Le diable a été vu à Wuhan

JHM Cohen

Chronique du vendredi 21 /02/2020

Sur les ondes de RCF:  https://rcf.fr/embed/2315478

Le diable a été vu à Wuhan, déguisé en virologue. Le diable et ses avatars sont de toutes les épidémies. Les empoisonneurs de puits, les graisseurs de poignées de porte, les étrangers, les infidèles, au premier chef les juifs et autres envoyés du Malin ont été accusés lors des pestes du moyen-âge. Mention spéciale aux strasbourgeois, inventeurs du massacre prophylactique. Lorsque la peste arriva dans le sud de l’Alsace, loin de chez eux, ils exterminèrent tous leurs juifs préventivement. Justice divine ou histoire naturelle des épidémies, la peste frappa Strasbourg un peu plus tard.

Pourquoi ce rappel historique avant de parler des rumeurs courants sur l’origine de l’épidémie de coronovirus de WuHan ? Parce que les mêmes mécanismes humains de défense contre la peur y ont agi, quand à WuHan des virologues se sont mis à accuser sur des arguments fantasmatiques, d’autres virologues d’être responsable de l’épidémie, dont le virus aurait quitté le laboratoire.

Agissant ainsi, ces deux virologues ne pouvaient que s’attirer les pires ennuis, dans une société chinoise où le droit à la divagation intellectuelle est assez peu reconnu. Hors du contexte actuel, ils se seraient non seulement rendu-compte de la fragilité de leurs conjectures, mais aussi de leur sort prévisible pour avoir tenté de publier sur un site reconnu de collection des publications, un papier non encore accepté, et surtout d’en avoir ouvert sans attendre la page de discussion. S’il peut arriver de pré-publier en avance des choses très importantes, en ouvrir la discussion avant la critique des reviewers est en revanche totalement inusité. Researchgate, site basé en Allemagne fédérale, n’a mis que quelques heures à bloquer la chose et a en bannir l’auteur en supprimant la page de ses autres publications. Car il s’agit répétons le d’un authentique scientifique ayant déjà publié des choses sérieuses, saisi par la folie et non d’un morveux complotiste réfugié derrière son écran.

Voyons d’abord pourquoi les deux dénonciateurs se sont trompés en prenant comme le disait LaFontaine quelques bâtons flottants sur l’eau pour un navire de guerre microbiologique.

Il y a deux laboratoires de virologie à Wuhan, un P4 haute sécurité construit avec la France d’ailleurs et un P3 plus traditionnel dans un institut de virologie, situé non loin du marché aux animaux. Ce labo a travaillé sur les coronavirus des chauve-souris. Un de ses chercheurs a été mis en vitrine dans la grande presse comme scientifique baroudeur de terrain allant au péril de sa vie échantillonner dans des grottes au contact des chauve-souris et ayant rapporté leurs échantillons à WuHan.

Tian Junhua 1

Tian Junhua virologue des chauve-souris, un avatar du Malin à WuHAn

Ces travaux ont montré que certains coronavirus de chauve-souris possédaient un récepteur indispensable à l’infection humaine. (@). De plus ajoutent ils, les séquences de ce virus et de celui de l’épidémie ont 96 % d’homologie. En temps normal, les deux virologues auraient immédiatement compris que cela indique l’appartenance à la même famille, mais aussi la distance entre eux : le chimpanzé et l’homme ont 98 % d’homologie ! Et surtout, retrouvé aisément la date de cette campagne de terrain : en 2011 !! Depuis le chercheur baroudeur s’est d’ailleurs reconverti vers une autre cible : les cafards ( @ ).

Tian Junhua 2 cafard

Tian JunHua avec son nouvel animal de compagnie et d’études: le cafard

Le patron du labo incriminé a pu confirmer avec fureur que son labo ne travaillait plus sur les coronavirus depuis cette époque. Avec sans doute une pointe d’amertume et de regrets, car c’est l’autre labo plus moderne qui travaille sur le SARS de l’épidémie de Hong Kong. Disons le également de suite, le covid-19 ne possède pas les éléments de séquence caractéristiques du SARS, ce qui innocente également ce second labo.

Et pour tordre le coup à une dissémination depuis le labo de virologie en 2011, il suffit de considérer qu’un virus déjà contaminant pour l’homme n’aurait en pleine ville pas attendu 7 ans pour passer dans notre espèce.

Pour faire bonne mesure, en jouant avec la cartographie, nos deux dénonciateurs remarquent que l’hôpital ayant soigné les premiers malades se situe dans le même coin et envisagent en toute déraison que ses médecins aient été contaminés par une fuite du labo et non par leurs malades.

Contrairement à l’idée assez raciste qui s’est répandue en occident que les chinois sans culture virologique avaient désinfecté le marché aux animaux sans étude précise du site, 585 prélèvements y ont été réalisés ( dont une trentaine se sont révélés positifs, et sont à la base de l’hypothèse du pangolin ( fourmillier écailleux ) comme hôte intermédiaire entre une infection endémique chez la chauve-souris et l’homme.

Simplement les chinois ont comme à l’accoutumée agit en secret aussi longtemps qu’ils n’avaient pas de résultats. Blasés sans doute également devant le paternalisme et l’illusion de supériorité des occidentaux. Alors que les chefs de service actuels à WuHan en réanimation comme en virologie ont été formés par plusieurs années de séjour à l’étranger.

La contamination initiale de travailleurs du marché a donné aux autorités de santé locales l’illusion d’une contamination animale sans transmission inter-humaine. Avec un entêtement fatal de 2 à 3 semaines à nier ce qui devenait évident. Les virologues n’en sont pas plus responsables que de la contamination initiale ! Bien au contraire, leurs publications indiquaient de longue date que les coronavirus de chauve-souris pouvaient infecter l’homme un jour ou l’autre. Et le pourront encore si un vaccin n’est pas mis au point.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s