Les Primaires: la magouille pour tous !

CHRONIQUE DU MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016

Sur RCF:https://rcf.fr/embed/1427724

 

Bonjour à tous ! Chronique d’actualité, bonjour Jacques !

Fillon, Juppé, au deuxième tour. D’abord, on peut revenir sur les résultats, François Fillon qui arrive en tête avec 44 %, c’est une surprise ?!

C’est une surprise, mais la principale surprise est que ces primaires présentées comme la quintessence de la démocratie sont, en fait, la quintessence de sa perversion. Parce que, dans ces primaires, sur 4 200 000 votants, on annonce que 23 % viennent d’ailleurs. Mais si on ajoute ceux qui n’ont pas voulu dire de quel horizon politique ils venaient, cela fait plus d’un tiers des gens qui sont des « coucous ». C’est-à-dire, des gens qui ne sont pas des gens de droite, mais qui sont venus modifier les résultats à droite. Donc en fait, les primaires sont devenus la version « gore » de la fête des voisins. Qui viennent « foutre la pagaille », pour parler vulgairement. Puisqu’un tiers des voix quasiment, sont des voix qui ne devraient pas être là.

Quand on regarde par candidat, cela donne des choses impressionnantes, puisque Juppé à 50 % de ses voix originaires de la gauche, et même le tout petit score de NKM semble être à 80 % des voix de gauche, sinon elle serait au coude à coude avec le malheureux Copé.

Donc, on a un système qui s’enraye dès la seconde fois. il y a eu la primaire de gauche qui s’est bien passée la dernière fois. Mais dès la fois d’après, les Français rappellent que nous sommes un pays latin, que la méditerranée est le berceau de la démocratie, mais aussi le berceau donc de toutes ses perversions et de tous ses détournements. Donc on aboutit à un système ingérable. Et le deuxième tour est lui aussi une pochette surprise ! On ne sait pas du tout qui ira voter, et non pas tellement pour qui, mais contre qui. Puisqu’un point important c’est que finalement ces élections primaires se jouent maintenant à la détestation, c’est-à-dire que c’est le candidat le plus détesté qui mobilise, mais qui mobilise contre lui et tout le monde vient le démolir, c’est ce qui est arrivé à Sarkozy.

Du coup, on ne peut pas savoir, et on peut comprendre pourquoi les sondages se sont « plantés » parce qu’il était impossible, et il est toujours impossible de deviner qui va voter ?

D’une part, il est impossible de deviner qui va voter et d’autre part on voit une extrême labilité, puisque Fillon avait pris plus 9 % en 8 jours. Car il y a également dans ces votes de détestation, le fait qu’il faut voter pour quelqu’un d’autre. Alors lequel parait le plus inodore et sans saveur ? Eh bien, à ce critère-là, Fillon avait gagné haut la main les 44 %.

Depuis qu’il a gagné le 1er tour, il a fait, à mon avis la bêtise de parler, et donc de révéler 2 ou 3 aspects de sa personnalité ou de son positionnement politique, ou de ses soutiens plus ou moins encombrants, qui risquent d’attirer des électeurs, ou plus exactement des électeurs contre lui !

Pour dimanche, d’ici là, on va assister à un combat assez inédit, de retape des uns et des autres, et en particulier de retape pour Juppé, pour affirmer qu’il faut absolument que toute la gauche vienne le soutenir, que c’est la seule chance pour éviter Fillon. C’est quand même là aussi, quelque chose d’invraisemblable !

Ces primaires deviennent la possibilité pour chacun d’être apparatchik d’un jour, de pouvoir un jour jouer au billard à 3 bandes en se mettant dans la peau du secrétaire général d’un parti. Et de faire à lui tout seul une magouille tordue en votant contre l’un en faisant monter l’autre, tout en ne souhaitant l’élection d’aucun d’entre eux.

Mais est-ce que, ce que vous avez appelé le vote des « coucous » était quand même, on peut le dire, très marqué : « tous sauf Sarkozy », en tout cas anti Sarkozy. Est-ce que cela peut être la même chose, ou ils peuvent se dire « on a réussi notre mission, le deuxième tour cela ne nous intéresse pas » ?

C’est tout à fait possible que ces gens-là ne reviennent pas au deuxième tour. Mais il est aussi possible qu’avec certaines déclarations de Fillon, comme de dire qu’à titre personnel il est contre l’avortement, mais qu’il ne veut pas toucher à la loi, cela hérisse le poil d’un certain nombre de gens qui viennent essayer de l’éliminer définitivement.

De même, on voit une retape très très nette de Juppé, qui va s’afficher comme un candidat de gauche le mieux placé, ce qui est quand même une chose assez inhabituelle dans une élection qui devrait être réservée à la droite.

Si l’on fait un peu de prospective au-delà, si Fillon est choisi, il est à craindre que la gauche ne se reporte très mal sur lui au second tour de la présidentielle, si c’est lui qui est présent au second tour. Donc pour dire les choses franchement, il est à craindre que Marine Le Pen ait plus de chance dans cette configuration que dans une autre.

Du coup, cela rebat un peu aussi les cartes à gauche, vous venez de le dire. Parce que c’est quand même un scénario sur lequel les états-majors ne tablaient pas du tout.

Absolument, d’autant qu’il est à craindre, ou à espérer selon les points de vue, que les primaires de gauche soient autant parasitées que les primaires de droite, à la limite cela serait…

Rendre la pareille…

De bonne guerre !

À la limite également, Mélenchon a peut-être fait une bêtise de dire qu’il ne voulait pas y participer, même s’il a encore le droit de changer d’avis. Parce qu’il lui suffirait de 500 000 voix de droite à la rescousse pour voir sortir le candidat de gauche le plus radical possible.

Cela montre la stupidité, ou du moins, l’impossibilité du système des primaires en France. C’est un système qui a été conçu aux États-Unis il n’y a pas si longtemps (il ne date que des années 60), pour conforter le pouvoir des partis, et c’est de cette façon-là qu’il a été importé en France. Mais, comme nos électeurs ont plus d’imagination, semble-t-il, que les électeurs américains, le système est en train d’exploser sur la volonté délibérée des électeurs français de se débarrasser des partis dominants actuels.

C’est l’anti-plébiscite quelque part, maintenant ! C’est devenu l’anti-plébiscite.

Oui, et surtout l’anti-plébiscite des appareils. Les appareils existants sont détestés et rejetés massivement par le corps électoral, c’est cela qui en est la leçon. Alors, est-ce que celui qui dit qu’il passera « hors » des primaires, et « hors » des appareils, E Macron aura des chances de capter ce rejet ou va-t-il y être englobé, parce qu’il n’est quand même, malgré son âge, pas un perdreau de l’année arrivé en politique il y a 3 mois ? Pour l’instant, je ne le sais pas !

Merci, Jacques. On se retrouve la semaine prochaine.

Au revoir Jacques !

Au revoir !

Une réflexion sur “Les Primaires: la magouille pour tous !

  1. Pingback: Primaire du PS : En route vers le score socialiste de 1969 – Le blog de Jacques HM Cohen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s