Mouvements étudiants: prémices ou fin de ParcourSup ?

Chronique du vendredi 13 avril 2018

sur RCF: https://rcf.fr/embed/1802000

JPB : Jacques Cohen, bonsoir ! Alors, justement, on évoque beaucoup les étudiants en ce moment. Il semblerait quand même qu’à Reims il n’y ait pas un gros gros mouvement. A Troyes ce n’est pas non plus un mouvement exceptionnel. Est-ce que l’on peut dire qu’en 2018 ce mouvement ressemble à celui de 68 ? Parce qu’il y a quand même eu des évacuations de l’université dans quelques lieux de France.

Alors, il y a des ressemblances, il y a des différences. Vous savez que Karl Marx a dit que l’histoire se répétait toujours deux fois, la première fois en tragédie et la seconde en farce. Ce n’est pas toujours vrai, mais il y a quand même des éléments de vérité. Il y a des ressemblances dans les déroulements puisqu’il y a eu quelques incidents et évacuations de facultés occupées, à Nanterre, même endroit que la dernière fois, à la Sorbonne également. Mais il y a d’énormes différences parce que les violences ont été d’emblée très importantes, avec des destructions, un vandalisme important, ce qui n’était pas le cas en mai 68 où les violences sont arrivées bien après le mouvement de masse, comme une façon de le tuer. Et là, avant même tout mouvement de masse, c’est quand même un gros handicap pour l’émergence de ce mouvement de masse.

Lire la suite

Casseurs : le retour des « katangais » !

Emission diffusée sur RCF Reims mercredi 18 mai 2016 : https://rcf.fr/actualite/casseurs-les-katangais-sont-de-retour

AV : Chronique actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques. Vous êtes à Paris cette semaine, non pas pour manifester ni être un casseur, mais ce sera le thème de notre émission. Il se passe beaucoup de choses, on voit des images de manifestations, on parle notamment de ces manifestations contre la Loi Travail, ensuite la manifestation des policiers contre la « haine anti-flics ». Donc on est en plein état d’urgence, est-ce que c’est finalement normal de se trouver avec des situations comme cela (on a vu encore une voiture de police être brûlée ce mercredi matin) ?

JHMC : Et bien, on peut voir cet aspect des manifestations et de la casse, sous plusieurs aspects. D’abord, le droit de manifestation est garanti dans la constitution. Même en état d’urgence, nous sommes capables de le respecter. En revanche, il n’est écrit nulle part que l’on a le droit de casser et il faut s’attendre à ce que les casseurs finissent par être cassés.

Lire la suite