Covid19 : Le virus hésite pour ses vacances

Chronique du 05 juin 2021

Sur les ondes de RCF https://rcf.fr/embed/2660371

Jacques COHEN, bonjour.

Bonjour.

Et on continue de s’intéresser à la Covid19 au fil des semaines. Et on s’intéresse ce soir à la courbe de croissance de la Covid19 ou peut-être la courbe de décroissance. JC, comment faut-il analyser les derniers chiffres que nous percevons ?

Il s’agit bien d’une courbe de décroissance, fort heureusement. Mais comme je vous l’avais dit la semaine dernière, de petites choses sont plutôt inquiétantes. En effet, il y a un ralentissement de cette décroissance, et de façon hétérogène, à certains endroits, ce n’est même plus du tout une décroissance. Alors, est-ce que c’est une marche d’escalier dans la descente ? Est-ce que le niveau du plateau de maintien de la circulation virale doit se situer pas loin de ce qu’il est actuellement ? On ne peut pas encore le dire comme je vous ai dit : problème de boule de cristal qui ne fonctionne pas très bien. Mais il est quand même à craindre que de toute façon ce plateau se situe plus haut qu’après la première vague, celle du printemps dernier. Et le niveau de circulation virale, si on ne fait rien pour l’éradiquer, est un des grands éléments prédictifs du délai de récurrence.

Parce que plus le virus tourne, plus il peut s’adapter et peut trouver la solution pour remonter. Ce qui est tout à fait inquiétant. Et ce qui est également un petit peu naïf c’est que ce ressac est présenté comme le fruit d’une sorte de guinguette au bord de mer où les gens n’ont pas été sages. L’ennui est que la station d’épuration de Wissembourg, qui n’est pas tout à fait au bord de la mer, présente également un plateau de quantité de virus présent dans les eaux usées.

On n’a que deux indicateurs malheureusement, le nombre de nouveaux positifs qui est quand même affecté aussi du problème du nombre de tests faits puisque l’on n’a pas de réseau de sondage épidémiologique, ce qui est invraisemblable depuis le temps que l’épidémie dure. Et puis les eaux usées où là aussi on a un maillage qui s’est amélioré, mais qui est encore très loin d’être parfait, et qui entre autres, ne fait pas directement la corrélation aux variants. Mais avec ces deux paramètres, on a quand même une petite idée sur le fait qu’il se passe quelque chose. Alors, cela peut-être une simple marche d’escalier dans la descente, mais il est à craindre que ce soit symptomatique de quelque chose d’un peu plus inquiétant pour lequel il faudra prendre des mesures qui ne soient pas des mesures symboliques habituelles de savoir s’il faut trois tables ou cinq tables en terrasse, mais de s’occuper de dépistages sérieux dans les foyers, puisqu’il s’agit d’une maladie maintenant hétérogène à divers emplacements. De dépistages sérieux autour des cas détectés ou dans les zones où on voit qu’il y a une stagnation comme les Pyrénées Orientales ou d’autres zones plutôt dans l’Ouest. Mais je vous ai dit Wissembourg par exemple, n’est pas tout à fait dans l’ouest.

Capture-d’écran-2021-06-03-à-16.32.54-1024x896 obepine

Obépine semaine 21 tendance sur 7 jours

wissembourg semaine 21

Il n’y a pas de diminution nette de la densité virale constatée à Wissembourg ( Obépine S21 )

nantes semaine 21

A Nantes également, l’indicateur du virus des eaux usées n’est pour l’instant pas optimiste. ( Obépine )

bordeaux semaine 21

A Bordeaux, la diminution de la densité de virus dans les eaux usées de la semaine 21 semble s’arrêter. Marche d’escalier ou plateau atteint ?

Des dépistages sérieux et peut-être aussi, JC, en revenir à des confinements stricts par moment ?

Je ne pense pas pour l’instant parce que d’abord, on n’a jamais été capable de faire des confinements stricts, et que faire des confinements, cela a comme but de pouvoir faire du dépistage massif et ponctuel, là aussi, nous n’avons toujours pas mis en place les outils. Et une fois que l’on a dépisté, il faut isoler. Et quand on n’a, là aussi, rien mis en place pour isoler les porteurs, c’est-à-dire les extraire de leur milieu familial malheureusement, dans des conditions confortables, nous n’avons pas besoin de faire des camps comme au Vietnam ou en Chine, nous avons 3 millions de chambres d’hôtel, donc être isolé au Carlton ne doit pas être totalement catastrophique s’il fallait le faire. Malheureusement, nous n’avons pas d’outils, donc nous en restons à des mesures symboliques et un peu incantatoires.

JC, parmi les outils pour lutter contre la Covid19, il y a eu le développement du vaccin, on en a largement parlé avec vous. Si on fait le point sur cette campagne de vaccination, au début, il fallait vacciner les personnes séniores, maintenant la vaccination est ouverte aux adolescents avec autorisation parentale. Où en est-on dans cette campagne ?

courbes vaccin 4 6 21

évolution des primo-vaccinations par tranche d’âge. ( G Rozier ). Les courbes des plus de 60 ans s’aplatissent.

Eh bien, vacciner les sujets jeunes, j’allais dire, est une facilité. On voit le raisonnement, c’est que les sujets jeunes sont peu malades ou pas malades, mais ils diffusent du virus. Et que donc pour protéger la population, il faut casser la circulation dans cette tranche d’âge. C’est un raisonnement qui est vrai pour la grippe, mais ce n’est pas un raisonnement très valide pour la Covid19. Parce que dans le cas de la grippe, il n’y a pas de protection individuelle solide, on est à 60% au maximum, c’est-à-dire dans une protection collective. Chez les personnes âgées, c’est encore moins. Or là, on a chez les personnes plus âgées une protection individuelle qui atteint 90%, qui est donc excellente. Et d’autre part, ce vaccin a quand même beaucoup plus d’inconvénients qu’un vaccin antigrippal.

Comme les vaccins, c’est une affaire de confiance, je suis très inquiet de ce qu’un ou deux accidents graves chez les sujets jeunes ne ruinent la confiance. On a déjà vu avec AstraZeneca qu’il ne faut pas grand-chose pour détruire la confiance dans un vaccin, et est-ce que le jeu en vaudrait la chandelle ? Si nous avions vacciné toute la population adulte sérieusement et qu’il s’agisse de terminer d’éradiquer le virus par une vaccination des adolescents, je pense que le jeu en vaudrait la chandelle, même si c’est un peu difficile d’admettre que l’on ait quelques malheurs chez des jeunes. Mais là, on n’est pas dans cette situation. Et deux décès entre 18 à 30 ans annoncés précocement, ainsi qu’un total de 275 myocardites sans plus de détails pour l’instant en Israël devraient mettre en garde.

Le plus grave est que nous sommes incapables de terminer la vaccination des personnes âgées. On en est quasiment à un quart des gens de plus de 80 ans qui ne sont pas vaccinés correctement. Et quand on regarde les courbes, on voit que les courbes s’aplatissent à partir de 60 ans, on a eu une montée importante, mais cela monte très peu maintenant. Or, c’est là, à partir de 60 ans qu’il y a le principal réservoir, j’allais dire de cibles virales, et de potentiel de mortalité. Et un quart de sujets non couverts. Et les autres pour l’instant ne sont d’ailleurs pour la plupart couverts que par une seule injection, c’est tout à fait négatif. Donc je pense qu’il faudrait beaucoup plus insister pour couvrir la population à risque que de suivre la facilité qu’il y a à vacciner dès maintenant une population plus jeune chez lesquels le moindre incident va avoir un retentissement sur l’ensemble de la vaccination. Voilà pourquoi en étant un chaud partisan des vaccins, je ne le suis pas de vacciner les adolescents pour l’instant.

JC, vous parliez de la confiance envers les vaccins. Il faut dire aussi qu’il y a quelques jours, il y a eu la désinformation qui s’est infiltrée dans cette crise sanitaire avec certaines personnes non identifiées pour le moment qui ont essayé de financer une campagne anti vaccin en passant par des influenceurs qui s’adressent aux jeunes publics notamment.

Mais ce qui est assez curieux c’est que cette campagne visait une firme bien précisément Pfizer. On ne sait pas si c’est une campagne pour mettre Pfizer au pilori ou si c’est une campagne qui choisit de démolir le vaccin le plus prescrit. Mais c’est de toute façon symptomatique qu’il y a des manœuvres autour des campagnes anti vaccins et que les campagnes anti vaccins ne sont pas seulement une question d’inquiétude des gens, mais d’arrière-pensées politiques également.

Il y a aussi certainement, JC, plusieurs façons d’analyser ces chiffres de la vaccination qui n’avancent pas chez les personnes séniores, parce que peut-être que certaines manquent de vaccins, peut-être que certaines aussi sont réfractaires à aller se faire vacciner encore, cela existe.

Cela existe, mais malheureusement ce n’est pas seulement au-dessus de 60 ans. On a une couche de population entre un quart et un tiers qui ne veut pas entendre parler du vaccin. Dans les hôpitaux, c’est d’ailleurs extrêmement frappant parce qu’il y a une coupure sociologique. La quasi-totalité des médecins sont vaccinés, une énorme majorité des infirmières, et malheureusement, on n’atteint même pas la moitié chez les aides-soignantes et les personnels techniques. Donc là, il y a une coupure qui est inquiétante, tout à fait inquiétante. De même, ces campagnes à arrière-pensées politiques sont des campagnes de dénigrement de la seule mesure positive et efficace en santé publique que l’on ait pour l’instant. Ce n’est pas par hasard, il s’agit de démontrer que les pouvoirs publics sont nuls. Malheureusement, si j’ose dire, il y a bien d’autres domaines que la vaccination elle-même pour trouver à redire à la politique menée si on le fait convenablement, et si on le fait dans le sens de vouloir améliorer les mesures qui sont prises. Tandis que là, il s’agit d’une attitude négativiste de repli sur le fait que la nature se débrouille et que les malades peuvent bien claquer, et puis que de toute façon on n’y peut rien. Et autres attitudes d’impuissance théorisée en quelque sorte.

Merci, Jacques COHEN, de nous avoir éclairés sur toutes ces problématiques autour de la campagne de vaccination, sur la courbe décroissante de la Covid19. On vous retrouve très prochainement pour continuer à évoquer ces actus santé. À bientôt Jacques.

À bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s