Écologie scientifique et Écologie rituelle

En cas de marais barométrique, l’augmentation des particules fines, PM10 principalement, produit un brouillard sous la couche d’inversion thermique qui les piège. Toute la société française et tous les partis politiques communient alors dans l’anathème jeté sur les automobiles, surtout à moteurs diesel. L’offrande rituelle d’une réduction de vitesse et de transports collectifs gratuits est alors supposée pouvoir calmer les Dieux de l’Écologie. Cette religion tient pourtant d’une vérité révélée sans  aucune base scientifique comme nous allons le voir…

D’où vient la pollution? De la campagne!!!

Le site d’airparif qui détaille la pollution urbaine, indique pourtant en passant que les 2/3 environ de la pollution d’île de France à une source extérieure à celle-ci.

La carte de pollution montre en outre que le centre de Paris est l’endroit le moins pollué….

Le centre de Paris est proportionnellement épargné

Le centre de Paris est proportionnellement épargné

Étudions selon les données « Atmo » les sources de pollution à Reims:

http://www.atmo-ca.asso.fr/inventaires-emissions

«  »

Les émissions de PM10 proviennent de nombreuses sources, en particulier de la combustion de biomasse et de combustibles fossiles comme le charbon et les fiouls, de certains procédés industriels et industries particulières (construction, chimie, fonderie, cimenteries…), de l’usure de matériaux (routes, plaquettes de frein…), de l’agriculture (élevage et culture), du transport routier…
L’agriculture est le secteur principal émetteur de PM10 en Champagne-Ardenne avec 49,1% des émissions totales de PM10. Le secteur lié au chauffage résidentiel et tertiaire apparaît comme le second poste (23,6%) le plus contributif en PM10 dans la région.
L’industrie manufacturière et le transport routier arrivent en troisième et quatrième position avec respectivement 14,2% et 12,3% des émissions totales.

……

L’activité humaine émet des particules fines. Ces particules, constituées de cendres, de composés organiques, de métaux…, proviennent de la combustion de combustibles fossiles, de l’essence et du gazole (transport, installations de chauffage, industries, usines d’incinération des ordures ménagères, centrales thermiques…), ainsi que du revêtement des routes et des chantiers de construction.

Si les émissions de particules ont baissé depuis quelques années, du fait du traitement des rejets industriels, du développement des chauffages à l’électricité et au gaz, et des centrales électriques nucléaires au détriment des centrales thermiques, la part du transport routier a fortement augmenté avec l’extension du parc des véhicules diesel, émetteurs notamment de particules « fines » de diamètre inférieur ou égal à 2,5 µm, appelées PM2,5.
En champagne-Ardenne, les émissions de PM2.5 sont dominées par deux secteurs qui se dégagent nettement : l’agriculture et le chauffage résidentiel/tertiaire, avec respectivement 37,6% et 35,4%.
Ensuite, se distinguent le transport routier et l’industrie manufacturière, émettant respectivement 14,8% et 11,1%.

«  »

Encore faut préciser que les véhicules individuels ne représentent que le quart ou le cinquième de l’émission des véhicules de transport. Soit quelques pour-cents symboliques pour les démoniaques voitures individuelles.

La pollution aux particules fines, à Reims, comme à Paris d’ailleurs, est majoritairement liée à l’activité agricole. Dans les pays tropicaux, elle est ainsi liée à la biomasse naturelle, hors de l’intervention agricole humaine.

 Les mesures rituelles:

Comme il ne saurait être question d’arrêter les cultures et de bâcher les champs à chaque pic de pollution, on se contente de limiter la vitesse et de rendre gratuits les transports collectifs. Il y a pourtant peu de chance de voir les camions prendre le tram ou le RER ces jours là!

Les offrandes rituelles ont dans toutes les civilisations coûté plus ou moins cher selon les périodes: le Minotaure réclamait de la chair humaine. Les sacrifices animaux coûtaient déjà moins chers, surtout lorsque l’holocauste ( la bête entière ) a été remplacé par des morceaux choisis laissant le reste aux hommes…

Les religions récentes étaient devenues de ce point de vue très économes: quelques cierges et  un peu d’encens accompagnant l’ostension de reliques suffisaient pour les processions lors de sécheresses pour espérer la pluie.

Un épisode rémois intéressant au 11 éme siècle au passage: Les différentes processions n’ayant pas apporté vents, puis nuages, puis pluie, la communauté juive de Reims proposa de faire faire elle aussi un tour propitiatoire à sa Torah. Les échevins, qui devaient être des écologistes pragmatiques, donnèrent leur accord. On sait par les archives que le Chapître protesta violemment, sans doute inquiet d’une éventuelle publicité comparative… les sources ne disent malheureusement pas, si la présentation de la Torah eut lieu ou pas… ni quand l’épisode de sécheresse et de pollution se termina.. (source P Demouy )

De nos jours les transports gratuits  représentent une dépense non négligeable en manque à gagner, bien au delà du coût des processions….sauf à Aubagne où le tram est gratuit, donc payé par tous, toute l’année.

Pour une politique écologique scientifique:

L’agriculture raisonnée, limitant au nécessaire les intrants devrait être encouragée. La modernisation du parc de moteurs industriels souvent archaïques devrait également être encouragée. Les chauffages également modernisés.

Concernant les automobiles, il faut souligner la vitesse des progrès qui rendent une voiture diesel récente beaucoup moins polluante en particules ou Nox qu’un véhicule essence ancien. L’industrialisation des solutions encore plus efficaces disponibles en laboratoire devrait être encouragée ou exigée réglementairement. Malheureusement, l’éradication du parc ancien bute sur le fait que ce sont les pauvres qui roulent dedans, sans moyens pour acheter des véhicules récents…

Parmi les carburants fossiles, le fuel qui a la meilleure énergie massique, reste le moindre producteur de CO2. Si l’effet de serre est la priorité, il faudrait en tenir compte.

Mais ce sont surtout les véhicules électriques et hybrides à 2, 3 ou 4 roues, qu’il faudrait encourager au moins en zone urbaine. Des modèles de consommation s’écartant  de la possession individuelle du véhicule seraient à proposer et encourager.

La procession avec reliques, Coran ou Torah ne peut en toute rigueur scientifique être écartée d’emblée: il n’existe pas d’étude comparative en double aveugle contre placebo qui établisse ou réfute sa valeur pour abréger un pic de pollution.

Une réflexion sur “Écologie scientifique et Écologie rituelle

  1. Pingback: Écologie apocalyptique ou écologie scientifique ? – Le blog de Jacques HM Cohen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s