Aéroports de Paris, faut-il privatiser une poule aux œufs d’or ?  

Chronique du 21 juin 2019

Sur les ondes de RCF: rcf.fr/…/aeroports-de-paris-faut-il-privatiser-une-poule-aux-oeufs-d-or

JC, bonjour.

Bonjour.

On va évoquer avec vous la privatisation possible de l’aéroport de Paris. Première question, quel serait l’intérêt d’une privatisation ?

Privatiser le groupe ADP Aéroports de Paris, qui vend de l’ingénierie aéroportuaire sur toute la planète,  gère Roissy-Charles de Gaulle, Orly et une dizaine de petits terrains en Île de France, je crois qu’il s’agirait de vendre l’argenterie ou les bijoux de famille, parce que c’est une rente extraordinaire et c’est une entreprise extrêmement profitable. Et je crois qu’effectivement il s’agit d’améliorer la balance du déficit budgétaire qui n’est pas absolument fameuse. Mais cela pose aussi une question, est-ce qu’à vendre ADP on se prive de sa rente ultérieurement ? Donc est-ce que c’est vraiment très malin ?

Lire la suite

SNCF : à découper selon quel pointillé ?

 

Chronique du vendredi 6 avril 2018

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1796559

Jacques, bonsoir !

Bonsoir !

Alors, c’est vrai que l’on parle beaucoup de la SNCF en ce moment, et on en parle d’autant plus que l’on n’a pas beaucoup d’éclaircissements. L’on voit des manifestants, l’on voit qu’il n’y a pas de train, l’on voit qu’il y a des trains, ça repart, ça s’en va, mais on n’en connaît pas les raisons. Quels sont les enjeux de ce type de réforme, au fond ?

Les enjeux c’est la structure de la ,ou des sociétés ferroviaires au moment de l’ouverture à la concurrence. L’enjeu est de savoir si l’on fera ce qui s’appelle de l’open access, c’est-à-dire des enchères ou une bourse des sillons pour que des sociétés puissent circuler sur des rails qui seraient conservés par une société nationale ou un EPIC même. Ou si l’on fait des concessions, ligne par ligne ou par zone. C’est-à-dire que l’on donne des rails et les droits d’exploitations à une société qui elle, à ce moment-là, a son petit monopole dans son coin, ce qui n’est pas du tout la même chose. Et le Premier ministre a dit que l’on ne savait pas encore trop bien ce que l’on ferait. Lire la suite