Sclérose en plaques et EBV : coupable ou témoin ?

JHM Cohen 

Chronique du 21 1 22

Sur les ondes de RCF: Lien

L’heure de la chronique santé avec Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour.

Et aujourd’hui, on va tout de même sortir de la Covid-19, bien que la pandémie ne soit pas terminée, mais on va parler d’un autre virus, si vous le voulez bien Professeur, le virus Epstein Barr et la sclérose en plaques. Il y a eu un article dans une grande revue, https://www.science.org/doi/10.1126/science.abj8222, où, notamment, on a parlé de l’EBV le virus Epstein Barr, qui serait responsable de la sclérose en plaques. Au moment même où Moderna, un laboratoire bien connu notamment pour les vaccins contre la Covid-19 en ce moment, et bien, lance aussi un vaccin anti EBV, antivirus Epstein-Barr. JC, que pensez-vous de tous ces faits d’actualité que vous allez nous recontextualiser, on en est certain.

Et bien, c’est un vaste sujet, mais ce n’est pas un sujet totalement nouveau. Tout d’abord, pour la sclérose en plaques, il faut reprendre l’épidémiologie. On sait depuis la fin des années 40, début des années 50 que, d’une part, il y a un gradient Nord-Sud la maladie étant plus fréquente dans les pays froids. D’autre part, qu’il y a des phénomènes épidémiques, donc un agent infectieux ou environnemental. Le plus connu, c’est l’histoire des îles Féroé, où il n’y avait pas de SEP avant la Seconde Guerre mondiale. Il y a eu une base américaine, cinq ans après, il y avait quelques cas de SEP. Ensuite, on a étudié les populations déplacées de la Seconde Guerre mondiale, par exemple les gens qui sont allés en Israël, et on a pu constater que la fréquence de la sclérose en plaques dans une population dépendait de l’endroit où les gens vivaient quand ils avaient une dizaine d’années. Donc ça, c’est connu de très, très longue date. Ensuite,

Lire la suite