Syrie : L’Orient est trop compliqué pour D Trump

CHRONIQUE du Jeudi 20 décembre 2018

La démission du Gal Mattis, survenue après l’enregistrement de cette chronique, authentifie la décision de D Trump de retirer ses troupes de Syrie. Le texte suivant est donc actualisé.

Sur les ondes de RCF :https://rcf.fr/embed/1979099

On va parler de la Syrie et de Trump puisque Donald Trump a annoncé que les armées américaines allaient se retirer de Syrie, c’est une surprise.

C’est une surprise et la première chose qu’il faut faire devant une surprise c’est de savoir si c’est vrai ou pas. Compte tenu du personnage, cela pouvait être une lubie nocturne censurée par son État-Major dès le lendemain. Mais la démission du Gal Mattis, son secrétaire d’État à la Défense, « authentifie » en quelque sorte la décision de D Trump.

Lire la suite

Combats en Syrie: chacun contre les autres

CHRONIQUE du vendredi 09 février 2018

Sur RFC: https://rcf.fr/embed/1752537

Bonjour Jacques Cohen, avec vous aujourd’hui, nous allons évoquer l’actualité internationale et d’abord, dans un premier temps, le conflit turc/kurde, où en est-on sur la situation en Syrie, Jacques ?

Eh bien, en Syrie, après la disparition de l’état islamique, après sa défaite, les Kurdes qui y ont contribué ont pris beaucoup d’espace. Ce qui inquiète bien sûr la Turquie, laquelle a décidé d’envoyer ses islamistes et son armée pour réduire une grande partie des zones kurdes, donc relancer une deuxième guerre en Syrie.

Et Bachar, dans tout cela ?

Bachar, lui, s’occupe de réduire les deux poches principales restantes d’opposants qui sont, d’ailleurs, tous des opposants islamistes que certains présument modérés, mais cela reste largement à déterminer. Ces deux poches sont celles d’Idleb au nord-ouest et la poche de la Ghouta, qui est quasiment la banlieue de Damas. La poche de la Ghouta, c’est quand même 400 000 personnes. Elle semblait se réduire par des accords plus ou moins officieux, avec évacuation de population, et puis les choses se sont durcies au point que certains accusent Bachar d’avoir employé des gaz de combat récemment pour terminer de faire déguerpir les gens de la Ghouta.

Lire la suite