Le retour du Monument à l’Armée Noire

CHRONIQUE du Lundi 5 novembre 2018

sur RCF:https://rcf.fr/embed/1936493

On va évoquer les commémorations puisque vous savez que le Président de la République était à Strasbourg hier soir, sera demain aux Éparges et à Verdun dans la Meuse, avant, à 18 h de regagner Reims et ensuite d’aller à Charleville-Mézières mercredi, où il présidera un conseil des ministres à la Préfecture des Ardennes. On va y revenir tout au cours de cette émission. JC est avec nous. JC, bonsoir.

Bonsoir.

Alors, c’est vrai que demain le Président de la République arrive au parc de Champagne. Il sera accompagné d’Ibrahim Boubacar Keïta, IBK, on le surnomme ainsi, le Président de la République du Mali. Il y aura des allocutions, des dépôts de gerbes, alors, à quelle occasion ? Eh bien c’est devant un monument qui est ce que l’on appelle le monument à l’Armée Noire. Est-ce que vous pouvez nous expliquer JC ? Ce monument, il existait à Reims en quelle année ? En quelle année il a commencé à exister ?

Et bien, le monument a été inauguré en 1923, à peu près en même temps qu’un deuxième exemplaire à Bamako, et il a disparu en septembre 1940, enlevé par les nazis.

Disparu, c’est-à-dire que du jour au lendemain, les allemands ont pris ce monument.

Exactement, ils sont venus démonter le monument, ils ont dispersé le socle, le gabion, et ils ont emporté le groupe de bronze pour l’installer à Berlin, dans un musée en quelque sorte des horreurs qu’avait subi l’Allemagne. Puis, ils l’ont perdu. On a des photos du monument pendant son enlèvement et sur une plateforme en gare de Reims prises par Marcel Cocset, un résistant précoce – et ensuite, ce monument qui aurait dû partir à Berlin pour aller dans un entrepôt envoyé par Himmler lui-même, à Speer a été perdu. Ensuite, on a mis 1 an à s’apercevoir qu’on ne savait pas très bien ce qu’il était devenu et qu’il avait sans doute été fondu par erreur. Cela montre que l’armée allemande, malgré une réputation un peu surfaite d’omnipotence et d’efficacité, pouvait très bien perdre un monument de 7 mètres de haut.

Alors, c’est quand même assez extraordinaire, ça c’est une question de néophyte, qu’il y a quand même une guerre, il y a un conflit, que les allemands, je ne dis pas « perdent leur temps », mais pensent à prendre un monument comme cela qui pèse, je ne sais pas moi, des tonnes et des tonnes et des tonnes, pour le réexpédier en Allemagne, je veux dire, il y a peut-être autre chose à faire.

Mais c’était quelque chose d’important pour eux parce que cela correspond à une propagande nazie contre les noirs, contre les troupes coloniales françaises. Ils enlèveront d’ailleurs en même temps le monument au Général Mangin qui les commandait. C’est ce qu’ils appelaient la honte noire que la Ruhr et la Rhénanie aient été occupées par les troupes coloniales dans les années 20, quand la République de Weimar a cessé de payer les dommages de guerre.

Mais alors, JC, ce monument, qu’est-il devenu ? Qu’en sait-on en réalité ? Donc c’était l’original, on a bien compris, nos auditeurs, 1923. Il disparaît pendant la guerre de 40, alors est-ce qu’il a été fondu ?

Il a très probablement été fondu, on a même la ville, mais on ne sait pas exactement quelles sont les péripéties entre le moment où il a été perdu, où il a probablement été mal étiqueté, et où il a fini dans une fonderie. Mais ce monument existe toujours. Il existe toujours à Bamako parce qu’il y avait un monument en deux exemplaires. C’est un groupe de bronze de très grande qualité fait par le sculpteur Moreau-Vauthier et il existe à Bamako intact. Je l’ai vu quand nous avons…

armée noire Bamako

Le monument de Bamako, oeuvre de Moreau-Vauthier

Vous y êtes allé vous-même ?

Absolument, nous avons envisagé de reconstituer ce monument à Reims et la première chose à faire était d’aller voir comment était son jumeau à Bamako, pour préparer une reproduction par réplique en micro moulage. Puis, on a eu quelques difficultés parce que l’ insécurité s’est installée au Mali et donc il a fallu chercher une solution un peu différente d’une copie et non pas d’une réplique.

Mais alors, c’est assez incroyable parce que tout le monde ne le sait pas, vous avez souhaité, la ville de Reims a souhaité à un moment donné refaire ce monument.

Alors, après la Seconde Guerre mondiale, il y a un petit monument qui a été mis tout de suite – une plaque en quelque sorte – comme souvenir de l’ancien. En 63, il y a eu un monument (qui y est toujours) à l’emplacement du monument initial, sauf qu’en 63, on est en pleine décolonisation et la célébration des troupes coloniales est diversement appréciée. Donc le monument est d’art abstrait avec deux colonnes qui symbolisent la France et les colonies. Il faut d’ailleurs signaler qu’il a été construit cette fois-ci avec des vrais dommages de guerre, c’est-à-dire ceux payés par la République fédérale d’Allemagne. Depuis, les choses ont un peu changé parce que les associations et les populations d’Afrique de l’Ouest voulaient s’approprier la mémoire de leurs ancêtres, et du point de vue qui était le nôtre comme municipalité précédente, ce monument avait aussi un sens. Ce monument est la dernière et la plus grande tentative intégrationniste. Il est construit à l’initiative de Blaise Diagne et du Général Archinard, c’est à dire des gens qui pensent qu’il faut une France de 100 millions de français dans l’empire français qui deviendraient tous des citoyens et qui seraient la seule façon de faire contrepoids aux 80 millions d’allemands. Par exemple, Blaise Diagne est déjà le député français des 4 communes autour de Dakar qui sont intégrées à la République, dont les soldats ne sont d’ailleurs pas mobilisés dans les troupes coloniales, mais dans les troupes régulières françaises. L’ambition de ces gens qui sont les promoteurs de ce monument, c’est l’extension peu à peu à tout l’empire équatorial français de cette conception d’intégration. Or, ce sont les colonialistes – qui veulent surtout exploiter les matières premières et garder des citoyens de seconde zone comme main d’œuvre – qui vont gagner et il n’y aura jamais d’empire français de 100 millions de citoyens.

Donc, le monument est refait, reconstruit, il y a eu pas mal de péripéties… On, va passer ces péripéties JC, et le monument, il est finalement réalisé.

Il est réalisé depuis 2013, il est en place depuis 2013 et donc il a d’ailleurs été déjà l’objet de différentes cérémonies.

armée noire Gavoty

Dans l’atelier de l’artiste….

Il a coûté quand même pas mal d’argent hein…

Non, il a coûté 425 000 €.

Bon, ça va, c’est raisonnable et ce monument, il a été implanté donc où dans un premier temps ?

Alors, il a été implanté dans le parc de Champagne à l’époque parc Pommery, parce qu’il fallait rappeler la première implantation qui est à 200 mètres de là, qui elle-même avait été choisie parce que c’était le lieu où avait combattu les troupes coloniales. Le parc de Champagne, c’était des tranchées, des blockhaus. La ligne de front est tout près. Donc il fallait un monument dans cet ensemble et il n’était pas question d’aller promener le nouveau n’importe où dans Reims. Il fallait qu’il soit dans ce concept de l’endroit où ils avaient combattu sur la ligne de front essayant d’empêcher l’encerclement de Reims en juin et juillet 1918.

gavoty armée noire 2

L’artiste JF Gavoty auteur de la copie contemporaine du monument

Alors, quand on dit que Emmanuel Macron va inaugurer le monument, ce n’est pas tout à fait vrai parce qu’il a déjà été inauguré…

Nous dirons que c’est le premier Président de la République qui vient saluer le monument.

Donc demain, c’est cet évènement-là qui va être commémoré. Il ressemble beaucoup à celui de Bamako, toujours… C’est-à-dire qu’ils sont très semblables…

Et bien ils sont très proches puisque c’est une copie pour ce qui est du groupe, le socle n’est pas du tout le même. Le socle initial est un gabion, une espèce de fortin avec des planches figurées, des câbles, etc. alors que là, il s’agit d’une arche un petit peu, genre arche de la défense. Cela montre l’élément de modernité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s