Le traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle un signal vers les USA et la Russie

Chronique du jeudi 24 janvier 2019

Sur RCF: @lien en attente

Une fois n’est pas coutume, d’habitude il est avec nous le vendredi soir, mais demain soir émission spéciale avec mon seigneur François Touvet, évêque du diocèse de Châlons, c’est pourquoi JC nous rejoint ce jeudi soir. JC bonsoir.

Bonsoir.

J’ai même envie de dire, parce que cette chronique est diffusée à d’autres moments dans la journée, JC bonjour.

Bonjour.

Vous allez nous parler du traité d’Aix-la-Chapelle qui a été signé par Angela Merkel et Emmanuel Macron, le président de la République française et Angela Merkel la chancelière allemande, bien évidemment. Mais avant cela, on va le replacer dans son contexte historique, parce que ce n’est pas le premier traité d’Aix-la-Chapelle qui a été signé.

Oui, Aix-la-Chapelle c’est, finalement, j’allais dire la capitale des traités. D’abord le traité de Verdun, et sa place de capitale de Charlemagne. Mais ensuite, il y aura un traité pour la succession d’Espagne, il y aura un traité pour la succession d’Autriche, il y aura un traité de retouche du traité de Vienne après la chute de l’empire. Donc, c’est en quelque sorte la capitale des traités et c’est le lieu où le prix Charlemagne est décerné tous les ans.

Est-ce que peut-être, si Aix-la-Chapelle, est connu pour ses traités et qu’à chaque fois on les re-signe là-bas, c’est qu’il y a quelque chose de particulier ?

Oui, Aix-la-Chapelle pour les Allemands, c’est le rappel de Charlemagne, c’est-à-dire le rappel de l’empire qui allait jusqu’à l’ouest de Reims et initialement plus loin encore sous Charlemagne, mais qui est resté avec la Lotharingie jusqu’à l’ouest de Reims pendant un bout de temps. Donc c’est pour les Allemands, le rappel d’une structure déjà européenne avec, selon les époques, un penchant, j’allais dire, impérial et hégémonique et dans les autres périodes la volonté d’une Union Européenne et non pas d’états nationaux se faisant la guerre.

empire de charlemagne

L’Europe de Charlemagne avant sa division après sa mort

JC, dans quelques instants on reviendra sur ce traité qui a été signé donc d’Aix-la-Chapelle, entre Angela Merkel et Emmanuel Macron. On verra s’il y a des différences, des points similaires par rapport aux historiques. Egalement, un mot du traité de l’Élysée, pour le replacer dans sa dimension historique.

Oui, car la dimension historique principale du traité actuel, c’est sa comparaison au traité de l’Élysée de Konrad Adenauer et Charles de Gaulle qui finalement a d’énormes ressemblances, malgré les apparences. Le traité de l’Élysée que le Bundestag n’a jamais ratifié était une volonté franco-allemande de s’émanciper des États-Unis, plus ou moins. Du point de vue Français, du point de vue de De Gaulle, c’était de construire une armée franco-allemande et une alliance franco-allemande opposée à la Russie. Du point de vue d’Adenauer, c’était de donner un signal aux Américains qu’on pourrait faire comme ça, s’il n’étaient pas suffisamment gentils et compréhensifs. D’où l’absence de ratification…

Et donc, cette fois-ci, il s’agit aussi de donner un signal aux États-Unis qu’un axe franco-allemand peut très bien se constituer si la politique américaine et la politique russe se conjuguent pour déstructurer l’Europe et qu’à ce moment-là cet axe franco-allemand aura la force d’être un axe potentiellement hégémonique en Europe sur des modalités moins conviviales que l’union précédente.

Est-ce que c’est un signe envoyé quelque part, si on fait une petite parenthèse, de la part des Français et des Allemands ?

Sur le volet international indiscutablement, c’est une volonté d’indiquer, comme signal, que l’on pourrait avoir une politique indépendante si les États-Unis continuent la leur. Du point de vue local, si j’ose dire, du point de vue interne, c’est assez intéressant, c’est une nouveauté. Dans le traité précédent l’intégration économique concernait surtout l’appareil militaire, c’était la création d’avions de combat, d’ailleurs en commun, puis les prémices de ce qu’allait devenir Airbus. Alors que là, au point de vue économique, ce qui est envisagé c’est l’interpénétration des zones frontalières, c’est-à-dire, de faciliter le fonctionnement des zones frontalières liées économiquement l’une à l’autre. Et de ce point de vue-là on a une chose amusante, si l’on peut dire, c’est de voir la résurgence en Sarre d’une volonté francophile de tropisme vers la France à vouloir que les classes deviennent bilingues ou redeviennent bilingues. Il est à noter que deux fois après chaque Guerre mondiale, la Sarre, sous la pression du reste de l’Allemagne, s’est écartée de la France, cette fois-ci elle veut s’en rapprocher et il ne semble pas que Berlin ne s’y oppose maintenant.

Ça veut dire qu’il y a des différences, mais aussi des points communs entre les anciens traités et les traités actuels ?

Nous n’irons pas jusqu’au traité de succession d’Espagne pour chercher les points communs, mais dans le traité de l’Élysée qui succède à la tournée d’Adenauer en France, dont le voyage à Reims, et de De Gaulle en Allemagne, il y a cette volonté de paix entre les deux pays – mais pas forcément d’ailleurs à l’époque, une paix à destinée à la Terre entière – mais destinée à l’alliance des deux pays contre toute agression ou contre toute offensive extérieure. Et là, le traité n’a pas été ratifié, il est allé plus loin que ce que voulait Adenauer et ce que les Américains pouvaient tolérer. Et denos jours il y a un petit peu la même chose sous la forme d’un signal. C’est-à-dire que là on est un peu dans l’autre sens que lors du traité de l’Élysée. On a signé un truc anodin, mais qui pourrait aller plus loin si ça devenait nécessaire et c’est un signal envoyé des deux côtés, aussi bien la Russie qu’à Trump et à des sbires comme Bannon.

JC, ce traité d’Aix-la-Chapelle, signé cette semaine, est ce qu’il y avait un intérêt réel de le faire ou est-ce que c’est peut-être une couverture pour un jour, on verra par la suite, il pourrait servir ?

Il y a un double intérêt: d’abord de dire que quelque chose peut servir un jour, c’est déjà un signal utile, c’est même le principal signal. Ensuite toute la partie transfrontalière, locorégionale est aussi quelque chose d’intéressant qui formalise et renforce des choses qui pour certaines étaient en progrès, pour d’autres s’étaient un peu enlisées, et donc c’est une volonté pacifique et de coopération qui parait tout à fait utile. Restera une chose à faire, la Bundeswehr a déjà des établissements en Alsace, mais il y a eu quelques soucis chez eux d’infiltration de l’extrême droite dans la Bundeswehr. Je ne dirais pas que nous sommes totalement exempts du symétrique, mais des deux côtés il faudra probablement faire le ménage pour que les armées puissent travailler ensemble raisonnablement.

Et concrètement il peut s’appliquer de façon très facile ?

Certains points sont très précis, donc ceux-là sont contraignants, d’autres sont très généraux et délibérément à géométrie variable comme vous le disiez, parce que ça peut servir un jour et nous sommes dans un monde où il faut avoir prévu des éventualités désagréables de déstructuration de l’Union Européenne et il faut savoir ce qu’on fera ce jour-là. Eh bien ce qu’on fera ce jour-là, on l’annonce clairement : si cette circonstance malheureuse se produisait, nous ferons une alliance franco-allemande et celle-ci, par pesanteur inéluctable, reprendra l’hégémonie en Europe sur des modalités qui ne seront probablement pas celle de l’Union Européenne actuelle.

Merci JC d’avoir été avec nous ce jeudi et puis on vous retrouve la semaine prochaine, mais cette fois le vendredi, à priori pas d’émission spéciale prévue.

Eh bien, j’en accepte l’augure.

A très bientôt JC.

Un lien vers mon analyse du précédent traité franco-allemand:

https://jhmcohen.com/2014/02/12/k-adenauer-c-de-gaulle-1962-a-reims-un-surprenant-message-de-paix/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s