Le veau d’or d’Emmanuel Macron

Chronique du 20 Octobre 2017

sur RCF: https://rcf.fr/embed/1659523

Jacques Cohen, qui est avec nous pour « questions d’actualité ».

JPB: Alors l’actualité c’est l’ISF, on en parle beaucoup en ce moment, d’ailleurs vous aviez pris l’expression « Le veau d’or ». De quoi s’agit-il exactement ? Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Eh bien, les symboles comptent énormément en politique et dans l’opinion publique. Par exemple, la prise de la Bastille, on la célèbre encore alors que la forteresse elle-même n’avait plus aucun intérêt, ni militaire, ni comme prison, etc. Il est à craindre que la disparition de l’ISF représente le maintien du veau d’or comme dans le Faust de Gounod où le veau d’or est toujours debout. Le président Macron, qui ne s’estime certainement pas comme le Président des riches, risque néanmoins d’en donner l’image par cette mesure qui part, comme souvent, d’une idée logique qui est de s’orienter, un jour ou l’autre vers une taxe plate, une « Flat Tax », c’est-à-dire une taxe en pourcentage pour les impôts, ce que Michel Rocard avait commencé avec la CSG. Il faudra que l’on rediscute, un jour, du problème perpétuel en France de vouloir que les impôts soient deux choses à la fois, soient un prélèvement juste et soient redistributifs. C’est une impasse et il serait beaucoup plus logique d’avoir des impôts qui soient justes et d’avoir un système redistributif qui soit distinct. Lire la suite

Les élections législatives allemandes

Sur les ondes Chronique  du 29 Septembre 2017

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1640082

Jacques Cohen, bonsoir !

Bonsoir !

JPB Nous souhaitons évoquer avec vous les élections législatives allemandes qui ont vu la victoire, on peut le dire quand même, d’Angela Merkel.

La victoire d’Angela Merkel, certes annoncée, n’est pas tout à fait la victoire telle qu’elle était annoncée, ce qui donne une configuration extrêmement différente. Elle a recueilli 32 % des voix quand on attendait 36-37 %. Vu de France ce n’est pas grand-chose comme différence, surtout si le second est à 21 %. Là-bas c’est une situation extrêmement différente parce que le système ne peut fonctionner qu’en coalition. Lire la suite

Le PS rémois dans un état crépusculaire et groupusculaire

JHM Cohen 24 07 2017

Rien n‘est plus parlant que la façon dont les candidats qui viennent de se faire étriller aux législatives avaient été désignés : bien avant l’élection présidentielle et avant même les primaires du PS ( à l’époque la belle alliance populaire ), les candidatures ont été réparties selon les courants et cliques. Selon une logique féodale et de partage des rentes de situation. En dehors de tout choix sur une ligne politique. Les désignations ainsi téléguidées ont attiré les foules dans les urnes du PS comme ensuite dans celles de la République : les candidats souvent uniques ont été désignés par 63 votants et moins de 10 personnes pour certaines circonscriptions..

On a eu ainsi dans la Marne un candidat souverainiste, protectionniste soutien de Montebourg opposant résolu au Président Macron dans la première circonscription et un candidat se déclarant compatible avec la majorité présidentielle dans la quatrième. Lire la suite

Législatives Marne 1. Soutien à Gérard Chemla

Dans la première circonscription de la Marne, il n’y a pas de candidat officiel La République En Marche. Mais il faut voter !!

La candidate LR Valérie Beauvais, soutenue par un maire-suppléant Arnaud Robinet, devenu président du comité de soutien de Catherine Vautrin pour Marne 2,  n’a jamais exprimé de divergences avec la ligne François Baroin de LR qui veut une majorité parlementaire sur une ligne différente de celle du Président Macron.

Le candidat désigné par le PS il y a plus de six mois, bien avant l’élection présidentielle, Alexandre Tunc, défend une ligne souverainiste et protectionniste comme partisan d’Arnaud Montebourg, que je ne peux soutenir. Il pose en outre le problème de la confusion des genres que représente la candidature législative pour le PS de quelqu’un qui est aussi président de la communauté des Alevis. C’est une communauté culturelle et religieuse tout à fait respectable. Mais il me semble impossible d’être à la fois le dirigeant d’une communauté et le candidat d’un parti national.

Alors que le PS s’enfonce dans une ligne groupusculaire et communautariste. Que LR veut contraindre le président Macron à une cohabitation d’emblée, il y a un candidat dans Marne 1 en faveur de l’action de « La République En Marche ».

chemla 1

Photo parue dans L’Union

Gérard Chemla est candidat. Il soutient la ligne d’En Marche pour une majorité présidentielle. Il a un long parcours professionnel qui témoigne de ses qualités humaines et de ses engagements personnels sans équivoque. Il peut et doit rassembler tous les progressistes le 11 et le 18 Juin.

IVe ou VIe République, les législatives trancheront

CHRONIQUE du mercredi 10 Mai 2017

sur RCF: https://rcf.fr/embed/1559707

 

Bonjour à tous ! Chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques !

Bonjour.

AV/ On connait le nom du président de la République pour le prochain quinquennat, ce sera Emmanuel Macron, il sera investi ce dimanche, mais la question désormais ce sont les élections législatives qui vont arriver. « La République En Marche », c’est désormais le nouveau nom du parti, oui, mais avec qui Jacques ? Au niveau de la composition, de la recomposition un petit peu de l’échiquier politique, on est en pleine discussion et peut-être même, pleine tergiversation en ce moment !

Le but d’Emmanuel Macron, c’est de constituer un nouveau mouvement politique qui écrase les partis traditionnels, et qui comporte en son sein des ailes de différentes sensibilités.

Alors, sur l’évolution des partis politiques, les choses sont différentes à gauche et à droite. D’abord, on entend régulièrement parler de « casser » tel ou tel parti, je ne crois pas que l’on casse un parti de l’extérieur. De l’extérieur, il peut se rabougrir, se lyophiliser, etc., mais on ne le casse pas de l’extérieur. Les partis meurent de l’intérieur. Et là, de ce point de vue, si à gauche le PS parait bien malade, à droite c’est un peu plus compliqué. Parce que la situation n’est pas brillante, mais elle n’est peut-être pas aussi désespérée qu’à gauche. Lire la suite

Élection présidentielle : Le jour d’après

CHRONIQUE du mercredi 22 mars 2017

Sur RCF:https://rcf.fr/embed/1523106

Bonjour à tous, bienvenue à « chronique d’actualité » comme toutes les semaines avec Jacques Cohen, bonjour Jacques !

Bonjour.

AV: Merci d’être avec nous. Aujourd’hui, on va évoquer l’actualité politique, enfin pas vraiment l’actualité, on ne va pas revenir sur le débat entre 5 candidats à l’élection présidentielle, mais on va s’intéresser au coup d’après. Les bons joueurs d’échecs savent anticiper et c’est vrai qu’il y a certes l’élection présidentielle, mais quelques semaines après, l’élection législative, et on sait que dans notre Vème République, c’est important et c’est même primordial d’avoir la majorité pour gouverner.

C’est d’autant plus important que la réduction du mandat présidentiel à 5 ans a supprimé le jeu que représentaient la dissolution et les modifications de majorité. Maintenant, en quelque sorte, un Président et une Assemblée sont condamnés à vivre ensemble et souvent à cohabiter en termes politiques.

Donc, c’est tout à fait important de considérer le coup d’après ou le jour d’après, car après les élections, il n’y a pas de pilule du lendemain en politique, il faut faire avec ce qui vient d’être décidé. Lire la suite

Propositions santé des candidats à la présidentielle: E Macron rase t il plus gratis ?

CHRONIQUE DU 11 JANVIER 2017

sur RCF:https://rcf.fr/embed/1469885

 

AV : On va s’intéresser aux annonces en matière sociale, en matière de santé des différents candidats à l’élection présidentielle et on va commencer par celui qui est en marche : Emmanuel Macron, qui a précisé cela il y a quelques jours, notamment vendredi à Nevers On y voit plusieurs choses. On peut lire « aucun déremboursements, prévention, vente à l’unité des médicaments, etc. »

Si on regarde les propositions des uns et des autres, effectivement on a l’impression que la manne tombe du ciel ! Il n’y a guère que Fillon qui réserve la manne pour les compagnies d’assurance, tous les autres la distribuent généreusement à tous les Français.

Ensuite, il y a quelque chose qui surprend quand on voit les propositions de Macron, c’est qu’elles sont très coûteuses, en apparence. Et jusqu’à présent, il n’avait pas donné l’impression qu’il était celui qui rasait le plus gratis.En fait, ces mesures ont un arrière-plan qui sera plutôt le feu du rasoir que de raser gratis ! Lire la suite