E Macron entre nuque raide et dos rond 

CHRONIQUE du lundi 3 décembre 2018

sur RCF:@lien en attente

JC, bonsoir.

Bonsoir !

Merci d’être avec nous. Alors l’actualité, c’est bien sûr les suites de ce qui s’est passé ce week-end à Paris et dans toute la France avec les gilets jaunes. Sur le plan politique, quelle est votre analyse aujourd’hui ? Quelle est la marge de manœuvre du gouvernement et du Président Macron ? Le Premier ministre reçoit les responsables politiques, les a reçus tout au cours de cet après-midi.

Ce qui compte, c’est le Président. Et le Président s’est inconsidérément et dangereusement exposé. Il est donc maintenant en train de se replier, si j’ose dire, derrière le Premier ministre mais avec quelques difficultés. Il s’est exposé en faisant moult déclarations, y compris depuis l’Argentine, ce qui a exaspéré les Gilets Jaunes. Et il a fait un raisonnement initial qui paraissait logique, mais qui méconnaissait l’élément émotionnel. En effet, le Président Macron souffre d’une anosmie émotionnelle. Il est un très bon débatteur, logique, avec sang-froid, mais il ne perçoit pas la valeur émotionnelle d’un mot ou d’une situation chez son interlocuteur. Ce qui lui permet d’être un rationnel, j’allais dire, intégral. L’ennui, c’est que la société, les gens et la politique ne sont pas des choses intégralement rationnelles. Et l’émotion, l’exaspération de la population devant l’avalanche de taxes en tout genre, conduit à un raz de marée, duquel il aura du mal à se dégager.

Lire la suite

Écologie apocalyptique ou écologie scientifique ?

Écologie apocalyptique ou écologie scientifique ?

CHRONIQUE du vendredi 23 novembre 2018

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/1952198

Aujourd’hui, vous allez nous parler d’écologie, JC, des objectifs de l’écologie dans un premier temps. Quels sont-ils ?

Et bien, il faut distinguer les objectifs de l’écologie scientifique et ceux de l’écologie rituelle de l’Église Écologiste des Derniers Jours. Cette dernière est une secte apocalyptique qui consiste à promouvoir la foi et non pas des solutions scientifiques aux problèmes de l’humanité. Les deux principales causes de souci d’écologie pour notre planète, sont le réchauffement climatique et la contribution du CO² liée aux activités humaines. Donc ça, c’est le principal problème de très loin. Le second, c’est la destruction d’espaces naturels par nécessité de nourrir une population du globe qui se situe à 7 milliards, qui était en dessous de 4 quand je suis né et qui, bientôt, sera à 10, mais devrait à ce moment-là commencer à plafonner. Pour ce second objectif, il faut absolument améliorer nos rendements et pouvoir nourrir l’humanité avec le minimum de terres cultivées et non pas au contraire, prétendre qu’il faut tout faire à l’ancienne pour avoir 3 carottes près de chez soi.

JC, lorsqu’il y a des problèmes, certains philosophes diront « il y a des solutions ». Si on parle par exemple du réchauffement climatique, quelles sont les solutions envisageables, JC ?

Nous ne pouvons déjà que faire notre possible. Nous ne sommes pas absolument certains que le réchauffement serait exclusivement lié aux activités humaines. Mais il est certain que si l’on réduit la contribution humaine aux gaz à effet de serre, c’est-à-dire le CO² et le méthane, nous aurons fait de gros progrès. Là, il faut bien regarder que les mesures prises concernant les carburants sont aux antipodes de ce qui est souhaitable. Quelle est, à l’échelle mondiale, la principale source du CO² ? Pour 45 %, presque 50 %, c’est le charbon qui continue, à l’échelle de la planète, à être très largement utilisé. Mais dans des centrales qui sont complètement archaïques. Il est parfaitement possible de remplacer quelques milliers de centrales dans les pays émergents, par des centrales plus modernes qui économiseront immédiatement 50 % de CO² et si on continue les recherches, on pourra arriver à 80-90 % de diminution de la pollution par centrale, pour la même énergie électrique produite – ce qui sera à ce moment-là une contribution très significative à la réduction des gaz à effets de serre. Bien supérieure à l’ensemble de la production des véhicules individuels.

Lire la suite

Gilets jaunes : une révolte populaire contre la religion dominante

CHRONIQUE DU LUNDI 19 novembre 2018

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

Merci d’être avec nous. Alors, les gilets jaunes, on en entend beaucoup parler. Est-ce que c’est beaucoup de bruit pour rien ? Quel est votre sentiment sur ce que nous vivons, parce que dans tous les médias on en parle beaucoup, alors, peut-être un peu trop ou peut-être pas assez, quel est votre avis ?

Et bien, je crois que c’est pour la première fois depuis longtemps, la révolte du peuple contre la religion dominante qui n’est ni l’Église catholique apostolique et romaine ni la religion musulmane, qui est l’Église Écologiste des Derniers Jours. C’est-à-dire une secte apocalyptique qui pense que nous allons vers des choses affreuses, pour laquelle a témoigné, ce matin, Benjamin Griveaux, chez un de vos confrères.

Lire la suite

Gilets Jaunes contre talons rouges

CHRONIQUE du vendredi 16 novembre 2018

sur les Ondes RCF: https://rcf.fr/embed/1947025

JC, bonjour.

Bonjour !

L’actualité, bien évidemment, ce soir et ce week-end, notamment demain, ça va être les gilets jaunes qui vont tenter de paralyser la France et ce soir, vous allez nous présenter deux axes finalement : le pouvoir d’achat et la situation des français, et puis d’un autre côté les gilets jaunes. Est-ce qu’il y a vraiment un débouché politique ? Quels sont les axes que l’on peut en tirer ? D’abord, le pouvoir d’achat qui a dégringolé pour les français.

En effet, les indices utilisés par l’INSEE, on savait tous qu’ils sont légèrement tripotés, mais peu de gens se sont rendu compte qu’ils le sont maintenant énormément.

En effet, l’indice d’inflation par exemple, est corrigé de la modernité de certains de ses items. par exemple un ordinateur, si le modèle suivant,lorsqu’on le remplace  au bout de 5 ans, a un potentiel de faire 10 fois plus vite ou  peut mettre plus de choses dans sa mémoire, il n’est pas compté pour le fait qu’il coûte maintenant 120 sur une base de 100, il y a 5 ans . Il est compté sur le fait que ses performances étant 10 fois plus élevées, il ne vaut plus que 12 et ainsi de suite. D’autre part dans l’indice, le logement ne compte que 6 % et je ne sais pas s’il y a beaucoup de gens qui peuvent lever la main si on leur demande si leur logement leur coûte moins de 6 % ou 6 % au maximum de leur pouvoir d’achat.

Lire la suite