F Fillon : Mr Propre dans de beaux draps

CHRONIQUE du mercredi 01 mars 2017

Sur RCf https://rcf.fr/embed/1507668

Bonjour à tous, chronique d’actualité avec Jacques COHEN, bonjour Jacques !

Bonjour.

AV : On n’a pas dû se casser la tête très longtemps pour trouver un sujet : on va évoquer évidemment François Fillon qui maintient sa candidature. On a appris également qu’il va recevoir un courrier le convoquant, pour une mise en examen.

C’est une nouveauté. Le juge avait 2 solutions.

Soit, d’encercler François Fillon en ayant entendu tous les protagonistes des différentes affaires le concernant et de le convoquer en dernier pour le faire tomber, c’est une solution « échec et mat ». Soit, de le convoquer vite en constatant que compte tenu de sa défense accumulant les bévues, une des meilleures solutions était de le faire venir et de le faire parler. Parce qu’il avait des chances de mouiller des tas de gens. Manifestement, le juge a choisi la deuxième solution.

Et donc, il maintient quand même sa candidature ?

Alors, il maintient sa candidature et avec une ligne de défense qui est à nouveau une bévue monumentale et qui est en gros : « c’est le peuple qui jugera, à bas le gouvernement des juges », ce qui pour un candidat à la magistrature suprême (c’est quand même une magistrature d’être Président de la République) d’en appeler au peuple, et pourquoi pas à la rue tant qu’on y est, est une solution qui certes est humainement compréhensible, mais politiquement intenable.

Alors, le problème se situe pour les Républicains, de rester autour de lui alors que sa position est suicidaire, ou de considérer que l’affiliation des Républicains à l’internationale de la secte du Temple Solaire est peut-être un petit peu exagérée. Tous ceux qui ne sont pas tentés par le suicide collectif vont commencer à faire un petit peu comme Valls et ses amis par rapport à Hamon, c’est-à-dire se découvrir la nécessité urgente de faire autre chose que de participer à la campagne.

Le problème subséquent, pour les Républicains, c’est que dire « qu’on lâche la Présidentielle et que l’on se concentre sur la suite » ne leur sera pas pardonné par leur électorat. De se voir éliminé alors qu’ils pensaient la campagne imperdable, d’avoir des candidats de valeur qui n’auront même pas combattus, pour l’électorat des Républicains c’est inconcevable. Et donc, ceux qui pourraient jouer de la tentation de séparer présidentielle et législative vont très certainement si les choses continuent comme cela, prendre une énorme baffe aux législatives, leur électorat ayant une occasion de punition par rapport à leur comportement pour la présidentielle.

Donc, il ne leur reste pas énormément de choix en dehors du sauvetage individuel, et encore, qui va être difficile pour les législatives. Ils leur restent de convoquer un bureau politique extraordinaire (même pas extraordinaire, c’est la structure normale), de convoquer un bureau politique qui débarque Fillon, ou bien de prendre leur carte au temple solaire.

Qu’est ce qui peut se passer, est-ce que François Fillon peut aller jusqu’au bout ? Parce qu’on a le sentiment, et on entend des militants dire : « On ne peut pas faire campagne, il n’y a pas de campagne, on ne peut pas tracter, on a du mal », on voit déjà des ténors ou en tout cas des figures politiques des Républicains prendre ses distances : Bruno Lemaire qui se retire de l’équipe de campagne de François Fillon, le député-maire de Reims, Arnaud Robinet qui dit également prendre ses distances… Impression que là, les soutiens ne vont plus soutenir !

Cette situation est un petit peu une ouverture d’échec.

Et ceux qui dans ce camp politique avaient un passé judiciaire, du bon côté, comme juges d’instruction, l’ont dit immédiatement. L’un l’a dit « urbi et orbi » c’est Fenech, l’autre l’a dit par son silence assourdissant en public tout en expliquant la même chose en privé, c’est Jean-Louis Debré. Pour un juge d’instruction ou quelqu’un ayant ce bagage, au bout de 3 jours d’accumulation de données, il était certain que les choses continueraient telles qu’elles sont engagées. Et en plus elles ne sont pas finies, les coups suivants sont prévisibles.

On part au départ sur du détournement de fonds publics ou y a aussi une question préalable de constitutionnalité, de savoir si les juges ont le droit de contrôler ou pas les dépenses des députés. Mais on a de l’abus de biens sociaux pour l’emploi de Pénélope Fillon à la « Revue des deux mondes ». François Fillon peut être tenu comme complice, ou peut être tenu comme instigateur d’un autre délit qui est le trafic d’influence, qui est beaucoup plus grave. On a des paiements à sa société de conseils qui sont certes légaux, mais pour lesquels on ne voit pas d’activités décelables et surtout pour lesquels on voit des donneurs d’ordres qui avaient intérêt à des choses qui ont été décidées, auxquelles François Fillon a participé, pendant ses fonctions de 1er ministre. Donc là, on est dans le trafic d’influence. Il peut même encore lui arriver une catastrophe supplémentaire, imaginons que par exemple la banque Oddo qui est l’un des généreux donateurs à 200 000 € le ticket, semble-t-il, chacun, imaginons que la banque Oddo comme toute banque, agisse en fait pour quelqu’un d’autre, et que ce quelqu’un d’autre ne soit pas citoyen français, on peut même aller jusqu’à intelligence avec une puissance étrangère. Donc, des situations totalement catastrophiques !

L’attitude de F Fillon, sa ligne de défense, « c’est le gouvernement des juges », 1er élément. 2ème élément, « tout le monde fait pareil », d’employer sa famille » ne tiendra jamais parce que la particularité c’est qu’il n’est peut-être pas le seul rapiat à mettre dans sa poche l’indemnité de frais via un emploi fictif, mais en tout cas, lui s’est fait prendre ! Et il n’y a pas 130 députés qui font comme cela. On ne sait pas combien y en a, mais cela doit quand même être une poignée. La plupart travaillent éventuellement en famille, en couple ou en bande, mais dans la catégorie rapiat il est dans les premiers, ou certainement en tête !

Mais ce n’est pas tellement ça que les Français reprochent. Paradoxalement les Français admettent un Président filou parce qu’ils savent que le vaste monde est compliqué. Ce qu’ils n’admettent pas ce sont les Tartuffes. c’est-à-dire un type qui a comme fonds de commerce l’honnêteté publique et dont on découvre qu’il est au contraire en pointe de l’autre côté. C’est ce qui avait frappé Cahuzac et contribué à la lourdeur de ce qui lui est arrivé, et c’est ce qui va arriver inéluctablement pour François Fillon.

La fin de Richard III dans cette version « updated » de Shakespeare peut être prémonitoire:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s