Élections municipales: le virus de la « Combinazione »

JHM COHEN 24/05/2020

Ce n’est pas le Sars-Cov2 qui a frappé le monde politique en ces temps d’épidémie, mais un virus qui circule de longue date dans le monde politique. Sous forme sporadique avec des bouffées épidémiques comme ces jours-ci.

Des maires de tout l’échiquier politique, mais tous maires sortants, ont réclamé au Président de la république l’organisation du second tour des élections municipales   dès le 28 Juin, en conservant les acquis du premier tour ( droit de maintien, fusion des listes..). Si l’Union Sacrée du monde politique contre le virus de la saison le Sars-Cov2 est bien difficile, elle semble au contraire facilement induite par celui de la « combinazione ».

l-inauguration-de-l-hopital-de-grange-blanche-en-presence-du-president-de-la-republique-albert-lebrun-le-12-mars-1933-le-maire-de-lyon-dira-cet-hopital-a-ce-caractere-particulier-de-n-avoir-provoque-aucune-cri

E Herriot maire pendant 52 ans, inaugure ici l’hôpital qui porte aujourd’hui son nom

Quel est le raisonnement des maires sortants ? Un second tour immédiat leur garantit une très faible participation électorale, sous l’inquiétude de l’épidémie d’une part, de par l’absence de campagne électorale d’autre part. La prime au sortant deviendra énorme, avec le bonus du réflexe légitimiste, les maires ayant dû pallier les déficiences du pouvoir central dans la gestion de l’épidémie de COVID-19.

La question n’est pas tant celle du risque infectieux, qui n’est pas nul si la circulation virale persiste. Que celle du déni démocratique que réalisera une élection sans campagne, ce qui est déjà acquis.

Concernant le risque infectieux, l’exemple du premier tour n’est pas favorable. Une étude prétend que le premier tour des élections municipales n’a pas eu de rôle pro épidémique au motif qu’il n’y a pas de corrélation entre le taux de participation et le nombres de malades dans un endroit donné. Il est affligeant de constater comme ce raisonnement simpliste a été pris pour argent comptant, en oubliant que le virus ne circulait pas partout et à la même densité dans tout l’hexagone. Et de ce fait que le facteur amplificateur de l’épidémie que réalisait cette élection ne pouvait pas s’exprimer partout. Corriger l’incidence de la maladie selon la participation électorale par une carte de prévalence n’est pas possible faute de testing à l’époque ou de sérologie actuellement.

Le maire de Saint Brice Courcelles Alain Lescouet qui a suivi élection et dépouillement dans sa commune en est mort. Et la courbe française des nouveaux cas par jour, même médiocre et émaillée de correctifs multiples montre bien un pic suivant ce premier tour.

Affirmer qu’une campagne virtuelle sans contacts en vaut une vraie est un énorme mensonge: sans réunions, du meeting aux réunions d’appartements, sans porte-à-porte, nous nous dirigeons vers une élection sans campagne électorale.

Alors que boucler les municipales n’est en rien une urgence politique ou administrative.

Le virus de la Combinazione a gagné le sommet de l’État. Le président de la république avait déjà constaté au soir du premier tour qu’il ne pouvait guère garder espoir de remporter des municipalités significatives et d’assurer ainsi un ancrage local à son parti. Escamoter le second tour lui évite de trop mettre en vitrine sa défaite et lui ouvre des opportunités de tractations avec nombre de ces maires demandeurs d’une reconduction express.

Il faut noter que si ce virus de la Combinazione conduit  la population à développer des anticorps à large réactivité croisée contre le monde politique, ils ne sont guère protecteurs longtemps, puisqu’on assiste régulièrement à des résurgences en foyer de ce virus. Néanmoins cette réaction immune est susceptible d’entraîner de forts dégâts par elle -même, entraînant même parfois la mort du régime politique qui en est trop lourdement infecté.

Edouard Herriot, un expert en la matière, avait, devant ce danger,  théorisé la nécessité de limiter la circulation de ce virus dans une formule lapidaire:  » la politique, c’est comme les andouillettes, cela doit sentir  la merde. Mais pas trop. ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s