Divulgation russe des e-mails démocrates : Obama dans l’embarras

CHRONIQUE DU 2016

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1459046

AV: On va évoquer Vladimir Poutine, les e-mails et les États-Unis. Vous savez, c’est la Russie qui est accusée d’avoir espionné des e-mails, c’est ça l’affaire Jacques ?

Oui ! L’affaire, si l’on peut dire, c’est que des e-mails de l’état-major du parti démocrate ont été mis sur la place publique, qui ont d’ailleurs abouti à la démission de la responsable en chef de l’appareil. Et ce parce que ces e-mails révélaient un comportement outrageusement favorable à Hilary Clinton vis-à-vis de Bernie Sanders.

Voilà ! Le candidat lors de la primaire démocrate, c’était Clinton contre Bernie Sanders. Et alors du coup, beaucoup de réactions et notamment Barack Obama qui est monté au créneau, président démocrate encore pour quelques jours jusqu’au 20 janvier je crois…, et il s’est exprimé, en tout cas il a condamné ses agissements, supposés agissements !

La communauté américaine du renseignement est persuadée que les piratages sont le fait de la Russie et même de 2 groupes bien précis, il y a un groupe de jeunes encouragés ou poulains du renseignement civil, donc du FSB, et un autre qui est poulain du renseignement militaire, du GRU. Donc en fait, il s’agit pratiquement d’une compétition genre « OXFORD c/ CAMBRIDGE » pour aller fouiller dans les tiroirs d’en face.

Ensuite, Poutine n’a pas fait d’effort particulier de camouflage, ce qui fait que la communauté du renseignement américaine a pu retrouver assez rapidement la trace des piratages, ce qui est aussi une façon de faire un petit peu provocante de la part de Poutine.

Les différentes agences ont réagi selon leur style. Le FBI qui est beaucoup plus juridique, puisqu’il s’occupe de procès éventuellement, n’a pas été aussi catégorique sur les intentions et sur le fait de remonter jusqu’à Poutine, que la CIA qui là en a remis 2 ou 3 couches, sans parler de l’OTAN qui pousse, si l’on peut dire, au crime.

Et là-dessus, Obama a dit qu’il faut des représailles, mais seulement quelles représailles ? Parce que les Russes ont quand même déjà une ligne défense relativement solide, qui est de dire « Mais vous n’aviez qu’à pas écrire des choses pareilles, on ne les aurait pas mises sur la place publique ! … »

Il ne fallait pas être malhonnête !

Et si vous ne voulez pas que ce soit mis sur la place publique, c’est que vous vous sentez particulièrement morveux ! » Cela aussi, c’est un argument qui peut être dangereux ! Argument ensuite empoisonnant, c’est que la CIA a dit « Poutine a fait cela, non pas pour saper globalement le système américain, mais pour avantager Trump », le FBI étant plus prudent.

Avantager Trump alors que maintenant il est élu. De la part d’Obama, dire que l’on va punir des gens pour avoir avantagé celui qui va lui succéder dans quelques semaines, c’est également quelque peu difficile. D’autant que Trump a réagi de façon assez bovine et sanguine en disant qu’il n’y croyait pas et que ce ne serait pas la première fois que la CIA se trompe. Mais il aurait pu être beaucoup plus incisif sur le fait qu’il n’y a pas des millions et des millions d’agents russes infiltrés pour aller voter pour lui. Là aussi, de prendre à témoin le peuple américain en disant qu’il n’imaginait pas que le peuple américain puisse être fait de moutons qui écoutent simplement ce que raconte Poutine, cela pourrait être efficace si les enchères montent.

Donc, Obama va être obligé de faire quelque chose. Mais il faut bien regarder aussi à quel niveau on est en matière de « cyber guerre froide » ! Il s’agit là d’une divulgation, il ne s’agit pas du tout d’un sabotage d’un système quelconque (on n’est pas dans l’affaire des centrifugeuses pour enrichissement d’uranium des Iraniens). Donc créer un dysfonctionnement, même symbolique, représenterait une échelle d’escalade tout à fait inquiétante, parce que les Russes seraient tenus d’en faire autant. Si l’on en reste qu’aux divulgations qu’est-ce que l’on peut divulguer ? On peut divulguer des histoires d’argent ou des histoires de sexe, en principe ce sont les 2 principales sur la planète. Pour ce qui est des histoires d’argent, là aussi Poutine a été assez prudent parce qu’il n’a pas divulgué grand-chose de celles des Clinton dont la plupart des Américains sont persuadés qu’il s’agit de Rapetouts mélangés de Thénardier. Et cela a des chances d’être vrai. Donc, dans la mesure où Poutine a été prudent sur cet aspect-là, aller lui chercher des poux dans la tête sur ses comptes ou ceux de ses obligés, est assez dangereux comme escalade. Et sur les histoires de sexe cela dépend des pays, aux États-Unis cela peut être payant, mais en Russie cela ne fera ni chaud ni froid aux gens d’apprendre que le président a des relations avec une telle ou une telle !

Donc en fait, Obama à part de « gesticuler » n’a à mon avis pas grand-chose de possible s’il ne veut pas prendre de risques. Et s’il veut prendre des risques en faisant une escalade, le grand danger pour lui est d’être sérieusement désavoué par le « president-elect », voire même de voir ses mesures annulées, et surtout de voir tous ceux qui auront fait du zèle pour les appliquer se faire mettre à la porte le mois prochain avec le spoil system.

Surtout que Donald Trump dans son administration, on a l’impression qu’il a choisi des candidats, alors pas « pro-Poutine » je ne me permets pas de qualifier cela, mais des gens qui ont déjà eu à faire avec la Russie, qui traitent avec la Russie, soit en tant qu’activité économique, de business…

Pour la politique étrangère, Trump a une certaine naïveté parce qu’il prend à chaque fois des gens qui connaissent le pays, mais on peut connaître un pays en étant l’ami de toujours ou l’ennemi juré, ou être aussi un ami encombrant. Il nomme son gendre en Israël, en disant qu’il ira à Jérusalem, ce qui est une énorme gaffe alors que les ambassades sont toutes à Tel-Aviv…

À Tel-Aviv ! (rires)

tant que le statut de Jérusalem n’est pas réglé, donc c’est mettre les pieds dans le plat et…

Et les agiter !

et faire quelque chose qui le disqualifie immédiatement comme arbitre dans une quelconque opération au Moyen-Orient, etc., etc. Donc il a nommé des gens pour la Russie aussi qui connaissent, qui sont plutôt des obligés, mais ce n’est pas le cas pour son ministre de la défense par exemple, son secrétaire d’État donc, pour la défense…

Qui est un militaire…

Qui est un militaire, qui a une réputation… il est surnommé « MAD DOG »…

Oui le « chien fou » pour traduire.

Mais qui l’est beaucoup moins qu’il n’y paraît. Comme souvent, il y a beaucoup de gens comme cela qui ont une réputation de cinglé absolu, s’ils sont montés dans la hiérarchie ce sont des gens qui savent se servir de leur folie, et la limiter à ce qui ne peut pas les faire chuter. Et donc là, ce sera probablement le cas.

Il y a, dans l’entourage de Trump, des gens qui sont liés financièrement à la Russie, il est probable aussi que les Russes ont obligeamment sauvé des eaux un certain nombre d’entreprises de Trump, depuis longtemps, comme investissement pour le futur. Mais dans ce genre de choses, les retours d’ascenseurs ne peuvent être que discrets et ne peuvent pas être trop importants, c’est-à-dire que même là-dedans les investissements ne ramènent pas des taux d’intérêt qui montent jusqu’au ciel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s