Premier tour : quelques surprises cartographiques

CHRONIQUE du mercredi 26 avril 2017

Sur RCF https://rcf.fr/embed/1549136

Bonjour à tous, chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques !

Bonjour.

Les enseignements du premier tour de l’élection présidentielle. Déjà un enseignement géographique, c’est vrai que l’on voit un certain nombre de cas pour comprendre un petit peu, comment on a voté ? Et, évidemment, on voit plusieurs distinctions, notamment une : Ouest, Est.

La première apparence de la carte, c’est Est contre Ouest, l’Est étant en faveur du FN et l’Ouest étant en faveur d’Emmanuel Macron.

C’est un peu plus compliqué parce que si l’on ne prend pas des cartes plates et géographiques, mais des cartes de populations avec l’anamorphose des villes, comme des effets de loupe, à ce moment-là, y compris dans l’Est, Macron est en tête dans les grandes villes. C’est le cas, par exemple à Reims, en pleine zone plutôt bleue et bleue nuit. La ville de Reims se manifeste de façon visible comme la métropole régionale et Macron est en tête, à peu près dans tous les cantons.  Lire la suite

Présidentielle : une seconde place en or ou cauchemardesque ?

CHRONIQUE du mercredi 12 avril 2017

Sur RCF: https://rcf.fr/embed/1538807

Bonjour à tous, chronique d’actualité avec Jacques Cohen, bonjour Jacques !

Bonjour.

AV : On va s’intéresser à l’élection présidentielle. La campagne a officiellement débuté et vous souhaitez évoquer, finalement, cette possibilité d’avoir un bon premier, un bon deuxième ou avoir un mauvais premier et un mauvais deuxième dans l’ordre d’arrivée.

Absolument. Les places de premier et second qualifient pour le second tour. Mais on peut être en situation désagréable comme premier, et surtout comme second.

Comme premier, il y a la course à part de Marine Le Pen. Elle peut être première, cela ne change rien au fait que tout le monde sera contre elle ensuite.

Si en revanche, un des autres candidats arrive premier, devant elle, même d’un cheveu, il aura une légitimité considérable, non seulement pour être élu Président, mais ensuite pour les législatives, comme on va le voir.

Pour la seconde place, l’attitude, j’allais dire simpliste serait de dire « Il suffit d’être second. Tous les seconds se valent. Une fois que l’on est qualifié, les autres sont bien obligés de voter, de faire voter pour moi contre Marine Le Pen ». Ce n’est pas si simple que cela ! Lire la suite