Guerre en Ukraine: 2 tactiques contradictoires de Kiev

Jacques HM Cohen 15 6 22

Sur les ondes de RCF: LIEN

Jacques COHEN, aujourd’hui, vous voulez nous emmener en Ukraine faire une nouvelle photographie de ce qu’il se passe actuellement. D’abord, la photographie a commencé ce jeudi, le Président Emmanuel MACRON, avec une délégation européenne, nous allons l’appeler ainsi, qui était dans le train en direction de l’Ukraine.

Oui, Emmanuel MACRON avec SCHOLZ et DRAGHI viennent ensemble à Kiev aujourd’hui. Emmanuel MACRON a un passif à remonter dans l’opinion ukrainienne, lié au terme « humiliation ». Je vais tacher de vous démontrer que c’est le problème d’une infirmité du Président français qui a ce que j’appelle une anosmie sensitive.

C’est-à-dire, JC ?

C’est-à-dire qu’il comprend et utilise un mot pour sa valeur rationnelle et objective, mais il ne comprend pas la charge émotionnelle qu’un mot peut contenir pour son interlocuteur.

Lire la suite

Un château de cartes en Ukraine

Chronique du 27 septembre 2019

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2186100

JC bonjour.

Bonjour.

Pour tout dire à nos auditeurs, vous êtes à Lyon vous avez une vue formidable sur les Alpes, changement de décor par rapport à nous qui sommes en Champagne Ardenne.

Changement de décor, mais « tout est affaire de décor, c’est toujours soi que l’on retrouve ».

Et nous on va complètement changer de décor, JC, puisque l’on va prendre l’avion et on va se rendre du côté de l’Ukraine, peut-être même aussi du côté des États-Unis. On va beaucoup voyager avec vous puisqu’on peut le dire, dans la campagne aux USA, le business ukrainien du fils BIDEN qui s’est un peu invité dans la campagne avec ces écoutes téléphoniques qui ont été révélées entre Donald TRUMP et le président ukrainien.

Alors ce n’est pas une écoute téléphonique. C’est une retranscription et la fuite vient des services de renseignement US qui ont un peu l’équivalent de notre article 40 du Code pénal, disant qu’un fonctionnaire doit prévenir le procureur quand il apprend quelque chose qui est franchement anormal. Et là le fonctionnaire des services de renseignement US a appris que le président TRUMP demande au président Ukrainien ZELENSKY « est-ce que vous pourriez me faire une faveur ? » ce qui n’est pas tout à fait une formule courante, et qu’il s’agit de changer de procureur pour que le fils de BIDEN puisse être poursuivi pour avoir fait des affaires il y a quelques années en Ukraine.

Lire la suite