Covid19. Le retour de la guerre de religions autour du vaccin

 

JHM Cohen  19 7 21

On pouvait penser que le débat sur la vaccination anti covid19 opposerait les abrutis anti-vaccins habituels d’un côté, adorateurs de la sainte providence qui doit choisir qui doit vivre ou mourir, thuriféraires de la bonne nature et de l’âge d’or d’avant, complotistes voulant déjouer le fichage vaccinal, à une réponse scientifique. La surprise qu’on pouvait craindre dès le Nouvel An, c’est qu’il existe des homologues des précédents, adorateurs de la sainte ampoule de vaccin qui ne peut consubstantiellement ne faire que du bien, jamais d’effets secondaires et dont le pouvoir illimité permet d’en faire la réponse unique au virus: il suffit de piquer tout le monde à partir de 2 ans.  Les deux armées apostrophent le passant: « choisis ton camp camarade! » car dans les deux camps, on marche au pas.

Lire la suite

Covid19 : Regarder passer le train des variants ?

Chronique du 25 juin 2021

Sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2674212

Jacques Cohen, bonjour.

Bonjour.

Et on continue d’évoquer la crise de la Covid-19, avec tout d’abord ce variant Delta qui arrive en France du côté des Landes, du côté du Bas-Rhin. Quand est-il exactement, JC ?

Et bien, nous avons un développement d’un variant ou de plusieurs variants – car nos méthodes d’analyses en France sont très imparfaites là-dessus – dans les Landes, à Marseille et d’après le test des eaux usées dans le nord du Bas-Rhin près de la frontière allemande. Et l’attitude que nous avons là-dessus doit être considérée comme assez ridicule vue de Pékin ou vue de Tel Aviv car nous sommes assez contemplatif avec des mesures qui sont des mouvements de menton, mais qui ne sont pas très importantes techniquement, qui ne sont pas bien faites. Par exemple, le département des Landes c’est 400 000 personnes. Ce département devrait être bouclé depuis au moins 15 jours et on devrait pouvoir en 5 jours expédier très largement le test général de la population, on ne le fait pas, c’est pareil dans le nord du Bas-Rhin, etc…, on en reste à des opérations ponctuelles. On a une opération ponctuelle à Toulouse chez Airbus où on se met à tester 400 personnes par jour dans une usine de plus de 5 000, etc., et en plus tester avec des tests antigéniques, ce qui est d’une sensibilité désastreuse particulièrement pour des variants. Donc nous sommes ridicules. Alors, si le virus le veut, ce variant, ou ces variants d’ailleurs, vont progresser et donner peu à peu une épidémie. Nous en saurons le calendrier en fonction de la circulation virale résiduelle en post-pic, puisque nous sommes encore en descente. Nous allons voir selon le niveau de circulation virale résiduelle. Le délai de remontée selon l’installation de ces variants, peut ainsi varier, si je puis dire, de 5 à 6 semaines jusqu’à 6 à 8 mois, il faut voir. Donc, une situation qui n’est pas très favorable, vis-à-vis de laquelle la vaccination sera utile, mais ne sera pas une barrière totale comme on le voit en Grande-Bretagne. Il faudrait pour cela, -nous sommes en retard-, avoir une nouvelle génération de vaccins, pouvoir faire également des rappels pour avoir une immunité beaucoup plus forte, pour avoir une réaction croisée sur ces variants. Nous en sommes très loin, et donc, il y a de très fortes chances que la vague suivante se produise, certes d’une gravité atténuée, heureusement, mais que nous ne soyons encore une fois pas capable d’endiguer l’épidémie.

vaches train A

Elle préfère sans doute le bus des tests et vaccins. ( Chapatte )

JC, évoquer ce nouveau variant Delta là, qui commence à arriver dans les Landes, dans le Bas-Rhin, cela nous permet aussi d’évoquer les évolutions possibles de l’épidémie. On avait déjà évoqué avec vous quelques pistes par le passé, quand est-il aujourd’hui ?

Et bien, effectivement il y a quatre scénarios pour le devenir de l’épidémie.

  • Il y a tout d’abord le scénario que j’appellerai irénique sur cette antenne, qui est un scénario pacifique qui est que le virus, comme très souvent et pour d’autres Coronavirus s’atténue. Un variant bénin prend la place et nous ne sommes plus confronté qu’à une histoire de rhume qui tue quand même quelques personnes âgées, mais sans plus. Ce scénario peut très bien se produire, mais il n’est pas forcément quelque chose d’immédiat, il peut très bien mettre encore quelques années à se produire. Quand on cherche des exemples, on a l’impression qu’il y a ainsi un Coronavirus endémique qui a mis une douzaine d’années à s’atténuer dans notre espèce.
  • Le deuxième scénario, c’est le virus qui disparaît. Alors, il peut disparaître pour deux raisons ou deux groupes de raisons. L’une c’est un phénomène intercurrent, c’est-à-dire qu’un autre virus, éventuellement totalement bénin et silencieux prend la place, le pousse du coude, il est capable de chasser le CoronaVirus, et le pauvre CoronaVirus disparaît. C’est parfaitement plausible et c’est parfaitement possible. Comme image c’est celle de la fin des Œufs Fatidiques de Mikhaïl BOULGAKOV – quand l’ensemble des serpents, crocodiles, reptiles et autres animaux redoutables, parce qu’ils sont gigantesques, qui parcourent la steppe en direction de Moscou à partir d’un accident dans une usine biotechnologique,- c’est le premier roman biotechnologique les Œufs Fatidiques – et bien, un beau matin, il n’y a plus rien, parce que la nuit il a gelé et que tous ces animaux à sang froid sont morts. Et bien, c’est quelque chose qui peut arriver à un virus qui est confronté à un phénomène imprévu d’un autre virus ou d’un phénomène d’environnement qui le balaye. Donc, ce sont les scénarios de disparitions.
  • L’autre scénario de disparition, c’est le bouquet final, le bouquet final du feu d’artifice. C’est-à-dire que confronté à des difficultés, des variants de plus en plus agressifs se développent. Certes ils se faufilent, mais ils ne sont pas capables ensuite de trouver l’équilibre de propagation et de transmission du virus parce qu’ils sont trop mortels. Et donc, on a ainsi un scénario ou un bouquet final en quelque sorte de variants méchants se produit, mais derrière le virus n’est plus capable de s’installer et il disparaît. Ce n’est pas non plus quelque chose de totalement exclu, on a des prémisses pour cela.

Donc, on a ainsi des scénarios de disparition et d’atténuation.

  • Et puis on a un autre scénario hélas, qui est de dire « il est là pour longtemps ». Il est là pour longtemps, donnant des récurrences périodiques dont on ne peut pas donner avec certitude la date. Mais qui peut bouleverser pour quelques dizaines d’années probablement le paysage virologique des virus respiratoires. Cela c’est aussi une hypothèse qui n’est pas totalement négligeable.

On aura dans tous ces cas des moyens de lutte, et dans cette dernière hypothèse on aura des moyens de lutte parce qu’en améliorant la vaccination et en la généralisant on pourra s’en débarrasser, mais cela ne veut pas dire que l’on va s’en débarrasser cette fois-ci, ni même dans la quatrième vague si elle survient cet été ou cet automne.

JC, parmi les différents scénarios que vous nous proposez, vous le savez le temps passe toujours très vite. On a quand même des antécédents historiques qui permettent de savoir vers quoi on pourrait se diriger ou comment ce virus pourrait évoluer. 

Alors, les précédents historiques ne donnent pas de certitudes, mais ils donnent quand même quelques indications. Et aujourd’hui, je voudrais parler d’un précédent tout à fait étonnant qui est la découverte d’une probable épidémie de coronavirus en Asie il y a 900 générations environ.  Alors, pour les spécialistes de l’ADN, cela pourrait se situer il y a -20 000 ans, mais en fait on peut dire que cela peut se situer entre -10 000 et -25 000 ans. Et c’est une étude tout à fait élégante et amusante.

Les gens se sont intéressés à toutes les protéines qui interagissaient avec le Coronavirus. Ils ont cherché leurs gènes, ils ont cherché les polymorphismes et les évolutions de ces polymorphismes. Pour faire simple, quand vous avez par exemple un récepteur du virus qui se met à muter beaucoup ou dont la fréquence de certains allèles change. Certaines de ces mutations se répandent alors que d’autres disparaissent relativement brutalement. On pense d’ailleurs que les virus ont servi de moyen de pression sélective externe pour l’évolution dans notre espèce. Ce qui est d’ailleurs réciproque puisqu’on sait aujourd’hui qu’au delà de -5000 ans la peste ne ressemblait pas à la maladie « moderne » car elle ne pouvait infecter les puces.

Et là, dans cette étude ciblée sur les coronavirus en faisant cela sur 42 gènes, la conclusion de cette étude australienne est assez raisonnable, il y a eu quelque chose d’important en Asie du Sud-Est à cette époque. C’est-à-dire à une époque qui est en gros à la fin du néolithique ou même peut-être avant, on n’est pas totalement sûr.  Ceci veut dire que nous avons à ce moment-là vécu avec des Coronavirus, ce que nous ne faisions pas auparavant, et nous nous y sommes adaptés. Mais nous nous sommes adaptés sur plusieurs générations, même probablement sur plusieurs dizaines de générations. C’est pour dire que le paysage virologique peut changer, il peut changer par endroit, parce que ce qui s’est passé à cette époque-là, là-bas en Asie, ne s’est pas passé en Europe. C’est d’ailleurs le meilleur argument sur l’efficacité de cette méthode d’enquête rétrospective dans les gènes, puisqu’on n’a pas pu isoler un virus de l’époque.

Et on en restera là. Certainement, pour aujourd’hui, JC, si vous le voulez bien. Même si vous aviez encore pas mal de choses à dire, le temps est toujours compté, on se retrouve la semaine prochaine pour en parler de nouveau, pourquoi pas.

Et bien nous verrons si ce sera le sujet de la semaine prochaine ou si nous avons de l’actualité inattendue, mais il reste comme cela beaucoup de choses à dire sur ce que l’on traite en quelques minutes à peine pour la chronique hebdomadaire.

Merci Jacques Cohen, à très bientôt.

À très bientôt.

Covid19: L’échec du vaccin AstraZeneca en Afrique du Sud, ou le rêve brisé

JHMCOHEN 8 2 21

L’essai du vaccin à vecteur adenoviral rAd26 d’astraZeneca en 2 injections sur un peu moins de 800 personnes contre placebo à effectif égal, a montré 19 vaccinés et 20 sujets contrôles infectés au delà du délai d’efficacité du vaccin. Cet échec conduit à renoncer au lancement à grande échelle en Afrique du sud de ce vaccin inefficace contre le variant local.

Les tests in vitro des autres vaccins anti spike RNA ( Moderna Pfizer ), adeno ( J&J ) ou spike recombinant ( Novavax ) suggéraient une moins bonne protection de ces vaccins contre le variant sud-africain que conte la souche standard. Le premier vaccin testé dans la vraie vie sur le terrain, celui d’AstraZeneca s’est avéré totalement inefficace. L’espoir est mince que le vaccin J&J, un peu moins mauvais in vitro, et qui va être testé, puisse conserver une efficacité utile. 

Lire la suite

Covid19 virus variant, épidémie variable, vaccins…..

Chronique du 08 janvier 2020

sur les ondes de RCF: https://rcf.fr/embed/2554834″ 

Et nous, on commence par retrouver le professeur Cohen, lui souhaiter une bonne année, meilleurs vœux, une bonne santé surtout, Jacques bonjour.

Bonjour.

JC avec vous, après 15 jours de repos, on va parler de l’évolution de l’épidémie de la Covid-19. Un virus qui mute notamment, on parle de cette variante qui est arrivée du Royaume-Uni et qui, ça y est, est sur le territoire Français JC. Faut-il s’en inquiéter ?

C’en est une parmi les mauvaises nouvelles, c’est un élément inquiétant, mais qu’il faut relativiser, parce qu’il semble que ce variant ne puisse pas échapper aux vaccins dirigés contre le spike, contre les épines de la couronne du virus, ce n’est pas la même couronne d’épines que celle plus connue sur cette antenne…. Et donc s’il ne peut pas échapper au vaccin, cela veut dire qu’il n’échappera pas à l’immunité acquise par l’infection naturelle. Il ira peut-être un peu plus loin que n’allait la forme classique, parce qu’il est un peu plus contagieux. Alors il faut voir. Quand on dit que c’est de 50 % à 75 % plus contagieux, cela veut dire que parmi les sujets contacts, avec la forme classique, c’est 9,5 % d’infectés, c’est 14 % avec cette forme-là dans une étude anglaise. Il est un peu plus contagieux, il ira peut-être un peu plus loin, mais à mon avis il ne peut pas aller bien loin, il va se briser comme les autres sur le mur de l’immunité acquise de la population – qui va finir par arriver – de l’immunité de barrière, pas encore l’immunité d’éradication. Autre élément, il semble donner beaucoup plus de cas en grande Bretagne, mais il ne donne pas beaucoup plus d’hospitalisés, il ne donne pas beaucoup plus de morts. Ce serait dans la ligne générale de ces variants viraux en fin de pandémie qui sont plus adaptés, donc plus contagieux, mais un peu moins mortels et qui présagent de la génération suivante du virus qui s’adaptera à notre espèce qui donnera un rhume de temps en temps et qui restera chez nous ou qui disparaîtra, on ne le sait pas encore.

Lire la suite