E Macron entre nuque raide et dos rond 

CHRONIQUE du lundi 3 décembre 2018

sur RCF:@lien en attente

JC, bonsoir.

Bonsoir !

Merci d’être avec nous. Alors l’actualité, c’est bien sûr les suites de ce qui s’est passé ce week-end à Paris et dans toute la France avec les gilets jaunes. Sur le plan politique, quelle est votre analyse aujourd’hui ? Quelle est la marge de manœuvre du gouvernement et du Président Macron ? Le Premier ministre reçoit les responsables politiques, les a reçus tout au cours de cet après-midi.

Ce qui compte, c’est le Président. Et le Président s’est inconsidérément et dangereusement exposé. Il est donc maintenant en train de se replier, si j’ose dire, derrière le Premier ministre mais avec quelques difficultés. Il s’est exposé en faisant moult déclarations, y compris depuis l’Argentine, ce qui a exaspéré les Gilets Jaunes. Et il a fait un raisonnement initial qui paraissait logique, mais qui méconnaissait l’élément émotionnel. En effet, le Président Macron souffre d’une anosmie émotionnelle. Il est un très bon débatteur, logique, avec sang-froid, mais il ne perçoit pas la valeur émotionnelle d’un mot ou d’une situation chez son interlocuteur. Ce qui lui permet d’être un rationnel, j’allais dire, intégral. L’ennui, c’est que la société, les gens et la politique ne sont pas des choses intégralement rationnelles. Et l’émotion, l’exaspération de la population devant l’avalanche de taxes en tout genre, conduit à un raz de marée, duquel il aura du mal à se dégager.

Lire la suite

Écologie apocalyptique ou écologie scientifique ?

Écologie apocalyptique ou écologie scientifique ?

CHRONIQUE du vendredi 23 novembre 2018

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/1952198

Aujourd’hui, vous allez nous parler d’écologie, JC, des objectifs de l’écologie dans un premier temps. Quels sont-ils ?

Et bien, il faut distinguer les objectifs de l’écologie scientifique et ceux de l’écologie rituelle de l’Église Écologiste des Derniers Jours. Cette dernière est une secte apocalyptique qui consiste à promouvoir la foi et non pas des solutions scientifiques aux problèmes de l’humanité. Les deux principales causes de souci d’écologie pour notre planète, sont le réchauffement climatique et la contribution du CO² liée aux activités humaines. Donc ça, c’est le principal problème de très loin. Le second, c’est la destruction d’espaces naturels par nécessité de nourrir une population du globe qui se situe à 7 milliards, qui était en dessous de 4 quand je suis né et qui, bientôt, sera à 10, mais devrait à ce moment-là commencer à plafonner. Pour ce second objectif, il faut absolument améliorer nos rendements et pouvoir nourrir l’humanité avec le minimum de terres cultivées et non pas au contraire, prétendre qu’il faut tout faire à l’ancienne pour avoir 3 carottes près de chez soi.

JC, lorsqu’il y a des problèmes, certains philosophes diront « il y a des solutions ». Si on parle par exemple du réchauffement climatique, quelles sont les solutions envisageables, JC ?

Nous ne pouvons déjà que faire notre possible. Nous ne sommes pas absolument certains que le réchauffement serait exclusivement lié aux activités humaines. Mais il est certain que si l’on réduit la contribution humaine aux gaz à effet de serre, c’est-à-dire le CO² et le méthane, nous aurons fait de gros progrès. Là, il faut bien regarder que les mesures prises concernant les carburants sont aux antipodes de ce qui est souhaitable. Quelle est, à l’échelle mondiale, la principale source du CO² ? Pour 45 %, presque 50 %, c’est le charbon qui continue, à l’échelle de la planète, à être très largement utilisé. Mais dans des centrales qui sont complètement archaïques. Il est parfaitement possible de remplacer quelques milliers de centrales dans les pays émergents, par des centrales plus modernes qui économiseront immédiatement 50 % de CO² et si on continue les recherches, on pourra arriver à 80-90 % de diminution de la pollution par centrale, pour la même énergie électrique produite – ce qui sera à ce moment-là une contribution très significative à la réduction des gaz à effets de serre. Bien supérieure à l’ensemble de la production des véhicules individuels.

Lire la suite

Le retour du Monument à l’Armée Noire

CHRONIQUE du Lundi 5 novembre 2018

sur RCF:https://rcf.fr/embed/1936493

On va évoquer les commémorations puisque vous savez que le Président de la République était à Strasbourg hier soir, sera demain aux Éparges et à Verdun dans la Meuse, avant, à 18 h de regagner Reims et ensuite d’aller à Charleville-Mézières mercredi, où il présidera un conseil des ministres à la Préfecture des Ardennes. On va y revenir tout au cours de cette émission. JC est avec nous. JC, bonsoir.

Bonsoir.

Alors, c’est vrai que demain le Président de la République arrive au parc de Champagne. Il sera accompagné d’Ibrahim Boubacar Keïta, IBK, on le surnomme ainsi, le Président de la République du Mali. Il y aura des allocutions, des dépôts de gerbes, alors, à quelle occasion ? Eh bien c’est devant un monument qui est ce que l’on appelle le monument à l’Armée Noire. Est-ce que vous pouvez nous expliquer JC ? Ce monument, il existait à Reims en quelle année ? En quelle année il a commencé à exister ?

Et bien, le monument a été inauguré en 1923, à peu près en même temps qu’un deuxième exemplaire à Bamako, et il a disparu en septembre 1940, enlevé par les nazis.

Disparu, c’est-à-dire que du jour au lendemain, les allemands ont pris ce monument.

Exactement, ils sont venus démonter le monument, ils ont dispersé le socle, le gabion, et ils ont emporté le groupe de bronze pour l’installer à Berlin, dans un musée en quelque sorte des horreurs qu’avait subi l’Allemagne. Puis, ils l’ont perdu. On a des photos du monument pendant son enlèvement et sur une plateforme en gare de Reims prises par Marcel Cocset, un résistant précoce – et ensuite, ce monument qui aurait dû partir à Berlin pour aller dans un entrepôt envoyé par Himmler lui-même, à Speer a été perdu. Ensuite, on a mis 1 an à s’apercevoir qu’on ne savait pas très bien ce qu’il était devenu et qu’il avait sans doute été fondu par erreur. Cela montre que l’armée allemande, malgré une réputation un peu surfaite d’omnipotence et d’efficacité, pouvait très bien perdre un monument de 7 mètres de haut.

Lire la suite

Commémoration du centenaire de 1918 : la campagne de France du président Macron

CHRONIQUE du vendredi 9 novembre 2018

sur RCF: @lien en attente

Comme tous les vendredis, il est fidèle au poste. Parfois il est sur la route, parfois il est en direct avec nous en studio et ce soir, il est avec nous en studio. Bonsoir JC !

Bonsoir.

Avec vous, on va revenir sur l’itinérance mémorielle du Président de la République, Emmanuel Macron. Un parcours qui a commencé dimanche dernier à Strasbourg et qui s’achève aujourd’hui, en tout cas pour ce qui est du pèlerinage j’ai envie de dire en dehors de Paris, du côté de Lens. Ce parcours, que vous inspire-t-il, JC ?

macron reims armée noire 6

Eh bien, c’est un immense parcours, un pèlerinage en quelque sorte didactique, avec un très grand nombre de stations pour pouvoir couvrir tous les aspects de la commémoration de 1918, de l’Armistice de la fin de la Première Guerre mondiale. Mais avec des dissonances parce que c’est un itinéraire très intellectuel au départ, d’historiens en quelque sorte qui devait donner des éléments pour rythmer un récit dans des relais audiovisuels et de presse, à l’écart de la population. Puis, il a été jugé nécessaire par le Président d’aller quand même au contact de la population et d’avoir un EPADH par-ci, une usine par-là, etc., parmi les épisodes. De plus, il fait cela en rencontrant j’allais dire « les vrais gens ». On ne peut pas lui ôter qu’il accepte de rencontrer je dirais « n’importe qui ».macron reims armée noire 2

Lire la suite

De F  Mitterrand à E Macron et retour

JHM Cohen 14 9 2018
De nombreux français ont voté pour E Macron afin que des réformes de structure soient enfin entreprises à marche rapide. Si certains croyaient à la fable de réformes avec l’assentiment général, sans peine pour quiconque et sans contrainte, nombreux étaient ceux qui pensaient qu’elles seraient plus rugueuses mais seraient néanmoins mises en oeuvre. Notamment la plus importante et la plus urgente, la réduction de la dépense publique. Malheureusement, malgré des annonces spectaculaires, la politique suivie n’a pas eu d’effets structuraux significatifs. Tandis que le déséquilibre des gagnants et perdants a fait perdre à EM dans l’opinion l’aile gauche indispensable à tout bonapartisme s’il veut durer.

Lire la suite

A. Benalla : les hommes de l’ombre éclairent leur Président

Aucun Président de la Vème République n’a pu résister à la logique de constituer un pendant « action » au gouvernement parallèle que représente son cabinet. Mais la structure mise en place, et les hommes employés, ont différés considérablement d’un Président à l’autre.  L’affaire Benalla révèle un Président Macron pris en tenaille entre une image de naïf et une image de cynique, sans pouvoir échapper par sa tactique de défense à l’une ou l’autre, ou pire au deux. Lire la suite

Le fort de Brégançon, une maison hantée

Chronique du vendredi 22 juin 2018

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1855333

« Le fort de Brégançon, une maison hantée », c’est le titre de votre chronique aujourd’hui. Hantée, par ses locataires Jacques ?

Non, hantée surtout par le fantôme du Général de Gaulle parce que c’est le premier à avoir voulu utiliser ce lieu comme villégiature de vacances, et en fait pour fort peu de temps, il n’y est passé, je crois, qu’une ou deux  fois pour une nuit ou deux. Et pourtant, c’est cette image qui s’impose. Le fort est le symbole des vacances du président de la 5ème république, à l’image du Général de Gaulle.

Lire la suite