Sur les ondes… La démonstration des poissons dans l’eau

Emission diffusée sur RCF Reims mercredi 23 mars au lendemain des attentats de Bruxelles : https://rcf.fr/actualite/terrorisme-la-demonstration-des-poissons-dans-leau

AV: Chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques, nous allons revenir sur les événements en Belgique. Ce double attentat à la fois dans une station de métro et à l’aéroport. Je me souviens dans une précédente chronique, pour évoquer ce qui s’était passé en France ces derniers mois, vous aviez évoqué les fameux « Rantaplan » qui seraient envoyés par Daech et qui viendraient nous cibler. Avons-vous affaire à des « Rantanplan » dans cet attentat en Belgique ?

C’est toujours délicat de dire Rantanplan pour des gens qui tuent quand même pas mal de monde. Mais il s’agit effectivement d’un niveau de terrorisme assez bricoleur, d’efficacité intrinsèque assez faible. Mais d’efficacité politique cette fois-ci considérable par le caractère répétitif. Le fait d’être capable d’avoir plusieurs dizaines de kamikazes pouvant reproduire ce type d’attentat plusieurs fois, un peu partout en Europe, est une démonstration de la part de Daech.

Daech démontre là qu’il a des bases arrières, qu’il a des zones libérées si on prend un vocabulaire des années soixante, dans lesquelles ses militants sont comme des poissons dans l’eau, qu’il en a beaucoup et qu’il peut en sacrifier régulièrement.

Cela veut dire que Daech est prêt à frapper dans la durée, continuellement et de façon régulière ?

La démonstration est : prenez-moi si vous pouvez mais de tout façon vous ne nous éradiquerez pas. Nous sommes comme un poisson dans l’eau dans ces quartiers abandonnés où notre implantation et notre quadrillage sont maintenant efficaces. Voilà sa démonstration. C’est un défi qui est un seuil politique important, qui s’est déjà produit dans beaucoup d’autres guerres révolutionnaires, avec succès ou avec échec.

Est-ce que l’arrestation de Salah Abdeslam a accéléré le processus et le fait que cet attentat arrive plus tôt ?

Il est plausible que la consigne est tombée d’accélérer les choses et d’utiliser un bout de réseau avant qu’il ne soit grillé. C’est plausible mais cela ne change rien de fondamental.

La question qui se pose, c’est « est-ce qu’il vont continuer du répétitif ou est-ce qu’ils vont faire des attentats d’un niveau plus sophistiqué? ». Moi j’ai tendance à penser qu’ils vont faire du répétitif.

Le niveau plus sophistiqué, c’est de pourrir la vie plus durablement, c’est-à-dire d’arriver à empêcher qu’on puisse tenir de grands rassemblements. De réussir deux opérations « stade », cela signifierait que les stades sont tous fermés et durablement, par exemple. Cela veut dire de faire une opération de vive force démontrant qu’ils peuvent attaquer le dispositif de protection avec succès et ensuite faire des dégâts. Cela veut dire employer des armes non conventionnelles, qui tuent moins d’ailleurs, mais qui sont plus terrorisantes.

Il est possible qu’ils le fassent mais ce n’est nullement certain. Pour l’instant, leur niveau de démonstration est pour eux tout à fait satisfaisant.

Et en terme de logistique, on parle de ce TATP puis de kalachnikovs, cela reste quelque chose de pas très évolué en matière de terrorisme ?

Cela reste peu évolué et même inadapté. Parce que c’est un explosif qui a surtout pour avantage d’être peu ou pas détecté pour pouvoir faire des choses dans les avions. Pour aller dans le métro, on ne voit pas l’intérêt d’avoir un explosif qui par ailleurs a plein d’inconvénients. Des choses beaucoup plus classiques et beaucoup plus efficaces en force explosive auraient été, ou seraient, plus dangereuses.

On voit, de ce point de vue-là, un élément répétitif par des gens qui ont eu une formation qui n’était pas destinée à ce qu’ils font actuellement. Et qui reproduisent ce qu’ils savent faire, c’est-à-dire pas grand-chose. Mais le pas grand-chose est déjà tout à fait dangereux.

Vous le disiez, des gens pas destinés à cela, le profil des suspects frères pour les attentats dans le métro et l’aéroport sont connus pour des faits de grand banditisme ? C’est pour cela qu’on peut dire qu’ils n’étaient pas forcément destinés à cela ?

Ce qu’on peut dire un peu amèrement, c’est qu’on est vraiment dans une société du « No Future », du « pas de futur pour les jeunes ». Qu’ils choisissent les études ou qu’ils choisissent d’être bandits: une carrière dans le milieu, la perspective de devenir chef d’un quartier ou parrain pour ceux qui réussissent le plus. Ce qui pouvait s’envisager il y a quelques dizaines d’années. Maintenant le banditisme est aussi une activité instable sans avenir. Et donc si on a du « No Future » partout, y compris là, le milieu lui-même ne fonctionnant plus comme autrefois, et bien là aussi ils peuvent évoluer vers n’importe quoi, donc vers du terrorisme.

Et on le voit avec cet exemple. Il manque un personnage qui serait clef puisqu’on a retrouvé ses empreintes aussi sur les bombes de Paris. Visiblement aussi les bombes de Bruxelles: c’est l’artificier ?

Oui mais tout cela est une péripétie. Bien sûr, il faut un travail policier, il faut démanteler à chaque fois le réseau. Mais à chaque fois ce travail de fourmi ne fait pas tomber un autre réseau, un autre groupe.

On peut d’ailleurs difficilement dire « réseau » car il ne s’agit pas de réseau au sens de réseaux d’espionnage ou d’intervention, pyramidaux, cloisonnés par trois, avec des coupures, totalement transparents dans la population, inconnus des autres. On est beaucoup plus dans des structures de militants qui sont connus dans leur quartier. Dans lequel ils sont soutenus par la population, comme des poissons dans l’eau. Et dans lesquels il est très difficile d’obtenir des informations. Le fait de condamner, de blâmer régulièrement les services de sécurité quand il y a un attentat, c’est aussi du café du commerce.

La grande difficulté et le grand problème, c’est qu’il faut s’adresser à la population de ces quartiers pour que l’eau deviennent bouillante pour les poissons. Et non pas qu’ils y soient à l’aise comme des poissons dans l’eau.

Et si on n’y arrive pas, la question sera beaucoup plus délicate: que faire de l’eau…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s