Terrorisme d’extrême droite: le retour de la Cagoule !

Chronique d’actualité diffusée sur RCF Reims le 8 juin 2016 : https://rcf.fr/actualite/terrorisme-dextreme-droite-le-retour-de-la-cagoule

RCF : Chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour. Aujourd’hui vous nous annoncez le retour de la Cagoule, mais rassurez-nous, vous ne vous êtes pas lancé dans le stylisme cette semaine ?

Pas tout à fait ! La Cagoule, c’est une organisation terroriste d’extrême-droite bien française, qui, en 1938, a fait sauter le siège du patronat français , tuant d’ailleurs deux policiers en faction, en s’efforçant de faire passer ça pour un attentat du PCF.

C’est une constante de l’extrême droite d’être complotiste et de déclencher des affrontements par des provocations.

Pourquoi parler de cette vieille histoire aujourd’hui ? Parce qu’un type s’est fait piquer en Ukraine, ayant été là-bas acheter du matériel. Il est vrai qu’en Ukraine, il traîne énormément de matériel de guerre, des explosifs, des lance-roquettes, tout ce que l’on veut. Et donc il devait en ramener une camionnette pleine, qui est d’ailleurs celle de l’entreprise dans laquelle il bosse, et il s’est fait coincer parce que manifestement son histoire était surveillée depuis longtemps, voire depuis le début. De la part des services spéciaux ukrainiens, c’est une bonne opération. On peut toujours ergoter pour savoir s’ils l’ont un petit peu ou beaucoup aidé, mais ce n’est pas tellement notre sujet du jour.

Notre sujet du jour est celui du terrorisme ! Nous avons un terrorisme islamique, qui s’efforce de provoquer une rupture radicale. C’est-à-dire de structurer un milieu issu de l’immigration et de l’opposer au reste de la société française. Dans ce milieu issu de l’immigration, ils sont tout à fait minoritaires, archi minoritaires. Et y compris parmi les partisans du Califat.

Une bonne part, derrière les frères musulmans, considère que l’implantation sociale, le réseautage, la prise en charge des aides sociales, l’exclusion peu à peu, de fait, des services de l’état pour créer un contre-Etat dans des zones libérées est encore très loin de ce qui serait souhaitable pour déclencher l’affrontement. Seulement le hasard des faits et Daech ont déclenché l’affrontement. Alors à ce moment-là, si j’ose dire même pour des islamistes, « quand le vin est tiré, il faut le boire » et donc il faut déclencher des attaques qui suscitent une répression en retour qui solidarise le maximum de populations autour et en soutien des terroristes. Même si leur base sociale initiale parait extrêmement faible et que le risque est l’éradication du mouvement.

En face, il y a des gens qui ont le même raisonnement, c’est-à-dire qu’à l’extrême droite, il y a des gens qui, sont loin de penser comme la plupart des Français qu’il faut au contraire consolider l’insertion de la population originaire d’Afrique du Nord pour marginaliser, éventuellement éradiquer d’une pichenette, les milieux terroristes.

Ces gens sont d’accord avec les islamistes sur un point, à savoir que toute la population issue d’Afrique du Nord n’est pas si Française que ça, qu’il faut les virer et que le mieux c’est de déclencher les affrontements. Dans ce cadre-là, l’extrême droite, historiquement, a des habitudes de stratégies de tension, c’est arrivé en Italie dans les années 70 où un attentat dans une gare était attribué à l’extrême gauche, mais qui avait été commis en fait par l’extrême droite. Je vous ai cité un exemple de la cagoule de 1938. Il y en a beaucoup d’autres sur la planète.

Donc il faut quand même rappeler qu’avant qu’il y ait des complotistes à l’extrême gauche, il y en avait à l’extrême droite et que cela remonte à la surface. Les mauvaises habitudes étant ce qui se reprend le plus facilement. Donc finalement, des groupuscules extrêmement minoritaires sont capables d’envisager de mettre leur grain de sel et de l’huile sur le feu pour provoquer des affrontements entre la population française et la population issue de l’immigration avec le raisonnement, totalement symétrique, des extrémistes fanatiques de Daech qu’il faut les leur laisser. C’est-à-dire exactement le contraire de ce que nous voulons faire. Ils pensent qu’il faut laisser ces populations aux islamistes, puis que de toutes façons on s’en débarrassera, tandis que les autres veulent que cela devienne des zones libérées.

Cette attitude symétrique peut être, soit comme en 1938 un attentat sans savoir très bien qui a posé la bombe, mais cela peut être aussi beaucoup mieux. Parce que finalement on finira par voir des conjonctions d’intérêt et de la logistique prêtée à d’authentiques islamistes « pur sucre » par des gens qui souhaitent les voir faire des attentats. , c’est aussi un risque un peu plus compliqué, plus tordu, de connivence objective qui devrait, à mon avis, se voir bientôt. Bien évidemment, on ne sait pas quel est le détail de cette affaire en Ukraine, on ne sait pas ce qu’il y a eu comme investigations en France, ni ce qu’il y aura comme rafle dans ces milieux. Mais le renseignement français est très attentif à ce terrorisme d’extrême droite qui est une provocation symétrique de celle de Daech que l’on peut tout à fait craindre de voir se développer.

Pour aujourd’hui, nous resterons sur cette réflexion, qui est de rappeler que finalement les complotistes qui méprisent la démocratie, qui veulent manipuler les populations, se trouvent dans tous les extrêmes, que ce soit les extrémistes de droite ou de gauche, ou que ce soit les communautaristes islamiques d’un côté, et les communautaristes d’une soi-disant France blanche de l’occident chrétien d’autre part.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s