La jeunesse de l’UK est l’avenir de l’UE

CHRONIQUE DU 1 juillet 2016 sur RCF:

https://rcf.fr/embed/1335653

La jeunesse britannique est l’avenir de l’Union Européenne

Bonjour à tous, chronique d’actualité avec Jacques Cohen.
AV : On va s’intéresser aux votes des jeunes britanniques lors du référendum sur le BREXIT pour s’apercevoir qu’il y a des choses assez intéressantes, et on va même pouvoir essayer de faire une comparaison avec notre jeunesse française. D’abord, on peut le dire chez les Britanniques, les jeunes, eux ils votent.

Ils votent, et ils votent pour l’Europe. On a l’habitude de dire que la jeunesse est l’avenir du monde, c’est une tautologie, mais je crois que la jeunesse britannique est l’avenir de l’Union européenne, car leur comportement est très différent de celui de la jeunesse française par exemple.

ils votent, ils votent très peu pour les protestataires, ils votent pour des choses réalistes comme l’Europe dont ils bénéficient en particulier dans leurs études. Ils ont un dynamisme qui tient justement à leur âge, ils ont fait une manifestation devant le Parlement britannique, ce n’était pas arrivé depuis des siècles. Ça ne se fait pas. Ils l’ont fait, ils ne sont pas arrivés avec des casques et des boulons. Ils sont arrivés avec des pancartes, par exemple du drapeau européen avec l’inscription « I want to be a star »

Je veux être une étoile !

et donc ils ont profité des caméras de Channel 4, une télé locale qui tournait sur un plateau, pour une manifestation de plusieurs milliers de personnes, par surprise hier. Tout ça respectant les traditions britanniques des manifestations paisibles au passage.

http://www.france24.com/fr/20160629-brexit-milliers-manifestation-londres-parlement-ue-europe-farage

Alors pourquoi la jeunesse anglaise a ce comportement très différent du nôtre, où malheureusement la jeunesse vote beaucoup plus pour les partis protestataires, y compris protestataires d’extrême droite. Je crois qu’il y a deux raisons principales.

La première est culturelle. En Grande-Bretagne, dans le Royaume-Uni, en dehors des gosses de très riches, les parents ne payent pas les études, et donc il faut décrocher les bourses, il faut trouver des petits boulots complémentaires, etc. Et donc le fait d’être autonome, ça conduit aussi à être plus responsable et je crois que c’est un des éléments de la maturité précoce de la jeunesse du Royaume-Uni.

L’autre élément, c’est qu’ils ont aussi les possibilités de comparer leur État et l’Europe. Alors quand on fait ça chez nous, on s’aperçoit que nous avons un État qui reste très largement plus protecteur que n’est l’Union européenne. Eh bien, au Royaume-Uni c’est complètement le contraire. L’État s’est sérieusement rabougri, il est dur, il est inhumain, bien plus que l’Union européenne et donc les jeunes s‘aperçoivent très facilement, que vis-à-vis de leur État, c’est l’Europe qui les protège. Et c’est un phénomène qui est tout à fait perçu par eux. Ne serait-ce que pour les bourses pour les études, le Royaume-Uni a toujours été le meilleur chasseur de subventions et opportunités européennes, en particulier pour la recherche. Et de ce point de vue-là, comme l’État ne donne plus rien, les jeunes n’ont pas besoin de beaucoup réfléchir pour s’apercevoir que si par hasard on arrêtait pour de vrai, ils seraient dans la situation des pays du Tiers-Monde où il faut aller faire ses études ailleurs.

Donc une jeunesse qui a beaucoup à perdre, qui va peut-être beaucoup perdre.

C’est ce qu’elle voudrait éviter parce que le raisonnement de la jeunesse, c’est que « les vieux ça suffit ». ça, c’est classique et donc la jeunesse considère que les vieux n’ont qu’à attendre dans leur coin et mourir et qu’il faut leur laisser la place et leur laisser le champ libre et que si les vieux détruisent l’intégration européenne de l’Europe, c’est eux qui vont en pâtir et un petit peu les vieux, mais les jeunes en pâtiront beaucoup plus et beaucoup plus longtemps. donc ils ne sont pas contents et je crois qu’ils ont raison.

Donc on voit sur le vote, les jeunes ont voté pour le « Remain », ça veut dire rester et les populations seniors plus âgées pour le « Leave ».

Oui, d’autant que l’imagerie idéologique n’est pas la même que chez nous. La grandeur du pays, Rule Britannia et la Royal Navy et la grande puissance, que la nostalgie de la grosse puissance coloniale, sont encore des choses très fortes dans la population âgée en Grande-Bretagne et ils n’ont pas de souverainistes jeunes qui s’imaginent qu’on puisse jouer à nouveau à ça ! Alors que malheureusement, nous avons tout un courant irréaliste de « faukon yaka » pour le souverainiste isolationniste qui ne tiendrait pas debout en termes économiques encore plus qu’en termes politiques.

Donc c’est une idée qui était quand même encore bien ancrée, cette idée finalement d’autonomie, de ne pas regarder vers l’Europe chez cette classe d’âge britannique.

Sur les Britanniques de plus de cinquante ans, c’est resté vivace. Après comme d’habitude, les défauts de l’Europe militent contre elle, comme toujours. Et donc c’est aussi l’occasion pour nous tous, européens, de voir ce que nous pouvons faire pour ne pas continuer un certain nombre de choses sur de mauvaises pentes ou pour corriger un certain nombre de défauts. Mais le raisonnement britannique est quand même assez différent, à la fois sur le regret de la grande puissance, qui chez nous est quand même largement passé, ne serait-ce que parce que nous n’avons pas la même perception de la Seconde Guerre mondiale, et de la décolonisation, qu’on a fait beaucoup plus mal qu’eux, et puis aussi par ce passage à un État beaucoup plus dur qui a été réalisé au Royaume-Uni, dans les années 80, que nous n’avons pas fait. Et quand les gens reprochent à notre président actuel pis que pendre d’avoir bradé ceci ou d’avoir bradé cela, il suffit de regarder à côté pour voir quon a toujours essayé ou qu’il a toujours essayé de faire des compromis protecteurs et que c’est un reproche bien injuste.

Merci beaucoup, Jacques Cohen, on ne se retrouve pas la semaine prochaine puisque c’était la dernière de cette saison radiophonique, mais fin août, début septembre donc pour de nouvelles chroniques.

Voilà, au revoir et bonnes vacances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s