TERRORISTES : Le niveau baisse !

CHRONIQUE DU MERCREDI 21 juin 2017

sur RCF: https://rcf.fr/embed/1589871

Chronique d’actualité avec Jacques Cohen

AV : On va s’intéresser, aujourd’hui, aux récents attentats « ratés » ou en tout cas qui n’ont pas produit leurs effets, heureusement ! Je pense, notamment aux Champs-Élysées, mais également à Bruxelles, tout récemment, Jacques et, du coup, on va s’interroger avec vous, aujourd’hui, sur ce que signifient, finalement, ces attentats « ratés ». Est-ce que cela veut dire qu’il y a une baisse de niveau des tentatives qui visent l’Europe et la France ?

En effet, c’est une question raisonnable en période de bac, que de dire « le niveau baisse ». C’est vrai ! Tout en soulignant quand même comme restriction que les attentats restent meurtriers ou peuvent l’être. Un attentat individuel peut causer plusieurs dizaines de morts et pas seulement la mort de son auteur dans la situation actuelle des attentats-suicides ratés. Mais, on a vu aussi que la tentative en Angleterre, avec pourtant trois personnes, a eu lieu avec une camionnette parce qu’ils n’avaient pas pu louer un camion, etc.

En fait, on a des attentats individuels suicides qui sont l’appel de Daesh à des actions spectaculaires, avec ascension directe au paradis, pour des gens qui sont isolés et qui n’ont strictement aucun moyen. C’est, de ce point de vue là, une bonne nouvelle parce que c’est beaucoup moins que ce que pourraient donner des attentats de la taille au-dessus, comme ce que l’on a eu au moment du Bataclan. C’est-à-dire, des attentats du type d’une cellule organisée de 15/20 personnes qui, si elles ne se débrouillent pas trop mal, peut faire une dizaine d’attentats, avant de se faire prendre. Ce n’est donc pas du tout dans cette échelle-là et c’est rassurant. 

L’échelle au-dessus, à laquelle on n’est pas confronté depuis les années 90, ce sont des attentats téléguidés par des États ou avec des infrastructures d’État. Qui, à ce moment-là, sont extrêmement difficiles à contrer et peuvent faire de façon dosée signal d’avertissement ou très mal. Parce que nos sociétés modernes ont des infrastructures qui sont, en fait, extrêmement fragiles. Il suffit de voir les délais qu’il y faut pour réparer une centrale d’aiguillage moderne d’une gare de triage par rapport à autrefois, où l’on pouvait toujours aller basculer des tiges avec une espèce de frein et un contrepoids. Ceci est complètement fini. Donc, dans des tas de domaines cela peut donner des attentats extrêmement efficaces parce qu’ils sont très fragiles. Y compris à l’étage en dessous, les attentats individuels, mais ciblés, comme le fait de cibler systématiquement des policiers peut devenir quelque chose de très nuisible. Mais là, on n’en est pas là. On en est à un terrorisme épars, émietté et en plus, dans un  terrorisme d’attentats suicides, si j’ose dire, cela consomme beaucoup de terroristes pour pas grand-chose.

Alors, même si l’on a l’impression que les choses sont graves, elles pourraient l’être encore plus.

Est-ce que cela montre, finalement, que Daesh ou l’État islamique est désormais dans un stade ou une phase de désorganisation ?

Tout à fait, cela veut dire qu’ils n’ont plus les moyens d’actions coordonnées à l’étranger, si tant est qu’ils les aient eus un jour. Ils n’avaient commencé que des choses embryonnaires.

Et puis surtout, ils sont confrontés à leurs ennemis principaux qui, paradoxalement, sont aussi les nôtres, c’est-à-dire aux frères musulmans et à tous ceux qui ont comme tactique, de ne surtout pas faire d’actions violentes individuelles terroristes, mais d’infiltrer les réseaux sociaux, les structures sociales, la société d’un quartier, de négocier, sur une base communautariste, bien évidemment, avec les « politicaillons » du coin et d’obtenir, peu à peu, que ces quartiers échappent à la loi de la République parce que l’on y crée des habitudes puis la loi de ces gens-là, du fondamentalisme islamique.

Pour eux, les terroristes sont très ennuyeux parce qu’ils déclenchent une épreuve de force relativement rapide, beaucoup trop précoce à leur goût. Et que ces terroristes, donc, ont toutes chances de se faire éjecter comme des noyaux de cerise. Il est en fait bien plus dangereux pour nous d’avoir une action pacifique, mais des implantations progressives de la part des frères musulmans et des choses assimilées, parce qu’à terme, cela consiste à obtenir une base sociale beaucoup plus large, d’obtenir des zones libérées et là, le combat pour en venir à bout, sera beaucoup plus dangereux et beaucoup plus difficile.

Il faut quand même rester sur nos gardes Jacques, parce que, finalement, ce qu’il s’est passé aux Champs-Élysées aurait très bien pu fonctionner !

Oui, on peut très bien avoir des attentats individuels qui fassent plusieurs dizaines de morts et non pas simplement leur auteur. Mais cela reste sans commune mesure avec ce qu’une infrastructure terroriste de cellules organisées et qui ne se font pas prendre à chaque attentat, pourrait créer comme souci s’ils étaient en fait dans une organisation très différente du niveau de celle qu’ils ont. Et pour cela, il leur faudrait aussi, avoir l’appui des zones libérées, c’est-à-dire avoir l’appui des quartiers que tiennent déjà les frères musulmans ou assimilés, qui eux n’ont aucune envie de voir ces gens-là tenir le haut du pavé. Donc ils ne les condamnent pas explicitement, mais ils sont absolument ravis de les voir se faire sauter avec des dégâts minimes à chaque fois, parce que leur action principale, c’est l’infiltration de conquêtes d’infrastructures.

Il nous reste une minute Jacques, j’ai envie d’évoquer avec vous, rapidement, le fait que cette personne fichée S, aux Champs-Élysées, qui est donc décédée, avait un permis de port d’armes et alors, on a lu et entendu beaucoup de choses et moi j’ai vu, notamment qu’il n’y avait pas de croisement des fichiers S avec les fichiers que peuvent consulter les armuriers.

Oui, mais ce ne sont pas les armuriers qui donnent les autorisations, mais la Préfecture. Donc, on est dans un aspect courtelinesque et bureaucratique. Tout ce que l’on peut dire pour cet individu, c’est qu’en plus, il ne savait pas s’en servir. Donc c’est très bien.

Mais, sur l’aspect de croisement des fichiers, c’est un petit peu anecdotique parce qu’il faut vraiment tomber sur des Rantanplan pour que des gens essayent d’avoir des armes légalement pour faire des actions nuisibles. Généralement, ce n’est pas avec des armes légales que cela se fait.

Merci Jacques et on se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau numéro de Chronique d’actualité ! Au revoir !

À bientôt !

Sur les zones libérées, dans mon blog:

https://jhmcohen.com/2015/01/29/insurrection-et-contre-insurrection-en-france/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s