Tous fichés, tous ficheurs, tous espions !

Chronique du 09 décembre 2022

Sur les ondes de RCF: LIEN

La chronique d’actualité cette semaine avec comme d’habitude le professeur Jacques Cohen. De quoi voulez-vous nous parler aujourd’hui, Jacques ?

Et bien, il y a très longtemps, en 2015, je vous ai raconté que nous étions peu à peu tous fichés, cela parait relativement logique, mais devenu tous ficheurs, puisqu’on avait déjà pris l’habitude de Googleliser ses contacts à tout hasard pour voir un peu quel était leur environnement. Et bien maintenant, nous allons bientôt passer de « tous fichés, tous ficheurs » à « tous espions », parce que l’on voit que les logiciels sophistiqués permettant à des États de surveiller ce qu’il y a dans les portables, d’écouter vos communications à distance sans que vous le sachiez, et bien ces logiciels se démocratisent.

 

On a eu déjà une affaire en Grèce avec un sous-clone des logiciels de NSO, la firme israélienne qui en avait fait un peu beaucoup en la matière mais qui ne vendait qu’à des États. Mais on est déjà descendu avec cette affaire grecque à la taille en dessous. Et maintenant on voit fleurir des tas de choses qui permettent d’abord à des états, que l’on dira pudiquement de moindres envergures comme Djibouti ou Madagascar, d’espionner leurs ressortissants. Mais ce que Djibouti peut se payer je pense que la plupart des firmes peuvent se le payer pour savoir ce qui arrive à leurs employés, quel est leur environnement, etc. Et que donc, peu à peu on pourra tous le faire, la tentation sera grande et je pense que beaucoup de gens, hélas, y céderont, de savoir quel est l’état bancaire, quel est l’état des impôts, de certains de ses concitoyens . À partir de là aussi, d’étudier les opinions politiques et les petites fiches en bristol dans des boites à chaussures des partis politiques pour préparer les tournées des cages d’escaliers va changer complètement d’échelle à partir du moment où on ne se contente plus d’avoir ce que l’on peut trouver sur Google, mais on pourra avoir les types d’achats au supermarché, les journaux bien sûr auquel ils sont abonnés, mais c’est de plus en plus rare puisque tout se passe sur le net, mais justement les articles de quelle revue sont consultés et ainsi de suite. Donc, bien sûr c’est interdit, mais d’abord non seulement les Etats le font, et on s’est fait une raison que les états font ce qui est interdit, mais en dessous des Etats il y a leurs administrations, lesquelles le font aussi, soit achètent, soit développent des logiciels pour cela. Et sous-traitent à l’étranger ce qui est interdit chez soi. Et puis tout ça va se démocratiser considérablement dans une espèce de société totalitaire où la seule démocratisation spectaculaire c’est la démocratisation du totalitarisme. Et puis, on va voir un autre effet secondaire c’est que tout le monde devenant flic, les maladies professionnelles des flics vont se répandre et la maladie professionnelle des flics ou des services de renseignements c’est la paranoïa. Et quand tout le monde devient paranoïaque, on obtient un spectaculaire essor du complotisme comme on peut déjà le constater tous les jours.

JC, on reviendra sur chacun de ces points à l’intérieur de notre chronique dans les prochaines minutes. Concrètement comment cela fonctionne ce logiciel ? Cela a l’air assez simple finalement l’utilisation dont vous nous le présentez.

C’est très simple à utiliser, mais c’est un peu compliqué à mettre au point. Le principe fondamental, c’est de pouvoir rentrer et explorer les téléphones, sans les faire sonner bien sûr, et de pouvoir soit pomper ce qu’il y a dedans soit s’en servir à distance par exemple pour écouter ce que vous êtes en train de raconter alors que votre téléphone est simplement posé dans la pièce ou sur votre table de nuit, cela donne aussi d’autres types de renseignements. On peut aussi vous écouter en voiture. Et même pour les Tesla, mais les autres vont y venir, filmer les occupants. On pourra aussi vérifier votre conduite. Voir même si un jour donné, vous conduisiez comme d’habitude ou pas…et où vous êtes allé. Et il y a même des systèmes assez sophistiqués de nos jours qui après avoir récupéré des clés qui permettent de savoir comment sont sauvegardées vos données, vont ressortir de votre téléphone en nettoyant soigneusement toute trace et vont se contenter d’intercepter chaque fois que vous allez mettre quelque chose à l’abri dans le cloud, que vous le fassiez vous-même ou que le système automatiquement par sécurité abrite telle ou telle donnée. Donc là, vous pouvez vous dire qu’il n’y a pas grand-chose qui puisse échapper. Alors vous allez me dire qu’on met des patchs quand il y a des portes de derrière, on peut toujours les fermer, etc., mais c’est une course sans fin parce que ces portes dérobées, et bien, quand une est fermée on en créé d’autres. D’autant plus que les systèmes d’exploitation correspondants qui dépendent tous de grands groupes américains ont accepté d’en mettre pour les services de ce pays et disent qu’ils font cela pour la bonne cause, mais tout le monde a une bonne cause. Et vous connaissez peut-être la formule de Prévert sur la bonne cause et la mauvaise foi. Qu’est-ce que cela peut faire que je sois de mauvaise foi puisque c’est pour la bonne cause, etc. L’inévitable c’est que, quelle que soit la vertu des gens, il y aura très peu de gens assez vertueux pour ne pas céder à la tentation. Vous connaissez bien sur cette antenne les problèmes de tentation. Et bien, il y a aura très peu de gens à ne pas céder de temps en temps à la tentation de regarder par-dessus l’épaule de son prochain, et tout cela dans une évolution totalitaire, mais démocratique de la société.

A la portée de tous…!:

https://www.numerama.com/cyberguerre/1209478-verifiez-si-vous-netes-pas-victime-dune-application-despionnage.html

Mais JC, vous en parlez lors de l’introduction cette pratique elle me semble interdite quand même.

Alors c’est interdit dans de nombreux pays, mais d’abord un certain nombre de pays considèrent que les États ont droit de le faire et beaucoup d’États en sont d’accord. Et ensuite certaines administrations considèrent que comme elles agissent pour le bien, c’est mon histoire de la bonne cause, et bien, elles peuvent se le permettre. Par exemple, l’administration DEA aux États-Unis qui s’occupent de la lutte contre la drogue dit que pour espionner les cartels c’est totalement normal qu’elle développe des outils et qu’elle ne le dise à personne. Chez nous aussi d’ailleurs, on est parfaitement capable d’écouter les téléphones, ou d’écouter l’intérieur des voitures par leur sono puisque maintenant les voitures ont une puce pour savoir ce dont on discute au volant dans un go fast entre le Maroc et la France via l’Espagne, etc. Mais, derrière c’est l’exemple présenté comme quasiment vertueux, il y a bien d’autres choses, on va embaucher quelqu’un dans une boite, on va vérifier s’il n’a pas trop d’ennuis avec son banquier, ou achète parfois des préservatifs, si une candidate prend la pilule, etc…  L’intelligence artificielle établira en croisant les messages les trajets et les achats, la liste des amants ou maitresses…. 

Donc, on va voir se développer une industrie qui est transfrontière, car c’est très facile. Vous avez déjà vu les Israéliens qui s’étaient installés en Grèce et pour lesquels il y a eu quelques misères. Le New York Times d’ailleurs qui fait un article là-dessus aujourd’hui, dit qu’ils ont proposé leurs services aux Ukrainiens qui les ont refusés. Les Ukrainiens ne les ont pas refusé par vertu, mais tout simplement parce qu’ils étaient abreuvés de logiciels Spyware en tout genre par des services américains leur procurant du matériel non seulement gratuit, mais de bien meilleure qualité, ce n’est pas la vertu qui les a étouffés. Et on va passer maintenant à des choses installées dans de très nombreux pays, il ne sera même plus possible de savoir d’où sort un logiciel, et ils seront vendus sur le net de la même façon que des choses qui ne sont pas permises dans un pays et d’affirmer que la législation d’un pays qui interdit de s’en servir va être efficace alors que c’est disponible, j’ai de très gros doutes. On connait l’exemple des tests génétiques de filiation. On va se retrouver dans la situation d’une part pour une entreprise par exemple « de pas vu, pas pris », et d’autre part si jamais elle était prise, ce n’est pas nous c’est un effet de zèle d’un sous-fifre dans la filiale à l’étranger, etc. tout cela va fleurir. 

Tous fichés, tous ficheurs, tous espions ! Vous, Jacques Cohen c’est sur votre blog, jhmcohen.com que l’on vous espionne. À très bientôt, professeur.

À très bientôt, ce n’est pas la peine de commencer à espionner du jour au lendemain sur le blog en le lisant. Tout simplement parce que j’ai un peu de retard dans les mises en ligne et donc il faudra attendre une semaine ou deux pour trouver tout cela.

Mon précèdent article de 2015 sur le sujet est lui lisible depuis longtemps:

Tous fichés, tous ficheurs….

Mise à Jour du 22 12 2022:

Une nouvelle source de données intrusives et d’espionnage. Votre aspirateur aspire aussi votre vie privée:

Des photos capturées par des aspirateurs Roomba diffusées sur Internet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s