A. Benalla : les hommes de l’ombre éclairent leur Président

Aucun Président de la Vème République n’a pu résister à la logique de constituer un pendant « action » au gouvernement parallèle que représente son cabinet. Mais la structure mise en place, et les hommes employés, ont différés considérablement d’un Président à l’autre.  L’affaire Benalla révèle un Président Macron pris en tenaille entre une image de naïf et une image de cynique, sans pouvoir échapper par sa tactique de défense à l’une ou l’autre, ou pire au deux. Lire la suite

Le fort de Brégançon, une maison hantée

Chronique du vendredi 22 juin 2018

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1855333

« Le fort de Brégançon, une maison hantée », c’est le titre de votre chronique aujourd’hui. Hantée, par ses locataires Jacques ?

Non, hantée surtout par le fantôme du Général de Gaulle parce que c’est le premier à avoir voulu utiliser ce lieu comme villégiature de vacances, et en fait pour fort peu de temps, il n’y est passé, je crois, qu’une ou deux  fois pour une nuit ou deux. Et pourtant, c’est cette image qui s’impose. Le fort est le symbole des vacances du président de la 5ème république, à l’image du Général de Gaulle.

Lire la suite

Emmanuel Macron sur les traces TV de Guy Mollet

Chronique du 22 décembre 2017

CHRONIQUE DU VENDREDI 22 DECEMBRE 2017

Emmanuel Macron sur les traces TV de Guy Mollet.

sur RCF @lien en attente

Bonjour Jacques COHEN !

Bonjour.

Aujourd’hui, nous allons évoquer l’actualité nationale parce que vous avez suivi attentivement, même si vous étiez en Russie, l’interview d’Emmanuel Macron par Laurent Delahousse dimanche soir.

Nous avons des réactions très contrastées à cette interview inhabituelle, certains trouvant que c’est une façon de désacraliser les lieux de l’Élysée, et que c’est très vilain, d’autres trouvant au contraire qu’il est très bien de désacraliser ces lieux parce que cela sacralise l’occupant. Mais d’autres aussi estiment qu’il s’agit d’une manifestation complètement nouvelle comme forme, une innovation radicale, témoignant du génie inventif en matière de communication de l’entourage du Président ou du Président lui-même.

Et pourtant, en cherchant bien, nous trouvons des choses montrant que les Français ont la mémoire courte, comme Emmanuel Berl l’avait fait dire à quelqu’un, parce que cette technique a été inventée dans une tradition parfaitement socialiste par Guy Mollet en 1956, quand il était Président.

Guy Mollet, la SFIO…

Président du Conseil puisqu’à l’époque c’est aussi bien voire mieux que d’être Président de la République.

matignon sabbagh

L’interviewer P Sabbagh avec un huissier de l’hôtel Matignon

Lire la suite

Le veau d’or d’Emmanuel Macron

Chronique du 20 Octobre 2017

sur RCF: https://rcf.fr/embed/1659523

Jacques Cohen, qui est avec nous pour « questions d’actualité ».

JPB: Alors l’actualité c’est l’ISF, on en parle beaucoup en ce moment, d’ailleurs vous aviez pris l’expression « Le veau d’or ». De quoi s’agit-il exactement ? Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Eh bien, les symboles comptent énormément en politique et dans l’opinion publique. Par exemple, la prise de la Bastille, on la célèbre encore alors que la forteresse elle-même n’avait plus aucun intérêt, ni militaire, ni comme prison, etc. Il est à craindre que la disparition de l’ISF représente le maintien du veau d’or comme dans le Faust de Gounod où le veau d’or est toujours debout. Le président Macron, qui ne s’estime certainement pas comme le Président des riches, risque néanmoins d’en donner l’image par cette mesure qui part, comme souvent, d’une idée logique qui est de s’orienter, un jour ou l’autre vers une taxe plate, une « Flat Tax », c’est-à-dire une taxe en pourcentage pour les impôts, ce que Michel Rocard avait commencé avec la CSG. Il faudra que l’on rediscute, un jour, du problème perpétuel en France de vouloir que les impôts soient deux choses à la fois, soient un prélèvement juste et soient redistributifs. C’est une impasse et il serait beaucoup plus logique d’avoir des impôts qui soient justes et d’avoir un système redistributif qui soit distinct. Lire la suite

Les élections législatives allemandes

Sur les ondes Chronique  du 29 Septembre 2017

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1640082

Jacques Cohen, bonsoir !

Bonsoir !

JPB Nous souhaitons évoquer avec vous les élections législatives allemandes qui ont vu la victoire, on peut le dire quand même, d’Angela Merkel.

La victoire d’Angela Merkel, certes annoncée, n’est pas tout à fait la victoire telle qu’elle était annoncée, ce qui donne une configuration extrêmement différente. Elle a recueilli 32 % des voix quand on attendait 36-37 %. Vu de France ce n’est pas grand-chose comme différence, surtout si le second est à 21 %. Là-bas c’est une situation extrêmement différente parce que le système ne peut fonctionner qu’en coalition. Lire la suite

Le PS rémois dans un état crépusculaire et groupusculaire

JHM Cohen 24 07 2017

Rien n‘est plus parlant que la façon dont les candidats qui viennent de se faire étriller aux législatives avaient été désignés : bien avant l’élection présidentielle et avant même les primaires du PS ( à l’époque la belle alliance populaire ), les candidatures ont été réparties selon les courants et cliques. Selon une logique féodale et de partage des rentes de situation. En dehors de tout choix sur une ligne politique. Les désignations ainsi téléguidées ont attiré les foules dans les urnes du PS comme ensuite dans celles de la République : les candidats souvent uniques ont été désignés par 63 votants et moins de 10 personnes pour certaines circonscriptions..

On a eu ainsi dans la Marne un candidat souverainiste, protectionniste soutien de Montebourg opposant résolu au Président Macron dans la première circonscription et un candidat se déclarant compatible avec la majorité présidentielle dans la quatrième. Lire la suite

Législatives Marne 1. Soutien à Gérard Chemla

Dans la première circonscription de la Marne, il n’y a pas de candidat officiel La République En Marche. Mais il faut voter !!

La candidate LR Valérie Beauvais, soutenue par un maire-suppléant Arnaud Robinet, devenu président du comité de soutien de Catherine Vautrin pour Marne 2,  n’a jamais exprimé de divergences avec la ligne François Baroin de LR qui veut une majorité parlementaire sur une ligne différente de celle du Président Macron.

Le candidat désigné par le PS il y a plus de six mois, bien avant l’élection présidentielle, Alexandre Tunc, défend une ligne souverainiste et protectionniste comme partisan d’Arnaud Montebourg, que je ne peux soutenir. Il pose en outre le problème de la confusion des genres que représente la candidature législative pour le PS de quelqu’un qui est aussi président de la communauté des Alevis. C’est une communauté culturelle et religieuse tout à fait respectable. Mais il me semble impossible d’être à la fois le dirigeant d’une communauté et le candidat d’un parti national.

Alors que le PS s’enfonce dans une ligne groupusculaire et communautariste. Que LR veut contraindre le président Macron à une cohabitation d’emblée, il y a un candidat dans Marne 1 en faveur de l’action de « La République En Marche ».

chemla 1

Photo parue dans L’Union

Gérard Chemla est candidat. Il soutient la ligne d’En Marche pour une majorité présidentielle. Il a un long parcours professionnel qui témoigne de ses qualités humaines et de ses engagements personnels sans équivoque. Il peut et doit rassembler tous les progressistes le 11 et le 18 Juin.