Fillon : pourquoi l’acharnement thérapeutique ?

CHRONIQUE DU mercredi 08 février 2017

Sur RCF https://rcf.fr/embed/1492154

Bonjour à tous, chronique d’actualité avec Jacques COHEN, bonjour Jacques !

Bonjour.

AV : On va parler du « Fillon Gate » ou le « Pénélope Gate », c’est comme vous voulez, avec effectivement cette situation pour le candidat de la droite et du centre, et notamment donc du parti « Les Républicains ». Jacques, vous vous posez la question, pourquoi cet acharnement thérapeutique avec un petit lien évidemment, médical ?

Pourquoi Fillon n’a pas été comme on dit vulgairement débranché ? Et bien je crois que c’est comme dans l’affaire Vincent Lambert: c’est quand les familles se disputent qu’on ne débranche pas. Il n’y a pas d’absence de plan B, il y a un trop plein de plans B. De gens qui se surveillent les uns les autres, de féodaux qui préfèrent laisser filer la présidentielle que de mettre leur fief en danger. Et de ce point de vue-là, puisqu’il n’y a plus de patron, les choses peuvent continuer. Mais peut-être pas continuer très très longtemps, on le verra…

Acharnement médiatique, un traitement… du jamais vu sous la Vème république, c’est ce qu’a sorti en guise d’argument François Fillon contre les médias.

Jamais vu c’est peut-être un peu exagéré. Mais il y a effectivement une nouveauté qui est la traque médiatique. Et en quelque sorte, la seule chance de François Fillon sont les amis des bêtes ! A voir l’animal blessé, couvert de banderilles, claudiquant, perdant son sang et continuant à battre la campagne, les amis des bêtes peuvent trouver que l’acharnement médiatique est déplorable. Malheureusement les amis des bêtes et les adversaires de la corrida sont généralement plutôt à gauche, donc il a peu de chance de refaire son électorat, de le recomposer, sur cette base-là.

Le PNF ? il a été évoqué lors de sa conférence de presse, le parquet national financier, c’est lui qui a ouvert, alors je n’ai pas le terme précis, est-ce que c’est information judiciaire, enquête, Jacques ?

C’est une enquête préliminaire.

Enquête préliminaire voilà, après les révélations du « Canard Enchaîné », est-ce que c’est une cible pour lui ? On a le sentiment, il y a son avocat Antonin Lévy là, qui a ciblé clairement le PNF, et François Fillon lui aussi, a été très explicite dans son attaque !

Il a même dit que le PNF était directement mis en œuvre par le pouvoir, ce qui est une assez belle gaffe de sa part. Parce que le PNF a fait un communiqué mais que le PNF a reçu le soutien de l’USM, c’est-à-dire de l’Union Syndicale des Magistrats, qui est le syndicat de droite des magistrats, et non pas du syndicat de la magistrature, le SM. Donc c’est signe d’une assez belle maladresse de mettre en cause le PNF.

Le PNF a fait un communiqué qui a été très peu repris parce qu’il est rédigé dans une langue convenue et codée, mais qui bien évidemment comporte pas mal de choses importantes. D’abord qu’il n’a poursuivi qu’en accord avec le parquet de Paris. Et que donc, l’histoire de savoir quel parquet était compétent selon l’argument de l’avocat de Fillon, ne marche pas. L’avocat de Fillon part aussi du principe de la séparation des pouvoirs, en déduisant que l’emploi des fonds des parlementaires ne peut pas être contrôlé par la justice. Le PNF a mentionné au passage qu’il y avait plusieurs chefs d’enquêtes, qui en fait correspondent à deux motifs, l’un c’est l’abus de biens sociaux, c’est ce qui correspond à l’affaire de «la Revue des Deux mondes », l’autre étant le détournement de fonds publics, c’est ce qui correspond à l’argent d’attachés parlementaires. Dans un cas c’est de l’argent privé, dans l’autre c’est de l’argent public. Pour le cas de l’ABS (l’abus de biens sociaux), personne ne peut prétendre que le parquet financier n’est pas compétent !

Le parquet financier a conclu son communiqué en disant que rien ne permettait de préjuger du résultat des investigations, et donc aussi des éventuels chefs d’inculpations qui en découleront. D’autant que le communiqué ne parle pas de ce qui est tombé pendant l’enquête, en secouant un peu le prunier, qui est du financement illégal de la campagne électorale de Sarkozy par l’un des gamins travaillant à préparer la documentation d’un ouvrage. Donc cela rejoint la batterie de casseroles et des dépassements de comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. Et puis, il y a aussi un autre sujet, qui est la question des conflits d’intérêts ce qui donc, en terme judiciaire, est du trafic d’influence pour les gens qui ont quand même filé chacun 200 000 balles à la société de consultance de F Fillon

À sa société de conseils oui…

qui sont à nouveau Marc Ladreit de la Charrière dans un cas, Oddo, puis De Castries. Or De Castries avait comme gros intérêt dans l’affaire que la réforme santé de Fillon, comme par hasard, confie énormément d’argent, ou veut confier énormément d’argent, aux compagnies d’assurances. alors que De Castries a été le patron d’AXA.

AXA. Et, effectivement vos pronostics Jacques, je voulais juste ajouter, c’est un petit peu contradictoire, on a vu un François Fillon dire « Je fais confiance, toute confiance à la justice » et le voir, une semaine après, tirer à « boulets rouges ».

Vos pronostics ?

Je pense qu’avec les révélations successives, les sommes en jeu, le détail des indemnités de licenciement, etc. on le voit d’ailleurs dans les sondages, la bête est mortellement blessée, s’il claudique jusqu’à l’élection, cela sera faire campagne très mal en point !

Mais il va se passer quelque chose: c’est que juste avant la trêve judiciaire, le PNF va faire un acte. Il me paraît très peu probable (je prends quelques risques à faire de la météorologie), il me paraît très peu probable que le PNF renvoie F Fillon devant le tribunal correctionnel en saisine directe. D’autant plus qu’il y a des dossiers en cascades. Le plus probable est que le PNF conclura qu’il y a matière à instruction et donc, renverra au procureur qui confiera à un juge d’instruction. À ce moment-là, François Fillon n’aura pas le temps d’être convoqué devant ce juge, mais on saura qu’il y a une instruction qui est ouverte sur…

C’est l’épée de Damoclès !

Oui ! Mais c’est plus qu’une épée de Damoclès ! Parce que si une instruction est ouverte sur des choses qui ne peuvent concerner que lui, sa seule chance est que le juge d’instruction conclue par un non-lieu. Mais si le parquet financier a renvoyé à un juge, c’est déjà un indice qu’il y a des présomptions graves et concordantes qui conduisent à ceci et cela. Et donc au point de vue politique je pense que sa situation sera impossible.

Alors, est-ce que les féodaux des « Républicains » resteront sur la position actuelle qui est « Je ne veux pas de ton plan B, puisque tu ne veux pas du mien, donc on a toujours pas de plan B », ou est-ce qu’ils finiront par sortir de la naphtaline Alain Juppé, ce qui serait la logique, pour vouloir gagner les présidentielles…

C’est le numéro 2, bon…

de la part des « Républicains », on ne peut pas encore le dire.

Merci Jacques, on se retrouve la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s