Crise du FN : Marine Le Pen tente l’épuration

CHRONIQUE DU VENDREDI 22 SEPTEMBRE 2017

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1636209

 

Avec nous Jacques Cohen pour sa chronique. Jacques Cohen, bonjour !

Bonjour.

JPB : Merci d’être avec nous aujourd’hui, on va évoquer l’actualité, et on a vu, au Front National, que Florian Philippot était parti et bien sûr cela a fait toute l’actualité d’hier. On a vu Marine Le Pen et puis on a écouté Florian Philippot. Quelle est votre analyse ? Est-ce que vous vous attendiez à ce départ ?

Et bien, il aurait pu se produire depuis très longtemps. Mais le monopole de la protestation qu’a eu à un moment le FN l’a empêché. Du point de vue positionnement, Philippot avait 2 aspects, un positionnement organisationnel très particulier : c’est un mauvais politicien de terrain, qui n’a pas constitué de réseau, qui n’a pas d’élus, qui n’a pas de troupes… Et d’autre part, un positionnement idéologique qui est très nettement différent du reste du FN, il s’agit en quelque sorte d’un courant gaulliste autoritaire, centralisé, colbertiste, avec une petite touche sociale et une grosse louche de souverainisme et de grandeur du pays. Absolument à l’opposé du courant protestataire, majoritaire au FN, qu’il soit au point de vue ordre moral ou qu’il soit petit commerce, nostalgique de l’Algérie française etc.

bichelonne5

Représentant un courant colbertiste musclé à l’extrême-droite, un précurseur de F Phillipot, mais bien meilleur technocrate: J Bichelonne

Oui, mais quand même Jacques Cohen, on pouvait dire que Florian Philippot, à un moment donné était même proche de Chevènement de…

Absolument, c’est en quelque sorte le dernier des gaullistes de gauche.

Et alors, c’est vrai que l’on faisait une analyse politique qui n’est peut-être pas la bonne, mais on parlait du Front National du Nord, et du Front National du Sud, qui correspondent à deux types d’électorat.

Oui, l’électorat du Nord vient quasiment en ligne directe du PCF, alors qu’au sud on est beaucoup plus dans un milieu de rapatriés d’Afrique du Nord, de petits commerçants, de retraités du petit commerce également, qui donne une sociologie très nettement différente de celle du Nord. En plus, ceux du midi ne roulent pas sur l’or, mais ils sont dans une région qui est quand même nettement plus riche que les Hauts-de-France.

Alors, est-ce que le départ de Florian Philippot peut changer la donne au sein du front National ?

Par définition cela change toujours quelque chose. D’abord, le Front National accuse le coup sur le thème classique du parti qui se renforce en s’épurant. Ce qui n’est jamais très très bon signe quand on en est réduit à sortir ce genre d’argument. Et puis surtout, il devient un parti monothématique, sa seule problématique c’est la peur des migrants, l’identité, et des thèmes passéistes qui vont aller de Jeanne D’Arc à l’occident chrétien ou des choses comme ça… Par rapport à la modernisation de la société française, et donc à sa compétitivité internationale, on est aux antipodes ! En fait, le FN a prospéré largement, et s’est mis à rêver d’être au pouvoir parce qu’il y a eu une situation exceptionnelle où l’action de François Hollande a écrasé tout parti protestataire de gauche. Ceci s’est effondré dans la dernière année du mandat de François Hollande parce que, lui-même a quelque peu « pataugé ». Et donc, à ce moment-là, les choses ont repris leur pesanteur sociologique. À partir du moment où il y avait à nouveau un parti protestataire de gauche, donc d’extrême gauche, le Front National ne pouvait plus arithmétiquement et politiquement espérer être une force majoritaire, car leur raisonnement avait toujours été d’arriver au pouvoir seul.

Mais est-ce que derrière le départ de Florian Philippot, on ne peut pas s’interroger sur la dernière prestation de Marine Le Pen ? Car on en a beaucoup parlé ces derniers temps, quand on avait vu le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron on n’avait pas trouvé quand même, tout le monde d’ailleurs, sans parti pris politique, que Marine Le Pen était très bonne, cela pouvait être pour des raisons de santé, cela pouvait être pour des tas de raisons… En tout cas est-ce que ses troupes ne sont pas quand même un peu déçues et se disent: est-ce que Marine Le Pen peut tenir le choc dans une élection présidentielle ?

Il y a cet aspect de mise en cause de la chef dans un parti qui est très centré sur, justement, le rôle du chef. Elle répond que c’est parce qu’on lui faisait jouer une mauvaise partition et que donc on liquide le type qui l’avait écrite ! C’est peut-être efficace à court terme, mais à moyen terme la question se reposera.

Mais n’empêche que Florian Philippot avait joué un rôle essentiel dans les conseils qu’il donnait à Marine Le Pen.

Très probablement, elle a pendant un certain temps suivi cette ligne qui était une ligne rationnelle, d’un certain point de vue moderniste par rapport aux fondamentaux du Front National, mais qui butait sur cette question de l’euro et de la souveraineté. Moi j’ai toujours été surpris de les voir défendre le fait de devoir quitter l’euro comme thèse souverainiste traditionnelle, et non pas ce que l’on aurait pu attendre, surtout comptetenu du passé politique du FN, sortir quelque chose sur le condominium franco-allemand, soit un euro à plusieurs cercles ou même un euro à 2 pays, défendant la grandeur de l’alliance des 2 pays, un petit peu l’opération de de Gaulle lors de la rencontre avec Adenauer. Je suis assez surpris de voir que Marine Le Pen recule en disant « la sortie de l’euro maintenant ce n’est plus la peine d’en parler, ce n’est pas d’actualité », et fait un numéro protestataire indéfini un peu de la même façon que Mélenchon de l’autre côté. Quant à Philippot, je crois qu’il avait gardé une fixette sur la sortie de l’euro au lieu de proposer des modifications économiques basées sur la réalité de l’Europe et donc, il s’était réfugié, lui aussi, dans une grandeur passée du pays et dans une illusion d’isolationnisme qui est totalement hors de saison.

Que peut faire maintenant Florian Philippot ?

Pas grand-chose à mon avis parce que, je vous ai dit tout à l’heure, il…

Il n’a pas tellement de troupes !

non seulement il n’a pas de troupes, mais il ne sait pas mener des troupes, il ne sait pas les constituer !

Un rapprochement avec Nicolas Dupont-Aignon ?

Oui, on peut toujours rapprocher les aveugles et les paralytiques, mais cela donne rarement des champions de décathlon !

On verra, on va encore avoir des réactions sur le standard de RCF Jacques Cohen ! Donc voilà, on aura l’occasion d’y revenir, en tout cas c’est quand même une nouvelle dont on a beaucoup parlé hier et avant-hier…

Absolument, et c’est une étape dans la dégradation du monde politique français. Tout cela donne une situation miraculeuse pour le président Macron, mais qui, justement, n’en est pas tellement : « à vaincre son péril en triomphe sans gloire ». Mais il se retrouve avec d’autant plus de responsabilités que l’ensemble du paysage politique autour de lui se décompose !

Cela peut être un peu artificiel cette situation…

Cela ne donne pas la température du pays réel, et cela comporte des risques de survenue d’évènements en dehors des canaux traditionnels.

Merci, Jacques Cohen, d’avoir été avec nous, l’on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle chronique. Très bonne semaine et à bientôt !

À bientôt.

Une chronique de 2015:

https://jhmcohen.com/2015/04/16/sur-les-ondes-le-fn-part-en-courants/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s