Aux Législatives, les Français ont voté pour la Ve République

Chronique du mercredi 14 Juin 2017

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1584828

AV: On va revenir sur le premier tour des élections législatives, le deuxième tour aura d’ailleurs lieu ce dimanche. Allez voter c’est important, on a vu l’abstention qui est forte, on y reviendra dans un des points de votre chronique, mais déjà pour démarrer, finalement les Français, Jacques, pour vous, ont besoin d’un Président fort, ou en tout cas existant : une figure !

Je crois que les Français tiennent à la Ve république, tiennent au régime présidentiel et qu’ils ont voulu donner une majorité au Président malgré une défiance généralisée. Cela au moins, ils y tiennent ! Nos compatriotes veulent un régime présidentiel, et donc, ceux qui pensent ou qui proposent des systèmes parlementaires à base de proportionnelle ne rencontreront pas l’adhésion populaire là-dessus.

Ce point, donc sur la figure présidentielle que l’on a eu finalement, le soutien à Emmanuel Macron. Mais un deuxième point, c’est un petit peu les adversaires des candidats de La République en Marche. On a le sentiment qu’à droite on n’y a jamais vraiment cru à ces élections législatives.

 Il n’y a pas que la droite, on est dans une situation assez étonnante qui ressemblerait presque à un scénario des Monty Python, où chaque fois qu’Emmanuel Macron part en guerre son adversaire se suicide immédiatement !

D’un point de vue plus ancien, on serait dans le cantique des victoires où il suffit que Dieu paraisse pour que les ennemis épouvantés partent en tous sens. Et là, c’est ce que l’on constate! Les Républicains qui avaient une élection imperdable se sont suicidés avec F Fillon, et même avec un deuxième gag une fois au sol: ils se sont réveillés juste à temps pour se tirer une deuxième balle dans la tête avec une ligne, ou plutôt trois lignes contradictoires, même successives. Donc « requiescant in pace ».

Le PS a fait encore mieux, il a désigné les candidats avant même la primaire pour des questions de cuisine, d’appareil et de fromages, qui se sont tous évaporés et évanouis ! Ce qui fait que les candidats pouvaient à quelques kilomètres de distance être « Macron-compatibles », ou beaucoup plus « insoumis-compatibles », que relié au Président. Donc, tout cela était parfaitement incohérent et produit d’apparatchiks et les Français l’ont bien perçu comme tel.

Résultat de recherche d'images pour "monty python sacré graal"

Les Insoumis, qui captaient enfin une attitude protestataire à gauche, sombrent dans la paranoïa mégalomane de leur leader, JL Mélenchon.

Quant au FN, il n’a pas seulement sombré du fait du débat télévisé. Il a sombré de ne pas vouloir choisir entre une ligne crédible de gouvernement et une protestation « faut qu’on, y-a-qu’à », ce qui était sa ligne traditionnelle.

Et donc, finalement, tous les adversaires d’Emmanuel Macron se sont suicidés en face de lui, les uns après les autres ! Ce qui permet effectivement à ce moment-là, une vague totalement inégalée.

Avec donc l’abstention, parce que si l’on regarde les chiffres, en millions de voix La République en Marche fait moins que le Parti Socialiste et que l’UMP en 2012. Donc là, l’abstention a vraiment joué un rôle très important.

Cliquez pour voir la Carte de l’abstention

Alors, non seulement l’abstention est importante, mais elle est différenciée. Elle est différenciée selon les régions, ici elle est à 57 %, mais elle est différenciée en catégorie et on le voit sur la carte. La carte de l’abstention est très frappante, c’est la carte du vote Front National additionné du vote Insoumis. En fait, on a également des sondages qui l’ont établi, l’abstention ce sont les jeunes et les pauvres. Et les jeunes c’est très ennuyeux, parce que si les vieux votent deux fois plus que les jeunes, les jeunes votent deux fois moins…

Surreprésentation…

donc c’est une surreprésentation des vieux. Alors qui, certes, ne votent presque pas Front National, mais enfin, c’est quand même quelque chose de gênant pour le dynamisme de la société que les jeunes se désintéressent totalement de l’action publique.

Et l’autre élément, c’est la carte de la pauvreté qui se surimpose à la carte du FN pour donner une abstention extrêmement différenciée géographiquement également, puisqu’il va y avoir, je crois, de l’ordre de plus de 20 ou 25 % d’écart entre les participations maximales vers le haut ou vers le bas selon les endroits. Donc, c’est ce qui fait qu’effectivement le vote protestataire a disparu, s’est volatilisé, et que l’on a une vague qui en fait se comporte comme celle d’un tsunami : il n’y a pas plus d’eau dans la vague d’un tsunami qu’il n’y en a dans la mer, simplement la mer se retire, et elle revient sous forme d’un mur d’eau élevé qui dévaste tout, mais qui n’a pas créé d’eau. Et là, on n’est pas dans une situation, pour quitter le tsunami, on n’est pas dans une situation d’énorme élan nouveau d’adhésion de millions d’électeurs en plus, on est même dans une nette diminution des électeurs suivant les consignes du Président. Mais il en reste suffisamment pour, qu’avec la disparition de tous les autres, le résultat, avec un système présidentiel qui est conçu pour que la majorité soit la plus nette possible, va donner une très large vague et une chambre largement favorable au Président.

Mais il y a un ras-le-bol quand même ! Encore une fois « appelés à voter », cela fait longtemps que l’on est un petit peu dans ce bain politique, avec les primaires il y a peut-être cela aussi ?

C’est ce qui a conduit à ce que les Français se disent que finalement cela suffit comme ça! Le Président est élu, il faut qu’il ait une majorité pour gouverner, les autres récriminent et les Français considèrent cela comme des piailleries assez médiocres, et que l’on verra bien à l’usage ce que le Président va en faire. Et sinon, et bien sinon, les Français utiliseront tous leurs moyens habituels pour manifester leur mécontentement, si celui-ci revient, ce qui pourrait arriver…

Bon. On va appeler les gens à aller voter dimanche pour le deuxième tour.

Et déjà, il faut voter dimanche au second tour, parce que l’accentuation encore de l’abstention, là, amènerait dans des zones totalement imprévisibles.

Merci, Jacques Cohen, on se retrouve la semaine prochaine. Au revoir.

Au revoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s