l’exubérance!

Une évolution historique qui aurait surpris les protagonistes du 8 juillet 1962.

Avec ou sans traité, la coopération industrielle se poursuivra, et faute de guerre, deviendra civile. Le symbole de la réconciliation franco-allemande, de préalable à une action militaire commune, deviendra un fort symbole de paix et un exemple pour les nombreux peuples qui se font encore régulièrement la guerre sur la planète et le regrettent parfois. Et la base de la construction européenne.

On oubliera Mourmelon, pour ne se souvenir que de Reims.

Finalement, si l’enfer est pavé de bonnes intentions, il est au fond logique que les mauvaises soient recyclées pour les fondations du Paradis!

A LIRE AUSSI:

ANNEXE: Quelques produits de la coopération militaire franco-allemande à partir de 1945:

http://wp.me/p47ncA-7m

La participation d’ingénieurs allemands dès la fin de la guerre aux programmes militaires d’où sont issus le lanceur Ariane ou Airbus est relativement connue. Voici quelques autres exemples moins célèbres et non exhaustifs……….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s